post-rock/math rock

Glassing – Twin Dream

Enorme surprise de 2019, Spotted Horse avait alors permis à Glassing de se faire un nom dans le monde du…heu… black metal/screamo/math-post-noise etc. Car oui les texans montraient alors une belle faculté à mélanger les genres tout en parvenant à créer un liant et une forte personnalité sans pour autant paraître déséquilibré. Deux ans plus tard, Twin Dream reprend peu ou prou les mêmes éléments que le quartet modèle selon lui.

Carmen Sea – Hiss (EP)

Tout commence avec ces sonorités dissonantes de violon qui installent une ambiance inquiétante, presqu’hitchcockienne. Les français de Carmen Sea nous invitent ainsi à pénétrer leur univers bigarré fait de post-rock instrumental, enrichi de la présence (tout sauf anecdotique) dudit violon, qui vient ajouter une touche originale bienvenue pour compléter une formation guitare/basse/batterie très classique donc à la base. On retrouve d’ailleurs ce violon à peu près partout sur le disque, véritable clé de voûte de la musique de Carmen Sea participant activement à l’installation de cette ambiance cosmico-inquiétante (cf « A Last Call »). Quelques sonorités de synthé peuvent aussi (si [...]

So Hideous – None But a Pure Heart Can Sing

Après six ans d’absence (suite à Laurestine), So Hideous sort enfin de l’autoproduction en signant sur le label de Michael Kadnar (pas n’importe qui puisqu’il est le batteur de The Number Twelve Looks Like You et de Downfall Of Gaia): Silent Pendulum Records. Et pour l’occasion le « label manager » a intégré le groupe derrière les fûts en même temps que le bassiste DJ Scully (Black Table). Une revue d’effectif qui ne modifie en rien les ambitions musicales de So Hideous, bien décidé à faire cohabiter post-black metal et orchestrations dans un même écrin.

In Solastalgia, Either Way – Morii

In Solastalgia, Either Way est le projet d’un canadien, Jean-Philippe Hébert, dont le fruit du boulot de longues années est enfin dévoilé avec ce Morii. Il faut dire que cet album n’est pas un simple album de post-rock comme un autre puisqu’il traite des idées du philosophe australien Glenn Albrecht, spécialiste de l’environnement et créateur du terme « solastalgie », soit l’état de souffrance et de détresse psychique créée par les changements environnementaux.

Stone From The Sky – Songs From The Deepwater

Quatrième album studio pour Stone From The Sky (sans compter les splits et autres albums live), le trio manceau poursuit sa route toute instrumentale majoritairement influencée par le stoner et le desert rock mais annonce l’inclusion de nouvelles influences provenant de leur nouveau batteur, fraîchement arrivé. Ainsi des influences post-hardcore voire screamo sont annoncées s’intégrer au fuzz traditionnellement déversé par le groupe.

Underdark – Our Bodies Burned Bright On Re-Entry

Démarré du côté de Nottingham en 2015, Underdark est un groupe de black metal enrichi de bien d’autres courants tels que le screamo, le shoegaze ou le post-rock (que l’on simplifie – un peu péjorativement – en post-black metal). Pourtant ce premier long-format à la très jolie cover est tel un nouveau départ, le groupe ayant accueilli en ses rangs un nouveau chanteur, Abi Vasquez il y a deux ans, s’illustrant ici par un chant volubile entre cris (très) perçants et growls profonds…

Chassm – Falling Forever

Art As Catharsis est un gros pourvoyeur de curiosités sonores, de groupes iconoclastes difficiles à classer et n’hésitant pas à expérimenter quitte à rendre l’écoute d’un album tel un puzzle pour lequel toute sa concentration est requise pour faire s’imbriquer toutes les pièces les unes aux autres. Chassm ne déroge donc pas à la règle. Partant sur des bases entre doom, sludge ou abrégées en post-metal, le jeune groupe originaire de Brisbane n’hésite donc pas à s’affranchir des conventions desdits styles pour aller où bon lui semble.

The Flight Of Sleipnir – Eventide

Il y a des groupes comme ça dont on perd la trace faute de nombreuses sorties à côté. C’est le cas de The Flight Of Sleipnir dont je vous avais parlé en 2013 avec leur très bon album Saga et qui a depuis poursuivi son bonhomme de chemin chez Napalm Records (V. – 2015) puis chez Eisenwald où le groupe du Colorado officie toujours depuis Skadi (2017). Eventide poursuit sous les mêmes auspices que ces albums à l’univers toujours aussi particulier.