Latest Content

Invent Animate – The Sun Sleeps, As It Never Was

Invent Animate est de ces groupes pour qui puissance et vulnérabilité ne font qu’un. Le groupe texan a vu sa popularité grandissante durant ses dix ans d’existence (onze depuis la sortie de cet EP, il y a un an), notamment grâce aux thèmes abordés dans lesquels une partie de son public peut s’identifier. The Sun Sleeps, As It Never Was traite de sujets cruciaux dans notre société, la drogue et ses effets dévastateurs autour d’elle.

Minipony – Ajna

Mon petit poney est tout mignon mais saviez-vous qu’il avait des tendances carnivores et schizophrènes ? Car derrière le nom incongru de ce groupe équatorien, se cache un trio mené par la charismatique chanteuse Emilia Moncayo (qu’on avait déjà croisé dans le projet dub/doom Blackwood, chroniqué ici il y a quelques années), accompagnée par le guitariste Amadeus Galiano et par le batteur Filippo Brandimarte. Auteur du surprenant « Imago » (2017), le trio vient lui donner une suite, enregistré pas par n’importe qui puisque c’est au Silver Cord Studio sous la houlette de son illustre propriétaire Joe Duplantier (Gojira).

Hollow Front – The Price Of Dreaming

Après deux EPs et un premier album sorti en 2020 (Loose Threads), Hollow Front passe la seconde avec The Price Of Dreaming. Le quintet de Grand Rapids (Michigan) revient donc avec un metalcore qui tente de se distinguer du metalcore typique. Par grands renforts de mélodies, d’atmosphères très travaillées mais tout en ne négligeant pas les passages agressifs, ce nouvel album se révèle comme une agréable surprise pour peu que vous ne soyez pas réticent à un peu de douceur dans votre metalcore.

Void Of Vision – Chronicles II: Heaven

Quelques mois le premier volume Lust, Void Of Vision débarque avec sa suite. Un Chronicles II: Heaven qui nous propose non pas quatre mais cette fois cinq titres tout en proposant un metalcore teinté de djent et d’electro bien dans la lignée de l’EP précédent.

Yawn – Materialism

Jeune quintet originaire d’Oslo, Yawn débarque avec un premier album fruit d’influences diverses et d’expérimentations. Et si un tel nom pouvait faire penser à une piètre estime de leur musique (« bâillement »), les norvégiens tentent au contraire de prouver ici que l’ennui ne fait pas partie de leur répertoire.

Great American Ghost – Torture World

Valeur montante de la scène metalcore nouvelle génération US, Great American Ghost passe au format EP suite à son dernier album Power Through Terror (2020). Le groupe de Boston a beau sortir ici seulement quatre morceaux, ceux-ci apparaissent paradoxalement comme les plus variés de sa discographie.

Twelve Foot Ninja – Vengeance

Ces grands ninjas se sont fait désirer ! Cinq ans après le très bon Outlier, c’est avec un esprit revanchard que reviennent les australiens avec ce Vengeance, déboulant avec dix nouveaux titres toujours aussi ouverts d’esprit mais avec de nombreuses nouveautés !
Parmi celles-ci, on comptera sur des envies de rétrogaming et de surfer sur la vaguesynth (autrement dit la synthwave) au travers d’arrangements qui viendront parsemer ce nouvel album (dès « Start A Fire »). Mais Twelve Foot Ninja ne souhaite pas s’installer dans cet « effet de mode » et poursuit dans ses surprises. Coutumier du fait, le groupe fait preuve [...]

Spiritbox – Eternal Blue

Cela vous a peut-être échappé mais Spiritbox semble être depuis quelques temps l’objet d’un certain buzz dans le petit monde du metalcore. Buzz qui a évidemment pris de l’ampleur à l’approche de ce premier album longue durée très attendu et sorti il y a déjà plusieurs semaines, après plusieurs EP et singles qui avaient attisé l’appétit des fans du combo canadien. Si le groupe en tant que tel semble nouveau sur la scène (créé effectivement récemment, en 2017 précisément), il est en réalité composé aux 2/3 initialement (puis à la moitié lorsque le groupe s’est retrouvé à 4 membres, [...]

Every Hour Kills – Vacua

Every Hour Kills, c’est le bébé d’un certain Sacha Laskow, guitariste et principal compositeur du groupe de Calgary qui a décidé sur ce Vacua de faire un travail introspectif et de mettre beaucoup de lui-même dans ce second EP. Ses doutes, ses colères accumulées durant l’année 2020, année durant laquelle il en a même perdu son boulot (ce qui lui a permis de bosser sur l’album plus intensément), de quoi nourrir comme il faut ce nouvel EP car le résultat est un très GROS morceau.

Rivers of Nihil – The Work

J’avais bien aimé le précédent Rivers of Nihil, Where Owls Know My Name, album qui a connu en 2018 un certain succès, tout en étant également qualifié par ces détracteurs de « hipster métal » la faute sans doute à ces passages de saxo pourtant plutôt pas mal amenés. Je n’étais cependant déjà pas parfaitement convaincu et n’avais d’ailleurs jamais franchi l’étape de l’achat du disque. Avec ce nouvel album je vais sauter tout de suite à la conclusion pour faire gagner du temps à tout le monde car je dois dire que j’aurais désormais tendance à me ranger du côté [...]