hardcore/punk

[Mini-chroniques] Rattrapage mensuel (janvier 2024)

Chaque mois, c’est la même chose, il y a beaucoup, beaucoup trop d’albums qui sortent ! Alors oui, c’est la preuve que la (les) scène(s) se porte(nt) bien, mais au moins une centaine de sorties par semaine, ça demande beaucoup de temps pour tout écouter voire écrire quelque chose dessus. Et alors que janvier est passé à la vitesse de l’éclair (malgré un ressenti plus conséquent, avouons-le), énormément d’albums sont passés à la trappe. Voici donc un petit rattrapage (qu’on va tenter de faire mensuellement) sur quelques sorties/découvertes valant le coup d’oreille (si elles n’y ont pas déjà atterri [...]

Birds In Row & Coilguns – You and I in the Gap

Malgré pas mal de concerts, Birds In Row n’aura rien sorti de nouveau en 2023. Mais fort heureusement, les fans n’auront pas eu trop longtemps à attendre en 2024 car c’est en ce début 2024 que le trio lavallois revient sur album… et il n’est pas seul ! Les suisses de Coilguns, valeur sûre de la scène noise/math/hardcore, complète donc le casting de ce split contenant trois titres composés entre les deux groupes. Car ce You and I in the Gap a avant tout un concept de création collaborative, chaque membre des deux groupes ayant apporté leur pierre à [...]

Frank Carter & The Rattlesnakes – Dark Rainbow

Même si l’on a pas parlé de lui depuis Modern Ruin (2017), Frank Carter & The Rattlesnakes a depuis poursuivi son rythme de croisière, à savoir un album tous les deux ans: l’acclamé End Of Suffering en 2019 puis le mitigé Sticky en 2021. Comme pour ce dernier Dark Rainbow devrait diviser un peu les fans tant le britannique fait un grand écart stylistique…

Our Future Is An Absolute Shadow – LP

Derrière ce nom pessimiste se cache l’un des groupes qui monte de la scène screamo/emoviolence canado-américaine. Composé de membres et ex-membres de Cloud Rat, Old Soul ou encore Quietus (parmi beaucoup d’autres formations issues de la scène UG), Our Future Is An Absolute Shadow a déjà signé deux splits, l’un en compagnie de Komarov, l’autre avec Eyelet, Elle, Hawak, Burial Etiquette et Joliette. Des formations de référence qui ont permis à OFIAAS de commencer à se faire une petite réputation avant la sortie de ce premier LP.

Something Animal – Bestial Curse Part 1

Fort de son concept analysant les comportements humains au travers d’animaux leur ressemblant beaucoup, Something Animal fait son retour presque cinq ans après Urban Zoology, premier EP qui avait alors permis au quintet parisien de se présenter. Ces présentations faites, voici Bestial Curse Part 1, nouvelle mouture qui, comme son nom l’indique, est la première partie d’une trilogie.

Junta – S/T

Nouvelle addition au riche roster de Sentient Ruin Laboratories, Junta a beau avoir un nom et pas mal de lyrics en espagnol, le groupe provient pourtant de New York City. Œuvrant dans un punk hardcore à la production bien crue, le quartet balance vingt minutes dédiées à la rue (affirmé sur l’intro de « Screwdriver ») et à tous les révoltés qui s’y trouvent, fort de ses lyrics anti-impérialistes, anti-injustices sociales et anticapitalistes.

Resin Tomb – Cerebral Purgatory

Composé essentiellement de membres de Siberian Hell Sounds et de Consumed (deux groupes trop confidentiels), Resin Tomb sort enfin un premier album faisant suite à deux EPs plus que prometteurs (un éponyme en 2020 puis Unconsecrated//Ascendency en 2022). Le groupe australien aime la violence et le bordel, il livre donc avec ce Cerebral Purgatory une bonne grosse branlée bien méchante.

Yersin – The Scythe Is Remorseless

Malgré la présence du chevalier en armure sur son fidèle destrier sur la cover de The Scythe Is Remorseless, Yersin n’officie pas du tout du côté du power metal ! Le trio britannique (que je découvre avec ce second album, le premier intitulé Guilt étant sorti en 2020) apprécie l’hybridation et mixe là une base crustcore avec des éléments venus du metal au sens large du terme (black, death, thrash), tout ça condensé en même pas une demi-heure forcément bien incisive !

Infant Island – Obsidian Wreath

Après avoir sorti quasiment coup sur coup un EP (Sepulcher) puis un album (Beneath), tous deux en 2020, on ne s’attendait pas à devoir attendre autant avant d’avoir une suite (surtout que l’album était cruellement court). Et après plus de trois ans et demi de calme plat, le groupe de Virginie fait enfin son retour, cette fois chez Secret Voice, label dont le boss n’est autre que Jeremy Bolm, vocaliste de Touché Amoré.

Lifesick – Love And Other Lies

De l’eau a coulé sous les ponts depuis Misanthropy, troisième long-format des danois Lifesick, adepte d’une mixture bien haineuse de death metal et de hardcore à tendance beatdown. Attiré dans ses filets par la pointure Metal Blade Records, voici donc un premier EP trois-titres histoire de marquer les esprits dès son arrivée. Et en trois titres, le quintet de Fredericia propose un tiers de (vraie) nouveauté et deux tiers plus « traditionnels » mais accompagnés d’invités de marque.