dreampop/shoegaze

Cremation Lily – Dreams Drenched In Static

Cremation Lily, c’est le projet d’un certain Zen Zsigo, mec pas si zen que ça puisqu’il dort très peu et souffre apparemment de dépression. Mais derrière l’aspect négatif de cette info se cache une créativité et surtout une incroyable productivité (comme l’attestent les très nombreuses sorties qu’on peut trouver sur son Bandcamp, ainsi que sa participation à de nombreux collectifs comme BLACKCLOUDSUMMONER par exemple) du gaillard. Pour Dreams Drenched In Static, il quitte même l’autoproduction en signant chez The Flenser, label réputé notamment pour avoir Have A Nice Life ou Planning For Burial dans son roster.

Tempers – New Meaning

Si l’envie vous prenait d’aller faire un tour à pied la nuit, voici la bande sonore qu’il vous faut ! Pour son quatrième album, le duo Jasmine Golestaneh (chant)/Eddie Cooper (synthés) nous convie à une déambulation nocturne sur fond d’une synthpop typée 80’s, au jeu sur les échos rendant ce New Meaning tellement obsédant.

Tassi | 水树 – 北之国三 (Northland III)

Comme son nom l’indique, Northland III est le troisième volet des aventures de Tassi AKA Dryad (Bliss Illusion), multi-instrumentiste chinois (basé à Beijing) qui nous conte en musique les pérégrinations d’un barde faisant un voyage aussi mystique qu’ésotérique dans un univers paradisiaque à la recherche de son amour nommé(e?) Uni. Débutant même par le réveil du personnage central (« Star Palace », désolé par avance de ne pas écrire les caractères chinois), ce nouvel album est un concept-album (de type « voyage dans le temps ») très varié, nous immergeant dans un monde onirique doux-amer, plein de bruitages et de fragilité.

Violence – Area Sub Rosa

Avec leur son à la croisée du crust et du blackened hardcore cathartique (matérialisé dans leur très bon dernier album en date The Coldest Place Is Within Myself – 2018), les danois de Woes ont apparemment décidé de calmer leurs ardeurs. On retrouve chez Violence leurs membres dont les envies semblent aujourd’hui d’aller dans des émotions diamétralement opposées.

Downward – The Brass Tax

Repéré il y a cinq ans avec un premier long-format éponyme, Downward est un quartet de l’Oklahoma fan de Hum, tirant d’ailleurs son patronyme de lyrics du groupe de shoegaze étant revenu il y a quasiment deux ans avec Inlet. Et si Hum est pour Downward une influence évidente, on ne doit pas les restreindre à une simple copie.

Cloakroom – Dissolution Wave

Cloakroom célèbre ses dix ans avec ce Dissolution Wave et vient par la même occasion briser cinq ans de silence après le très bon Time Well. Toujours chez Relapse, le trio originaire de l’Indiana revient à nouveau avec son shoegaze si personnel agrémenté de space rock au fuzz maousse, présentant pour l’occasion un concept particulier abordant la question de l’humanité, de l’art, de l’abstrait, tout ça avec une narratologie du côté de la cosmologie.

Indigo Birds – The Influence Of Loneliness

The Influence Of Loneliness est le premier album des parisiens Indigo Birds, des oiseaux colorés qui le présentent ainsi « cinquante minutes d’une escapade sonore, un ambitieux premier opus. Une collection d’expériences capables de se nicher dans les oreilles du plus grand nombre ». Une description intrigante donnant déjà fortement envie de laisser éclore leurs œufs dans nos conduits auditifs…

Sea Fever – Folding Lines

Projet monté par le duo de vocalistes Iwan Gronow (Haven) et Beth Cassidy (Section 25), Sea Fever aurait pu être un groupe de pop rock (à tendance synthético-futuriste) lambda auquel on n’aurait pas vraiment prêté attention. Mais quelques arguments de poids complètent le line-up: le batteur Elliot Barlow (Shadowparty, groupe composés de membres de Devo et New Order) puis Tom Chapman (basse) et Phil Cunningham (guitare), tous deux provenant de New Order, autant dire que le line-up de Sea Fever en impose pas mal et incite à être écouté !