Racetraitor – Creation And The Timeless Order Of Things

Pas de commentaires      140
Style: hardcore/punk/grind atmosphériqueAnnee de sortie: 2023Label: Good Fight Music

Quasiment annoncé en même temps que la reformation surprise de The Hope Conspiracy (avec un EP dont je vous parlerai très bientôt !), voici le retour sans annonce préalable de Racetraitor avec un nouveau long-format, trois ans après leur split en compagnie de Closet Witch, Neckbeard Deathcamp et Haggathorn. Le légendaire groupe de Chicago (formé en 1996 !) contenant notamment le batteur de Fall Out Boy, Andy Hurley (qui officie aussi dans Sect, plus street cred), n’a rien perdu de ses convictions, ni de sa colère personnifiée par l’éruption volcanique de sa jolie cover…

Comme entrevu sur leur split, Racetraitor a décidé d’ajouter des atmosphères et des mélodies à son grindcore. Cela se traduisait alors par quelques arpèges ou breaks immersifs, mais sur ce nouvel album le groupe a décidé d’aller encore plus loin ! Ainsi « Eid » nous accueille ici dans un pays oriental avec présence d’un avaz, instrument typique perse. Une introduction immersive allant de pair avec la virulence soudain réapparue. Le contraste est donc radical et le groupe mené par Moni Mostofi va consteller cet album par ces ajouts orchestraux (« Cave Of The Patriarchs » où le violoncelle vient contredire la violence exaltée par sa profonde mélancolie).

Bref, on a ici un album vraiment insolite, au grindcore « hardcorisé » ravageur contrebalancé par ces zones mystérieuses (« Pastoral Monolith » où Dennis Lyxzén de Refused vient poser ses cris) et/ou émotionnelles (« Land Aknowledgement »), n’ayant pas forcément besoin d’y aller à toute allure pour faire son effet (les arpèges de « Black Creek / Red River » ou le surprenant et désespéré « Cape Rerenga » où l’on entend du chant plaintif féminin). Bref, Racetraitor a énormément ouvert son spectre sur ce nouvel album, touchant au crust, au doom et aux séquences progressives orchestrales plutôt osées pour un groupe provenant du punk hardcore aux textes toujours engagés. Plus ambitieux mais toujours aussi furieux, Racetraitor demeure l’une des voix parmi les plus révoltées de la scène hardcore/grind.

  1. Eid
  2. Chamelecon
  3. Cave Of The Patriarchs
  4. Godspeed
  5. Land Aknowledgement
  6. Pastoral Monolith
  7. Black Creek / Red River
  8. Santa Apolonia
  9. Sarcophagus
  10. Subordinate Terror
  11. Cape Rerenga
  12. Sword
  13. Pangea Proxima

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *