Ghost Iris – Comatose

Pas de commentaires      126
Style: metalcore/djent mélodiqueAnnee de sortie: 2021Label: Long Branch Records

Aperçu en première partie de tournées européennes (quand il y en avait encore), notamment de Dream Theater, After The Burial ou encore Jinjer, Ghost Iris s’est surtout révélé par son dernier album en date (Apple Of Dischord – 2019), délivrant un metal moderne autant influencé par le djent que par le metalcore mélodique, et ont (apparemment) conquis pas mal de monde. Comatose, leur quatrième album, est ma première rencontre avec ces danois.

Une courte intro et les débats sont lancés avec un invité de marque, ou plutôt de Mark puisqu’il s’agit de Mark Hunter (chanteur de Chimaira) qui viendra poser sa voix sur les couplets de « Desert Dread ». Il aurait peut-être mieux valu qu’il intervienne aussi sur le refrain car celui-ci, trop mélodico-téléphoné, vient un peu gâcher l’agressivité installée jusqu’alors (et ce ne sera pas le seul malheureusement !).

Ghost Iris prend en effet le parti de tempérer ses ardeurs brutales via des mélodies clean à la manière d’un Architects, parfois allant jusqu’à les accompagner d’une atmosphère très planante comme sur « ebb//flow ». Sauf que pour les parties énervées, celles-ci ne font pas semblant de l’être ! Le groupe danois met le paquet sur les basses, allant régulièrement du côté du deathcore (le bien mastoc « Paper Tiger », seul titre sans chant mélo, « Power Schism », titre final et l’un des rares où le chant clean n’est pas trop forcé) avec aisance et gros impact à chaque fois (merci la prod bien épaisse).

En résulte donc un album qui en impose niveau violence tout en juxtaposant des refrains mélodiques facilement assimilables, une recette peu inventive qui ne m’excite malheureusement plus vraiment aujourd’hui malgré de solides capacités à se montrer fédératrice et efficace. Nul doute que Comatose saura trouver son public, avide de gros riffs qui jumpent et de refrains à reprendre en chœur en concert (quand ils reviendront).

  1. (3815935)
  2. Desert Dread
  3. Paper Tiger
  4. Cult
  5. Former Self
  6. Coda
  7. Ebb//Flow
  8. Cold Swet
  9. Coma
  10. Power Schism

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *