The God Awful Truth – Memory Palace

Pas de commentaires      127
Style: mathcoreAnnee de sortie: 2020Label: Dark Trail Records

En cette période où tout le monde semble devenir fou, rien de tel qu’un album au diapason pour s’aérer la tête via une bonne grosse déflagration de chaos. C’est là tout l’effet de ce Memory Palace, nouvel album de The God Awful Truth, groupe faisant revivre le temps d’un album la frénésie mathcore de références du genre aujourd’hui éteintes: The Dillinger Escape Plan et The Tony Danza Tapdance Extravaganza, deux influences majeures revendiquées par les texans, en plus de celle de Daughters, c’est dire si ça met l’eau à la bouche !

Et contrairement au programme de nombre de politiciens, les promesses sont tenues dans ce Memory Palace ! « Jack, Jack » n’attend pas pour nous balancer une énorme tornade chaotique, entre coups de basse bien lourds, enchaînements de fulgurances blindées de contretemps et de breaks ravageurs, tandis que le vocaliste éructe comme un forcené. Une excellente mise en bouche qui se poursuit de manière toujours aussi folle, avec bien des gimmicks empruntés à l’ex bande à Pusciato (« Abbott Is Dead Process » et son break central caractéristique, le groovy « Somerset ») ou au groupe-hommage à Tony Minelli de « Madame est servie » sur « Multiple Miggs », son ambiance plus pesante et ses sweeps dissonants. Et Daughters dans tout ça ? On en retrouve d’évidentes traces sur ce même « Multiple Miggs », « My Flesh Moves Like Liquid » (especès d’indus bien sombre dans l’esprit des derniers albums) ou sur « Unique New York » (avec des cris plus perçants comme aux débuts du groupe).

Vu comme cela, Memory Palace ne serait donc qu’une sorte d’hommage à ces trois groupes ? Il y a un peu de cela en effet, mais The God Awful Truth parvient vite à se forger une identité qui lui est propre, créant un liant entre ces influences en injectant à ses compos d’irrésistibles variations et passant en un éclair d’un breakdown ultra brutal à des accélérations supersoniques avec un sens de la frénésie jubilatoire, comparable à leurs collègues de roster The Callous Daoboys. En bref, un intense album d’un mathcore explosif pour un jeune groupe à suivre de très très près !

  1. Jack, Jack
  2. You’ve Got Red On You
  3. Kyoto, Go Go
  4. Abbott Is Death Process
  5. My Flesh Moves Like Liquid
  6. Multiple Miggs
  7. The Granny Killer
  8. Knockout Ned
  9. Somerset
  10. Unique New York
  11. Imhotep
  12. Wake Up Joe, It’s A Beautiful Day

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *