prog rock/metal

Minipony – Ajna

Mon petit poney est tout mignon mais saviez-vous qu’il avait des tendances carnivores et schizophrènes ? Car derrière le nom incongru de ce groupe équatorien, se cache un trio mené par la charismatique chanteuse Emilia Moncayo (qu’on avait déjà croisé dans le projet dub/doom Blackwood, chroniqué ici il y a quelques années), accompagnée par le guitariste Amadeus Galiano et par le batteur Filippo Brandimarte. Auteur du surprenant « Imago » (2017), le trio vient lui donner une suite, enregistré pas par n’importe qui puisque c’est au Silver Cord Studio sous la houlette de son illustre propriétaire Joe Duplantier (Gojira).

Porcupine Tree – Closure / Continuation

Bon vous m’excuserez mais je vais commencer par râler comme ça ce sera fait et on pourra passer à la musique. C’est que Steven Wilson business man commence à m’exaspérer un tantinet. Pour commencer dans les griefs, même si celui-ci est mineur, annoncer un nouvel album plus de 7 mois avant sa sortie paraissait un peu prématuré et inutile (big up à tous ceux qui au contraire nous annoncent un album une semaine ou un mois avant de le sortir). Bien sûr vous me direz qu’après 13 ans d’absence, on pouvait bien attendre 7 mois de plus… Mais ce [...]

Maktkamp – I Affekt

I Affekt est le premier album de Maktkamp, jeune formation norvégienne qui débarque cette année avec un mélange des genres bien énergique. Mais avant cela, parlons de la cover de l’album: signée Sigbjørn Lilleeng qui produit là une sorte de comics à sa manière, un peu bizarre mais très jolie, celle-ci interpelle visuellement avant qu’on ait entendu une seule note.

Sabotør – Skyggekæmper

Sabotør, c’est un trio danois un peu perché, jouant parfois avec des masques de robots (un peu comme une version alternative d’Imperial Triumphant et des musiciens de Ghost) ou encore avec leur chanteur grimé en magicien (tandis que ses comparses apparaissent à moitié à poil, cf. le premier clip ci-dessous), non avare en fuzz et en déconne. Skyggekæmper, leur premier album, se révèle comme une réjouissante découverte pour peu que vous soyez ouverts aux ambiances rétro et théâtrales.
Amusant et bizarre à la fois, les danois nous accueillent sur les notes de « Robot », ouverture inquiétante dans un premier temps [...]

Kneel Before The Death – Memoir

Quartet originaire d’Helsinki, Kneel Before The Death a commencé ses activités en 2015 en sortant un EP puis un single « Miserere Mei » (2018), avant de prendre son temps pour lui donner une suite. Quatre ans auront donc été nécessaires pour façonner les trois titres de ce Memoir, nouvel EP faisant cohabiter deathcore et symphonique.

Pure Reason Revolution – Above Cirrus

On avait retrouvé en 2020 avec un grand bonheur les anglais de Pure Reason Revolution, avec un album vraiment très réussi, quasiment au niveau de son premier et mythique album The Dark Third. Il n’aura cette fois pas fallu attendre longtemps, puisque si 10 ans séparent Hammer and Anvil de son petit frère, ce ne sont que deux ans qui se sont écoulés depuis la sortie d’Eupnea. Et ce qui semble de prime abord être une bonne nouvelle n’en est peut-être pas une au final.. Mais on y reviendra.
En tout cas une chose est claire dès l’ouverture de [...]

Déhà – Décadanse

Pour celles et ceux qui ne le connaîtraient pas (encore), Déhà est un multi-instrumentiste belge à la tête de très nombreux projets solo et participant aussi à des groupes internationaux tels que Maladie, Cult Of Erinyes, Wolvennest, Slow ou encore We All Die (Laughing). Une profusion de projets pour un spectre musical très ouvert, où les influences metal extrême (au sens large du terme) côtoient parfois des influences plus étonnantes allant du classique à l’electro. Ultra prolifique pour son projet personnel (avec énormément de sorties entre 2020 et 2021, le covid l’ayant sûrement beaucoup inspiré), voici Décadanse, album de [...]

Lux Incerta – Dark Odyssey

Lux Incerta est un groupe qui prend son temps. Créé à Paris en 2000, c’est seulement en 2012 que sort A Decade Of Dusk, son premier long-format. Dark Odyssey vient donc briser dix années de silence – enfin pas tout à fait, le groupe étant apparu sur un tribute à Cathedral en 2019 – durant lesquelles le groupe aura connu de nombreux changements de line-up (survenus entre 2018 et l’an dernier), ne laissant qu’Arkham (guitare, ex-The Old Dead Tree) et Agone (chant, Penumbra) comme ultimes membres originels.

Deadnate – The North Sea

Après un premier EP Concrete Flood (2018), les danois de Deadnate ont sorti l’an dernier The North Sea Pt.1, soient cinq titres permettant de patienter avant la livraison de l’ouvrage intégral (contenant deux fois plus de morceaux, ou presque vu qu’il y a une intro). Le quartet de Fredericia aime beaucoup Gojira, cela se voyait beaucoup sur leur premier EP, mais tente de plus ouvrir son spectre sur The North Sea.

Yawn – Materialism

Jeune quintet originaire d’Oslo, Yawn débarque avec un premier album fruit d’influences diverses et d’expérimentations. Et si un tel nom pouvait faire penser à une piètre estime de leur musique (« bâillement »), les norvégiens tentent au contraire de prouver ici que l’ennui ne fait pas partie de leur répertoire.