Imeptuous Rage – Inverted Redemption

1 Commentaire      1 057
Style: death metalAnnee de sortie: 2007Label: Genocide Records

D’origine brésilienne (hum…), signée sur un obscur label local au nom évocateur (Genocide records – heu…), accueillant un ancien batteur des vétérans Mystifier (mouais…), la troupe d’Impetuous rage n’a pas forcément toutes les cartes en mains pour attirer les regards aiguisés des fans de death old school. Et pourtant, ces derniers ferait bien de consacrer quelques minutes voire heures à ce premier full length, répondant au doux nom d’Inverted redemption.
L’album reprend la plupart des titres d’une demo sortie 1 an auparavant et intitulée Decayed in the Pecaminous Profoundness. C’est rapide me direz-vous ; pas tant que ça en fait puisque l’existence du groupe lui-même remonte à 2001. On se la coule douce en fait au Brésil ! Mais qu’importe, c’est peut-être ce temps qui a permis une telle maturation des morceaux et bravo et merci bien, n’allons pas les presser s’ils en ont besoin pour composer. Car ça compose grave sa reum chez les compatriotes d’Edson Arantes Do Nacimiento !
Globalement c’est plutôt la scène américaine (Malevolent creation, Monstrosity) qui fait figure de point de mire de la déferlante machiavélique même si on peut trouver çà et là d’autres influences des débuts 90’s (Benediction par ex. pour ne parler que du Royaume Uni).
Et comme si Impetuous rage voulaient finir de nous convaincre de sa dévotion à la vieille garde du metal pas gentil, ils nous gratifient d’un retour à 1984 via la reprise de « Massacra » de Hellhammer (figurant sur Apocalyptic Raids). Bref ‘voyez l’truc quoi : pas de structures alambiquées, pas de synthé, pas de quartier.
Le machiavélisme des Brésiliens auquel je faisais allusion réside dans leur faculté de reprendre des recettes qui ont vu passer bien des cuisiniers en les mettant à exécution comme de véritables chefs (bien pourrave la métaphore gastronomique). On est là pour apporter sa pierre à l’édifice du mal et éventuellement chier à foison sur la litanie chrétienne en déversant des riffs démoniaques sur des rythmes qui tabassent ou appellent à une invocation macabre. Rien que de très basique, certes, mais la sauce prend (et il insiste en plus !) et il n’y a pas lieu de bouder son plaisir puisque personne (entendez ni le groupe, ni le label) n’est ici pour revendiquer la naissance ex nihilo d’une bombe révolutionnaire ; d’autant que les solos bien sentis et la qualité de la production sont également au rendez-vous.
Même si le niveau d’excellence n’est peut-être pas constant de bout en bout (petite baisse de régime sur la fin, selon moi), je n’hésite pas à faire usage d’une formule éculée en la matière : galette vivement conseillée !

  1. let us fall in temptation
  2. inverted redemption
  3. disgusting god
  4. penance
  5. retaliator paradise
  6. massacra
  7. rotting devotion
  8. empire of lies
  9. terrorizing evil conquest

Chroniqueur

Darkantisthène

Il est né, il a chroniqué, il est mort, aurait pu dire Heidegger si... j'étais mort, si Heidegger était vivant et s'il s'était intéressé à ma prose autant qu'à celle d'Aristote. Et il n'aurait pas été à une connerie près le père Martin parce qu'avant de chroniquer, et après être né, figurez-vous que j'ai vécu ; et écouté de la musique.

darkantisthene a écrit 276 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. guim says:

    En fouillant un peu on voit qu’il y a l’ancien mystifier Alex Rocha aux fûts,je ne connaissais pas le groupe,les titres sur myspace sont convaincants,gracias pour la découverte senior darkanti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *