hardcore/punk

My Own Private Alaska – Let This Rope Cross All The Lands

Autrefois considéré comme une véritable « next big thing », My Own Private Alaska (aka MOPA) s’est pourtant éclipsé aussi vite qu’il est apparu. Un concept unique de screamo accompagné de piano sur un EP percutant, suivi par un premier album (Amen – 2010) enregistré par un certain Ross Robinson (Slipknot, At The Drive-In etc.), tout était là pour maintenir le groupe toulousain au sommet.

Terminal Bliss – Brute Err/ata

Tirant son nom d’après un (apparemment) navet avec Luke Perry, Terminal Bliss est un tout jeune groupe né l’année dernière mais dont les membres sont d’illustres figures de la scène punk/hardcore: on retrouve en effet au chant Cris Crude aka Chris Taylor (Pg.99, Malady, Pygmy Lush), son frère Mike à la guitare (mêmes groupes), Adam Juresko à la basse (City Of Caterpillar) et Ryan Parrish à la batterie (Darkest Hour, Iron Reagan, City Of Caterpillar), bref une solide compo d’équipe complétée par un certain Matt Michel (Majority Rule) à la prod.

Tendinite – Neither/Nor

Après deux EP bien agréables, voici que Tendinite se ramène enfin avec un véritable premier album histoire de ne plus nous laisser sur notre faim (comme je le déplorais sur ma chronique de Back In The Storm). Sur ce Neither/Nor, le trio rémois explore à nouveau les multiples facettes du garage rock, entre tradition old school, tendances psychés, noise ou encore punk, et incorpore tout ça toujours dans une énergie très contagieuse.

Gatecreeper – An Unexpected Reality

Valeur montante de la scène death US, Gatecreeper est de ces groupes désormais attendus au tournant. Et plutôt que de faire monter le suspense en annonçant/diffusant du son progressivement (démarche habituelle de n’importe quelle sortie de n’importe quel groupe), les cinq gars de l’Arizona ont surpris leur monde en livrant ce nouvel EP sans aucune annonce préalable. Et l’effet de surprise va complètement de pair avec l’approche musicale du groupe, diluant une grosse dose de nouveauté à l’intérieur de ces huit nouvelles compos.

Portrayal Of Guilt – We Are Always Alone

We Are Always Alone, en voilà un titre qui prend tout son sens en ces temps tourmentés. 2020 aura été une année psychologiquement très compliquée pour bon nombre d’entre nous, entre l’actualité (politique essentiellement et autre) provoquant jour après jour de plus en plus de dégoût et cette situation sanitaire n’en finissant plus, faisant souffrir de nombreuses personnes du fait de l’isolement qu’elle impose. Portrayal Of Guilt prend donc à bras le corps toutes ces infos aussi horripilantes qu’angoissantes, s’en imprègne pour régurgiter toute cette négativité dans un hardcore/metal vindicatif et libérateur.

Eyelet – The Devil Shining Out Your Eyes

Connu par les amateurs de screamo aussi acéré que désespéré, Eyelet est un groupe du Maryland s’étant petit à petit fait un nom dans cette scène. Ayant côtoyé Gillian Carter, Kid,Feral ou encore Terry Green sur des splits, le trio a aussi sorti plusieurs EP et un premier album (Nervewrecker – 2015) avant celui-ci. The Devil Shining Out Your Eyes interpelle déjà par sa cover horrifique, semblant comme un mix de Begotten (dont des extraits illustrent le clip de « Death Pierce Me » de Silencer) et des Yeux Sans Visage de Georges Franju. Une optique ultra sombre qui a par [...]

Salò – Sortez Vos Morts

En ces temps où les bars sont toujours fermés, voilà un album qui va nous immerger derrière le comptoir d’un tripot crasseux où traine odeur de vieux mégots et celle d’un reste de gerbe mal nettoyé sur un mur, un mur d’où a aussi apparemment coulé pas mal de sang. Vous l’aurez compris, on n’est pas là sur les grands boulevards et Salò n’est pas un patron de bar des plus accueillants, un accueil qui se fait d’ailleurs par un extrait d’un dialogue de Seul Contre Tous, histoire d’instantanément créer le malaise attendu.

Minerva Superduty – In Public

Connu jusqu’alors comme l’un des meilleurs représentants de la scène mathcore grecque (en compagnie notamment de Blame Kandinsky), Minerva Superduty (aussi connu sous le nom de MNRV) a freiné ses activités en 2018, semblant même avoir totalement disparu des radars. Leur retour en 2020 avec la promesse d’un nouvel album en toute fin d’année a donc rassuré les fans. Un nouvel album nommé In Public (qui n’est pas un album live contrairement à ce qu’il prétend) qui marque un sacré tournant dans l’approche musicale du groupe de Kalamata.

Mini-chroniques de fin d’année, la seconde vague…

Et c’est reparti pour une seconde vague de mini-chroniques, une fois encore voici quelques albums qui ont marqué d’une manière plus ou moins forte cette si spéciale année 2020, qui, malgré ses conditions, a livré pas mal de bonnes choses à se mettre dans les oreilles, voyez plutôt…
Crowning – Survival Sickness (Zegema Beach Records)

Mené par le chanteur des excellents Frail Hands, Crowning est un jeune groupe mélangeant screamo et (emo)violence pour un cocktail survitaminé tous nerfs dehors. Les courtes dix-huit minutes de ce nouvel album (faisant suite à quelques splits et Eps) passent bien vite, déversant [...]

Mini-chroniques de fin d’année, la première vague…

La fin de l’année approche à (trop) grands pas et force est de constater que de nombreux albums de l’année 2020 ne figurent pas (encore) sur votre webzine favori. Manque de temps ou d’inspiration (voire les deux), voici quelques oubliés/découvertes de 2020 valant le détour sous forme de mini-chroniques. Et comme on dit pour le covid, il y aura d’autres vagues bientôt, prenez soin de vous !