Pestilence – Spheres

ec3f30a7a9726d002d5662073494b248

Lorsque Pestilence décide de sortir Spheres, le groupe jouit d’une reconnaissance et d’une aura non négligeable. Tout va pour le mieux avec un Testimony of the Ancients qui a plutôt bien marché, et des tournées bien remplies. C’était sans compter sur l’énorme prise de risque qu’allait prendre Pestilence. Sans le savoir, (quoique, vu le virage à 360° qu’ils ont pris, ils devaient s’en douter) le groupe va se tirer une balle dans le pied, malgré un album qui va s’avérer tout simplement génial. Mais voilà, Spheres a un gros défaut : il est probablement sorti 10 ans trop tôt. Le public n’était pas prêt à ça, à cet OVNI musical, à cette…chose. A l’époque cet album s’est fait descendre en flammes par les critiques, et le groupe s’est mis à dos de nombreux fans (pour ne pas dire la totalité). Aujourd’hui encore, il suscite des discussions animées et ne fait pas l’unanimité autour de lui. Et c’est bien là tout son intérêt.

Alors qu’est ce qui se passe dans l’espace ? Eh bien, Pestilence nous avait habitué jusqu’ici à pratiquer un death brutal et assez technique. Hors, ici, hormis la voix de Patrick Mameli, on ne peut plus parler de death. On oublie les blasts et les gros riffs façon rouleau compresseur, ils sont aux abonnés absents. On oublie aussi toute forme de violence. Sont présents par contre riffs tranchants comme du papier de verre, production froide et extrêmement rugueuse, nappes de synthés étranges, bruits bizarres, basse et solos de guitare jazzy. J’aime autant vous dire que la douche a du être glacée pour le fan qui s’attendait à avoir sa dose de death metal millésimé. Comme le suggère la pochette, l’auditeur est emmené dans un voyage vers des mondes extra terrestres, aux confins d’un espace aux ambiances étranges et éthérées. Quelques interludes sortis d’on ne sait quel esprit dérangé viennent parsemer le disque au milieu de titres tous plus improbables les uns que les autres. Impossible ici de décrire chaque titre tellement on nage dans une forme de délire créatif. M’est d’avis qu’au pays des drogues douces légales, il devait y avoir un stock impressionnant dans le studio d’enregistrement…

Spheres sera un échec commercial qui entraînera le split du groupe. Dommage, car Pestilence a montré qu’il avait des capacités de renouvellement, des idées, et du talent. On peut penser ce qu’on veut de ce disque unique en son genre : prise de risque maximale, coup de folie, suicide commercial, coup de génie, bouse infâme. On peut idolâtrer Spheres pour son ambiance et son approche très particulière, ou lui balancer des cailloux pour la même raison. C’est le genre de truc atypique trop rare qui ne mérite pas d’être ignoré.  Adorez le ou détestez le, mais je vous en supplie : écoutez le !

Tracklist :

1/ Mind reflections
2/ Multiple beings
3/ The level of perception
4/ Aurian eyes
5/ Soul search
6/ Personnal energy
7/ Voices from within
8/ Spheres
9/ Changing perspectives
10/ Phileas
11/ Demise of time

A PROPOS DE Kane

Kane Amateur de metal depuis plus de 20 ans, sans style de prédilection particulier (quoique grand amateur de doom, death & black). Mes plaisirs extra-metalliques vont vers l'indus, l'électro, le trip hop, et le rock en général.

Kane a écrit 28 articles sur Eklektik.

4 commentaires

  1. Faudrait que j’écoute cet album tiens…

  2. Il faut ! Après tu aimes ou pas, là n’est pas la question. Je pense qu’il faut avoir écouté cet album au moins une fois dans sa vie. En plus il n’est pas long, il ne dure que 33 minutes.

  3. Y’en a qui feraient bien de réviser leur béscherelle du métal, lol, faut le faire pour ne pas connaître cet album. Vu le peu de message, y’en a pas mal. Y’a trop de poseurs du metal peut être bien….
    Bon album, suite logique de Testimony.

  4. Je m’étais intéressé à Pestilence suite à tes chroniques et franchement ce « Spheres » est assez exceptionnel. Celui qui me plait le plus avec « Testimony of the ancients ».

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • klone - here comes the sunjoss | 22 avril 2015
    Klone – Here Comes the Sun
    Eh bien, moi qui était toujours resté insensible à la musique de ce groupe, me voilà de plus en plus accro à ce nouvel album. J'ai tout de suite été séduit par la superbe voix claire de Yann, ce qui m'a donné envie d'y revenir plusieurs fois. Ensuite les compos se dévoilent au fil des écoutes. Très bel album et une g...
  • Moonspell - Extinctangrom | 20 avril 2015
    Moonspell – Extinct
    Plutôt agréablement surpris par ce disque d'un groupe que j'avais comme toi un peu lâché depuis la fin des années 90. Pas une grosse claque, mais un bon disque bien foutu. par les temps qui courent, c'est déjà pas si mal
  • djentHycare | 20 avril 2015
    Djent, késaco?
    Merci d'avoir mis des mots sur ce que je ressentais en écoutant Meshuggah et de m'avoir fait découvrir ces quelques groupes....! ;)
  • coverThibaut | 18 avril 2015
    Dead – Transmissions / Verse
    Je viens juste (ce matin) de recevoir mes deux EP de DEAD, donc l'album est aussi superbe. J'aimerais la K7, mais je ne trouve pas le bon de commande!!! J'adore DEAD, groupe exitant. A rejoindre les légendes françaises; JC Satan, Docteur Mix and the Remix et bien sûr Métal Urbain. T
  • Moonspell - Extinctsoldout | 13 avril 2015
    Moonspell – Extinct
    Pochette hideuse, ras le bol des pochettes copier/coller de Seth. Sinon excellent album ça doit bien faire une dizaine d'année que j'avais pas autant écouté un album de Moonspell, mention spéciale aux leads vraiment excellents (Domina en tête). Effectivement on réinvente pas la roue mais c'est, selon moi, largement au des...
  • Man is not a birdmetacello | 12 avril 2015
    Man Is Not a Bird – Survived the Great Flood
    Plutôt original et frais. Merci pour la découverte ! (surtout que cela n'a pas semblé facile)
  • Man is not a birdMarbaf | 09 avril 2015
    Man Is Not a Bird – Survived the Great Flood
    Merci pour la découverte !
  • Prodigy - TDIMEsoldout | 07 avril 2015
    Prodigy – The Day is My Enemy
    C'est marrant c'est justement Rok-Weiler qui m'a le plus branché sur l'album (je m'imagine qu'en live ça doit envoyer du lourd) tandis que le reste s'écoute sans réel déplaisir mais ne présente rien d'innovant ni de mémorable.