Pestilence – Spheres

ec3f30a7a9726d002d5662073494b248

Lorsque Pestilence décide de sortir Spheres, le groupe jouit d’une reconnaissance et d’une aura non négligeable. Tout va pour le mieux avec un Testimony of the Ancients qui a plutôt bien marché, et des tournées bien remplies. C’était sans compter sur l’énorme prise de risque qu’allait prendre Pestilence. Sans le savoir, (quoique, vu le virage à 360° qu’ils ont pris, ils devaient s’en douter) le groupe va se tirer une balle dans le pied, malgré un album qui va s’avérer tout simplement génial. Mais voilà, Spheres a un gros défaut : il est probablement sorti 10 ans trop tôt. Le public n’était pas prêt à ça, à cet OVNI musical, à cette…chose. A l’époque cet album s’est fait descendre en flammes par les critiques, et le groupe s’est mis à dos de nombreux fans (pour ne pas dire la totalité). Aujourd’hui encore, il suscite des discussions animées et ne fait pas l’unanimité autour de lui. Et c’est bien là tout son intérêt.

Alors qu’est ce qui se passe dans l’espace ? Eh bien, Pestilence nous avait habitué jusqu’ici à pratiquer un death brutal et assez technique. Hors, ici, hormis la voix de Patrick Mameli, on ne peut plus parler de death. On oublie les blasts et les gros riffs façon rouleau compresseur, ils sont aux abonnés absents. On oublie aussi toute forme de violence. Sont présents par contre riffs tranchants comme du papier de verre, production froide et extrêmement rugueuse, nappes de synthés étranges, bruits bizarres, basse et solos de guitare jazzy. J’aime autant vous dire que la douche a du être glacée pour le fan qui s’attendait à avoir sa dose de death metal millésimé. Comme le suggère la pochette, l’auditeur est emmené dans un voyage vers des mondes extra terrestres, aux confins d’un espace aux ambiances étranges et éthérées. Quelques interludes sortis d’on ne sait quel esprit dérangé viennent parsemer le disque au milieu de titres tous plus improbables les uns que les autres. Impossible ici de décrire chaque titre tellement on nage dans une forme de délire créatif. M’est d’avis qu’au pays des drogues douces légales, il devait y avoir un stock impressionnant dans le studio d’enregistrement…

Spheres sera un échec commercial qui entraînera le split du groupe. Dommage, car Pestilence a montré qu’il avait des capacités de renouvellement, des idées, et du talent. On peut penser ce qu’on veut de ce disque unique en son genre : prise de risque maximale, coup de folie, suicide commercial, coup de génie, bouse infâme. On peut idolâtrer Spheres pour son ambiance et son approche très particulière, ou lui balancer des cailloux pour la même raison. C’est le genre de truc atypique trop rare qui ne mérite pas d’être ignoré.  Adorez le ou détestez le, mais je vous en supplie : écoutez le !

Tracklist :

1/ Mind reflections
2/ Multiple beings
3/ The level of perception
4/ Aurian eyes
5/ Soul search
6/ Personnal energy
7/ Voices from within
8/ Spheres
9/ Changing perspectives
10/ Phileas
11/ Demise of time

A PROPOS DE Kane

Kane Amateur de metal depuis plus de 20 ans, sans style de prédilection particulier (quoique grand amateur de doom, death & black). Mes plaisirs extra-metalliques vont vers l'indus, l'électro, le trip hop, et le rock en général.

Kane a écrit 28 articles sur Eklektik.

4 commentaires

  1. Faudrait que j’écoute cet album tiens…

  2. Il faut ! Après tu aimes ou pas, là n’est pas la question. Je pense qu’il faut avoir écouté cet album au moins une fois dans sa vie. En plus il n’est pas long, il ne dure que 33 minutes.

  3. Y’en a qui feraient bien de réviser leur béscherelle du métal, lol, faut le faire pour ne pas connaître cet album. Vu le peu de message, y’en a pas mal. Y’a trop de poseurs du metal peut être bien….
    Bon album, suite logique de Testimony.

  4. Je m’étais intéressé à Pestilence suite à tes chroniques et franchement ce « Spheres » est assez exceptionnel. Celui qui me plait le plus avec « Testimony of the ancients ».

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • Bilan 2014beunz | 27 janvier 2015
    Bilan 2014 Krakoukass
    Je m'auto-réponds, il arrive sous peu :) @Krakou: merci pour tes remerciements en tous cas, en espérant que d'autres gentils lecteurs motivés voudront bien nous rejoindre !
  • Bilan 2014beunz | 26 janvier 2015
    Bilan 2014 Krakoukass
    Merci Ikea, ça fait plaisir ! :) Bon sinon mon top à moi, iléou ? :p
  • Bilan 2014Ikea | 26 janvier 2015
    Bilan 2014 Krakoukass
    Bonne année au site ! J'espère que vous trouverez des gens pour continuer à parler musique. Mais même en l'état, Eklektik est un webzine de qualité, que j'aime suivre quotidiennement :)
  • yoitw-whenlifecomestodeathkrakoukass | 02 janvier 2015
    Young And In The Way – When Life Comes to Death
    Une boucherie, comme l'illustre bien la pochette. Sans doute l'album le plus vicieux de l'année 2014.
  • audreyfall-mitaubeunz | 29 décembre 2014
    Audrey Fall – Mitau
    Effectivement, j'avais zappé le Sleepmakeswaves (alors que je l'ai encensé ici-même, Alzheimer quand tu nous tiens), par contre les deux autres je ne connais pas du tout mais je vais remédier à ça, merci pour les recommandations ! ;)
  • audreyfall-mitauAdrien64 | 28 décembre 2014
    Audrey Fall – Mitau
    Si si, cette année il y a eu de très bons albums de postrock. Hormis celui là, il y a ceux des australiens Sleepmakeswaves, des américains Set And Setting des Québécois Appalaches entre autre.
  • tellusian-collisionmors ultima | 25 décembre 2014
    Tellusian – Collision
    très très bon j'adore
  • horrendous - ecdysisBuck | 23 décembre 2014
    Horrendous – Ecdysis
    Ouais, je crois que dans New Noise, ils comparaient ce morceau à du Van halen, ou du hard fm 80, et c'est vrai qu'il y a de ça !