death/grind

Depleted Uranium – Origins

Originaire du Canada (de Toronto plus précisément), Depleted Uranium est un quartet énervé respectant le port du masque (à gaz). Origins est leur second album (leur premier éponyme étant sorti en 2018) mais correspond en réalité à leur premier. Et c’est là que vous vous dites « hein quoi ?! ». Explication: l’enregistrement (en live) de ce dernier a eu lieu en 2010, le groupe a conservé tout ça et le sort cette année tel un prequel afin de montrer d’où il vient.

Invultation – Unconquerable Death

Envie de vous faire malmener par un gentil petit album de death/war metal ? J’ai ce qu’il vous faut avec cet Unconquerable Death, second album (après Wolfstrap – 2020) du one-man band Invultation. Mené par un certain Andrew Lampe, celui-ci se tient pourtant dans l’obscurité pour ses nombreux projets, qu’ils soient dans le doom/death (Longbarrow), le black metal atmosphérique (Echushkya) ou le death façon Incantation (The Wakedead Gathering, son projet le plus prolifique).

Diabolisches Werk – Beast

Projet monté par des membres de Dysangelium et Endstille (entre autres), soient de respectables groupes germains actifs depuis pas mal d’années, Diabolisches Werk a été monté (comme tant d’autres) durant la pandémie de 2020. Ayant envie de changer de registre, le jeune groupe de vétérans a décidé de s’orienter vers un death metal incisif bercé par les rythmiques du thrash.
Pissmark, Smellhammer (jolis noms fleuris !) et leurs amis balancent donc sur Beast vingt-quatre minutes aussi brutes que sales, « The Excremist » a son titre parlant pour lui-même tandis qu’on va musicalement dans du thrash plutôt traditionnel mené par la [...]

Detest – We Will Get What We Deserve

Pour les amateurs de death underground, le nom de Detest doit peut-être leur parler. Actifs au tout début des 90’s, ces danois avaient tout pour réussir suite à un premier album (Dorval – 1993) ayant obtenu son petit succès. Malheureusement, le trio célèbre un peu trop tout ça et le cocktail drogue/alcool aura alors raison de Detest en 1996. Dix-huit ans après, le groupe se remet en selle avec un nouveau guitariste, désormais complètement clean mais toujours habité par cette fibre death metal qui ne l’a jamais quitté.

Reveal – Doppelherz

Reveal (ou Reveal! mais le groupe a apparemment abandonné le « ! » après son deuxième album), est un groupe suédois formé en 2010 dont je n’avais pour ma part jamais entendu la moindre note avant la fin d’année 2021, et ce alors même que le groupe avait déjà sorti 3 albums avant ce Doppelherz qui nous occupe ici et qui est (sauf surprise) mon dernier gros coup de cœur de 2021 et qui fait une entrée fracassante dans mon top annuel.
On est clairement ici face à un groupe qui s’approprie le metal extrême pour proposer sa propre vision du [...]

Anguine – MMXXI²

Alors qu’on les attendait en début d’année avec leur premier album, Anguine vient nous surprendre en décembre avec un second EP. Et comme MMXXI était déjà pris, le mystérieux trio anonyme a décidé de le nommer MMXXI au carré afin de les distinguer. En effet, il y avait là de quoi se mélanger les pinceaux tant les apparences sont proches: de la cover très sombre au nombre des morceaux (deux, encore une fois).

2021, quelques mini-chroniques d’albums que vous avez (peut-être) manqués

Et voilà, le temps de cligner des yeux et 2022 est arrivé, c’est fou comme le temps passe vite (bonne année au fait !) ! Si bien qu’on a pas eu le temps de vous parler de nombreux albums de 2021 tant cette année a été prolifique. Petite séance de rattrapage avec quelques courtes chroniques dans des genres plutôt variés…
Wayside – Shine Onto Me (shoegaze/grunge – autoproduction)

Premier album pour Wayside, jeune groupe australien qui aurait bien voulu naître dans les années 90 (encore un !). Shine Onto Me est un ravissement pour les oreilles pour [...]

Abscession – Rot Of Ages

Quartet suédo-allemand formé il y a une douzaine d’années, Abscession officie dans un death metal old school mais tentant d’y apporter une dose de fraicheur. S’inspirant des scènes dites « classiques » des nationalités de leurs membres, le swedeath s’y montrant en pole position mais possédant des moments évoquant la scène death allemande, Rot Of Ages (leur second album après Grave Offerings, 2015) apparaît comme un modèle d’efficacité entre rugosité et mélodies.

Mire – A New Found Rain

Et les empêcheurs de faire son top annuel en rond cette année sont (roulements de tambours)… Mire et Funeral Mist! Les deux groupes qui n’ont absolument rien à voir l’un avec l’autre évidemment, ont en effet sorti leur nouvel album le 17 décembre soit un timing parfait pour venir perturber l’habituel classement annuel. Mais on ne va pas se plaindre, car il vaut évidemment mieux avoir ce type de problème à l’approche des fêtes, plutôt que de se retrouver en situation de disette. Et puis on commence à avoir suffisamment l’habitude de ce genre de « coups », pour savoir qu’il [...]