hardcore/punk

Mint Green – All Girls Go To Heaven

Jeune formation issue de la prolifique scène bostonienne, Mint Green interpelle en premier lieu par son intrigante cover, le groupe y apparaissant à l’intérieur d’une sorte de tableau un peu arty. On était en droit d’avoir quelques doutes quant au contenu de All Girls Go To Heaven, leur premier album. Or l’adage « on ne juge pas un livre à sa couverture » peut ici très bien être utilisé car la musique du groupe allie (presque paradoxalement) simplicité et émotions.

Ona Snop – S/T

Pour qui apprécie la scène fastcore/powerviolence, Ona Snop est normalement un nom que vous avez déjà aperçu. Le quartet de Leeds écume en effet la scène depuis quelques années en ayant déjà livré pas mal d’albums dont un split avec Power Trip (2020). Pour ce nouvel album sans titre, les anglais ont repris (plus ou moins) les mêmes couleurs que leur précédent long-format (façon de parler, les titres dépassant difficilement la minute !) et balancent avec toujours autant d’entrain leur propre version du genre.

Young Harts – All I Got

Envie d’un coup de frais après les chaleurs accablantes des dernières semaines ? Cet album à la cover estivale donnant bien envie d’y piquer une tête pourrait bien vous aider ! Après Truth Fades il y a deux ans, les couleurs se sont éclaircies et le temps apparait plus à la détente pour les clermontois de Young Harts.

Thin / The Wind In The Trees – Split

Jeunes valeurs montantes de la scène mathcore US, Thin et The Wind In The Trees ont une affection particulière au chaos et à l’imprévisibilité. Leur petite réunion prédestinée prend donc vie chez un expert en la matière, l’excellent Twelve Gauge Records à qui l’on doit des sorties de Heavy Heavy Low Low, Sabertooth Zombie ou encore plus récemment le premier opus de For Your Health.

Sons – Sweet Boy

Ces Fils-là sont belges, provenant de Flandres (au Nord de la Belgique, pas loin d’Anvers) et ont peut-être déjà été sous votre radar avec leur premier album Family Dinner (2019). Si ce n’est pas le cas, vous pourrez le tester après ce Sweet Boy et juger de l’évolution entre les deux opus. En ce qui concerne la production de ce dernier, sa conception a été un peu complexe: façonné durant la pandémie, produit à distance avec le producteur australien Michael Badger-Taweel, ce nouvel album façon « télétravail » bénéficie d’un son garage abrasif allant de pair avec l’énergie déployée par Sons.

Chamber – Carved In Stone

Alors qu’on est encore en train de se remettre de la fessée Cost Of Sacrifice (2020), Chamber revient sans crier gare nous remettre un rapide aller-retour sur notre postérieur endolori. En effet, aucune promotion préalable n’a accompagné ce Carved In Stone, EP trois titres surprise qui vient poursuivre avec fracas les bonnes impressions laissées par leur premier LP.

Crossed – Morir

Deux ans après l’avoir découvert sur le très bon Barely Buried Love, Crossed daigne enfin lui donner une suite. Le quartet madrilène en a toujours sur le cœur et possède encore du soufre en réserve. Avec son titre explicite, Morir est une célébration plus que sauvage de la mort, bardée de stridences et de cris décharnés.

Terror – Pain Into Power

Si l’on est fan de hardcore, un nouvel album de Terror c’est un peu comme quand on revoit une bande de potes dans son bled s’enfance alors qu’on habite plus dans le coin : on y va pas si souvent mais ça fait bien plaisir sur le coup. Sur Pain Into Power, Terror illustre d’autant mieux cette impression par deux faits et non des moindres: Scott Vogel (chant) a décidé de revenir sur ses terres natales (Buffalo) et de renouer avec le guitariste d’origine, parti fonder les aujourd’hui énormes Nails, Todd Jones (qui s’occupe d’ailleurs aussi de la production [...]

If I Die Today – The Abyss In Silence

Ecumant la scène hardcore italienne depuis 2007, If I Die Today sort avec The Abyss In Silence son quatrième album. On a ici au menu (à peine) vingt-trois minutes de hardcore sombre et agressif appuyé par des parties sludge histoire d’en imposer niveau lourdeur. Un pari gagnant ?