Disillusion – Ayam

1 Commentaire      164
Style: Metal ProgAnnee de sortie: 2022Label: Prophecy Productions

Il ne vous aura probablement pas échappé que les géniteurs du mythique Back to Times of Splendor, avaient décidé de se reformer 10 ans après la sortie de leur deuxième album, le malaimé (et pourtant très bon) Gloria. Le résultat de cette reformation s’est incarné d’abord dans un EP, Alea sorti en 2016, suivi d’un album The Liberation paru en 2019. Un album plutôt unanimement acclamé même si j’étais pour ma part resté à quai à l’époque, incapable de retrouver la magie du premier album dont se rapprochait pourtant en théorie le plus cet album.

Rétrospectivement il s’agissait pourtant et effectivement d’un très bon album, même si je pense que ce tout nouveau cru 2022, Ayam, le surpasse de la tête et des épaules et pas seulement parce que sa pochette est encore plus belle!

Le groupe semble en effet y maîtriser encore davantage un songwriting pointu et affuté, jouant habilement avec les contrastes entre moments enlevés et passages plus posés voire atmosphériques. Dès « Am Abgrund » (premier gros morceau de l’album) par exemple, sur lequel certains passages évoquent brillamment Opeth (cf peu après 6 minutes pour vous en convaincre) et qui lui permet d’étaler ses qualités sur les 11 minutes que durent le titre. On y apprécie également des solo de guitare d’un grande beauté qui illustrent les compétences techniques toujours bien réelles des membres du groupe. Il est encore question de ces variations de tempo et d’ambiances sur l’excellent deuxième gros morceau de l’album (11 minutes encore) « Abide the Storm » avec même un saxophone très à propos qui se fait très présent à plusieurs moments du titre et renforce le côté montagnes russes du titre, encore une fois un modèle de composition tout en fluidité notamment dans les enchaînements.

Rien de très surprenant bien sûr car malgré cette science des contrastes que maîtrisent les allemands, et même s’ils flirtent fugacement avec le death metal (notamment dans les vocaux ponctuellement quasi growlés d’Andy Schmidt sur « Tormento ») on sait depuis longtemps que Disillusion n’a jamais été un simple groupe de death metal de plus tant on voit bien qu’il avait en effet vocation à proposer dès ses débuts bien davantage que « simplement » cela. Ayam en est une nouvelle démonstration : il est bien plus question de metal progressif, et de l’excellent metal progressif encore.

Les amateurs du genre seront donc forcément bien inspirés de ne pas passer à côté!

Tracklist :
01 – Am Abgrund
02 – Tormento
03 – Driftwood
04 – Abide the Storm
05 – Longhope
06 – Nine Days
07 – From the Embers
08 – The Brook

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1088 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Gonzorglub says:

    Gros client de Cult of Luna, Opeth et Enslaved, j’ai plongé sur ce disque grâce aux bons conseils de Krakoukass. Je ne connaissais rien de ce groupe… Et bien je kiffe grave, grand merci pour la découverte !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *