Mothman – Cancer Withdrawal

Pas de commentaires      134
Style: math(grind)coreAnnee de sortie: 2022Label: Dark Trail Records

Comme toute sortie provenant de Dark Trail Records (Black Matter Device, The God Awful Truth…), on a de quoi se préparer à une grosse déflagration avec cet album. Mothman est un trio originaire d’Austin (Texas) qui joue pourtant une musique encore plus brutale que ce qui sort habituellement chez le label du créateur de Mathcore Index. Du mathcore, certes il y en a pas mal, mais celui-ci est ici accompagné par une extrême brutalité provenant du grindcore et d’une lourdeur hardcore/metal pour un Cancer Withdrawal qui se présente comme une impressionnante déferlante de violence.

On a là deux vocalistes (pour un trio c’est pas mal) qui grognent et crient comme deux molosses enragés enfermés dans une cage trop petite. Et en plus de ça, les instruments autour d’eux valdinguent dans un bordel fait de blasts infernaux et de breaks brutaux à foison, autant dire qu’on se trouve en terrain très  hostile !

Tendus et nerveux comme des candidats au bac ayant quelques impasses, les douze titres de ce premier album font très mal, la furie chaotique du trio est frontale et vicieuse. Sans pour autant aller dans les énormes murs de dissonances d’un Frontierer, Mothman balance une agression qui mixe des relents alambiqués de Curl Up And Die, Ed Gein ou Heavy Heavy Low Low avec les phases d’annihilation inspirées de Nails ou Pig Destroyer. Une alternance dans l’agressivité pour une multiplicité de plans tous plus dévastateurs les uns que les autres. Avec en plus un bien joli artwork (apparente source d’inspiration pour l’affiche du prochain Mathcore Index Fest), Mothman signe avec ce premier album une réjouissante ode à la destruction.

  1. Commit To The Grave
  2. Don’t Ever Let Me Catch You
  3. Showed Up Late
  4. Preserving Manic Rapture
  5. Ritual Of The Deer
  6. Setting Sons
  7. Tired Of Life
  8. Show Me God
  9. Worship
  10. Empty Gut
  11. May As Well Die
  12. Dead Bird

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.