Evaporated Sores – Ulcerous Dimensions

Pas de commentaires      154
Style: indus/noise meets death/doomAnnee de sortie: 2020Label: Sentient Ruin Laboratories

Pour qui est au fait de l’underground US, le nom de Jared Moran doit peut-être parler à certains. Le gaillard est en effet aux commandes de très très nombreux projets (cherchez-le donc sur Metal Archives) qui vont du doom/sludge au grindcore en passant par du black metal plus ou moins expérimental. Sur Evaporated Sores, c’est du côté du death/doom que l’on va, bien entendu agrémenté de touches noisy/industrielles afin de transformer l’écoute d’Ulcerous Dimensions en bordel presque inaudible.

En effet, le trio (Moran ayant réussi à trouver ici deux camarades de jeu) va ici très loin, repoussant les limites de la violence pour titiller celles du chaos dissonant le plus oppressant. Mené par des borborygmes vomis (mais assez mis en retrait derrière le boucan), ces sept titres sont de véritables épreuves avec comme objectif (semble-t-il) de donner nausée et vertige à l’auditeur.

Ainsi on navigue par très loin des eaux (usées) d’un Gnaw Their Tongues ou d’un Sutekh Hexen avec ce goût masochiste de nous vriller les oreilles avec des sons irritants (je vous mets au défi de supporter la fin de « Eternal Inflation ») mêlé à une approche horrifique du death/doom (avec une touche black metal supplémentaire au niveau de la répétitivité des rythmiques). Le climat est donc ultra malsain, rampant et suffocant dans une glauquitude extrême, et achève de tordre nos conduits auditifs par l’ajout de ces bidouillages d’inspiration Merzbow/Full Of Hell.

Bref, la bande-son idéale pour prolonger Halloween à la maison. Evaporated Sores s’affaire ici en effet à donner de belles sueurs froides en plus d’un solide mal de crâne à quiconque parviendrait à tenir l’écoute de cet épouvantable premier album. Challenge accepted?

  1. Claimed By Inertia
  2. Eternal Inflation
  3. Regurgitated Existence
  4. Infinite Remission
  5. Rote Resurrection
  6. Eonic Parallel
  7. Cosmic Indifference

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *