metal/hardcore

Erra – S/T

Ayant quelque peu lâché le metalcore ces dernières années, je n’avais jamais entendu une seule note d’Erra avant de recevoir leur nouvel album. Le groupe de Birmingham (en Alabama, pas en Angleterre) a pourtant sorti pas moins de quatre albums avant cet éponyme, marquant pour le coup leur signature chez UNFD (Northlane, Stray From The Path…). Gros son qui vous tErrasse, basses ultra puissantes et… mélodies chantées un peu forcées, voilà le programme de ce nouvel opus.

Horndal – Lake Drinker

Nous avions rattrapé notre loupé de 2019 en évoquant l’an passé le premier album des suédois d’Horndal qui valait vraiment le détour. Et voici que le deuxième album est déjà là, depuis le 9 avril dernier.
Les suédois continuent de nous raconter les malheurs des habitants de la ville du même nom Horndal, devenue un désert suite à la désindustrialisation dont elle fut la victime il y a quelques années.
Au programme, pas de changement, et on apprécie toujours autant ce metal noisy toujours aussi chiant à décrire précisément même si finalement la musique des suédois s’avère plutôt simple [...]

Pupil Slicer – Mirrors

Quel prof n’a jamais rêvé de découper en petits morceaux un élève turbulent ? Pupil Slicer m’est apparu d’abord par son nom comme un groupe d’anciens collègues souhaitant aujourd’hui prendre sa revanche sur les cancres qu’il aura croisé dans sa carrière. Sauf que pupil veut aussi dire « pupille », donc on peut aussi y voir une référence au fameux film Un Chien Andalou (Luis Buñuel collaborant avec Salvador Dali) et de sa séquence… douloureuse d’un œil coupé avec une lame de rasoir. Bref, quelle que soit la provenance de son nom, ce jeune trio londonien envoie du brutal.

Dvne – Etemen Ænka

En voilà un que j’attendais avec une très grande impatience, après l’amuse-bouche Omega Severer offert l’an passé qui contenait justement un morceau de ce nouvel album (« Omega Severer » donc) et le réenregistrement d’un ancien titre sublimé (« Of Blade and Carapace »). Et la déception n’est heureusement pas à l’ordre du jour alors que l’on peut enfin tous apprécier le deuxième album long format des écossais.
Etemen Ænka est un beau bébé de 67 minutes exposant de fait le groupe au risque de tomber dans l’écueil des albums trop longs : se retrouver avec du trop plein ou des passages peu [...]

Autarkh – Form in Motion

Autarkh, c’est le dernier projet en date du prolifique néerlandais Michel Nienhuis, après Dodecahedron au sein duquel il était déjà le songwriter en chef, en plus de son rôle de guitariste. Le voilà aux commandes de cette nouvelle entité, pour laquelle il a une nouvelle fois écrit l’intégralité des morceaux composant ce premier album, Form in Motion, en plus d’endosser cette fois le rôle de guitariste mais aussi chanteur/hurleur. Il est épaulé par un line-up renouvelé à l’exception de son second Joris Bonis, guitariste chez Dodecahedron (et chez Ulsect), qui prend ici en charge la dimension « synthétique », ô combien [...]

Hazing Over – Pestilence

Si vous lisez régulièrement nos chroniques, vous devez avoir retenu le nom de Shin Guard. Leur dernier album 2020 est selon moi le meilleur album de 2019 (oui, comme je l’ai déjà dit, ils étaient en avance sur leur temps), contenant un mix de mathcore, de screamo, des mélodies irrésistibles et une mine d’idées plus captivantes les unes que les autres. Un avenir radieux s’offrait alors à eux, sauf que vous aurez noté que j’en parle ici à l’imparfait. Car oui, Shin Guard n’est plus. Le groupe a sorti en début d’année un mystérieux teaser sur Facebook avant que [...]

Portrayal Of Guilt – We Are Always Alone

We Are Always Alone, en voilà un titre qui prend tout son sens en ces temps tourmentés. 2020 aura été une année psychologiquement très compliquée pour bon nombre d’entre nous, entre l’actualité (politique essentiellement et autre) provoquant jour après jour de plus en plus de dégoût et cette situation sanitaire n’en finissant plus, faisant souffrir de nombreuses personnes du fait de l’isolement qu’elle impose. Portrayal Of Guilt prend donc à bras le corps toutes ces infos aussi horripilantes qu’angoissantes, s’en imprègne pour régurgiter toute cette négativité dans un hardcore/metal vindicatif et libérateur.

Juan Bond – Womb

Nous sommes en 2021 et le monde ne semble pas avoir quitté sa spirale de folie entamée l’an dernier (même si Trump a quitté la Maison Blanche). Sorti le premier janvier dernier, le premier long-format de Juan Bond s’accorde totalement avec l’état d’esprit actuel où beaucoup (trop) de gens semble l’avoir perdu, l’esprit. Womb est en effet une plongée dans un univers déjanté mélangeant mathcore, metal(core), expérimentations psychédéliques et instruments inattendus (du violon et de la clarinette notamment).

McClane – F.H.T.H-1

Quelques mois seulement après l’énorme Sale Contre Tous, McClane fait son retour avec non pas 58 minutes pour vivre mais un nouvel EP trois titres. F.H.T.H-1 reprend peu ou prou les même éléments que son grand frère mais y ajoute quelques doses de nouveautés. Le gaillard l’annonce lui-même: « Enter the synthphonic rave metal era ».