du Moment

The God Awful Truth – Memory Palace

En cette période où tout le monde semble devenir fou, rien de tel qu’un album au diapason pour s’aérer la tête via une bonne grosse déflagration de chaos. C’est là tout l’effet de ce Memory Palace, nouvel album de The God Awful Truth, groupe faisant revivre le temps d’un album la frénésie mathcore de références du genre aujourd’hui éteintes: The Dillinger Escape Plan et The Tony Danza Tapdance Extravaganza, deux influences majeures revendiquées par les texans, en plus de celle de Daughters, c’est dire si ça met l’eau à la bouche !

Fuck The Facts – Pleine Noirceur

C’est toujours un plaisir de retrouver nos cousins québécois Fuck The Facts ! Actif depuis 1997, le groupe mené par Mel Mongeon a su affiner son style de grindcore (autoproclamé « bastardized grindcore ») au fil du temps et faire de vrais choix artistiques. Il faut remonter à Stigmata High Five (2006) pour véritablement constater cette évolution de leur approche musicale, contenant en plus d’assauts furieux des envies plus progressives et surtout une ouverture naturelle dans des contrées peu communes pour un groupe de grind. Le groupe a ensuite poursuivi sa route au gré d’albums construits de manière atypique, le dernier [...]

Enslaved – Utgard

15ème album au compteur pour les vétérans norvégiens d’Enslaved avec la sortie cette année d’Utgard, habillé malheureusement par une pochette assez quelconque et passablement clichesque. En même temps on sait bien que les pochettes des albums du groupe sont souvent moches, cela fait donc bien longtemps qu’on ne se fie pas à ça pour essayer d’anticiper la teneur qualitative de leurs opus. Et en l’occurrence on fait bien car après deux albums que j’ai personnellement trouvé assez moyens, je retrouve ici un Enslaved en pleine forme, même s’il m’a fallu quelques écoutes pour arriver à cette conclusion.
Pas que [...]

Slift – Ummon

Ummon est le second album album de ce trio toulousain, et il est peu dire que cet album a propulsé le groupe dans la catégorie des formations space/garage rock les plus intéressantes de ces dernières années. Il est intéressant de voir comment ce dernier a subi une hype colossale, d’autant plus voyant à quel point leurs premiers efforts sortaient dans l’indifférence générale.
Cependant dès la première écoute de ce bijou on comprend immédiatement pourquoi il a suscité un si grand intérêt. La première chose qui frappe est la production excellente de l’album, le son est absolument massif tout en [...]

Lorne Malvo – S/T

Amateurs de films des Frères Coen ou de séries un peu plus récentes, vous aurez peut-être fait le rapprochement avec le nom de ce jeune groupe. Lorne Malvo est en effet l’un des personnages de Fargo, mais surprise, le groupe n’est pas originaire du Dakota du Nord comme la ville, mais du Mans. Pour son premier EP, les manceaux ont mis en ligne ça gracieusement sur Bandcamp en mai dernier avant de se faire repérer par le très bon Zegema Beach Records, l’occasion de mettre en lumière l’une des meilleures sorties screamo de l’année…

Crippled Black Phoenix – Ellengæst

Ça fait déjà un bon moment que je vois passer ce nom de Crippled Black Phoenix, et pour cause ce groupe anglais existe depuis 2004 et s’est montré particulièrement actif et très productif puisque ce nouvel opus Ellengæst est déjà son 8ème album et ce sans même compter son album de reprise du « Echoes » de Pink Floyd. A noter que Justin Greaves, à l’origine de la création du groupe, est loin d’être un illustre inconnu ou un débutant puisqu’il s’était jusque-là illustré en tant que batteur de groupes de sludge/doom comme Iron monkey ou Electric Wizard pour les plus connus.

Dysylumn – Cosmogonie

C’est désormais comme une tradition depuis Chaos Primordial (2016), Dysylumn sort un album tous les deux ans. Cosmogonie succède donc à l’impressionnant Occultation qui avait fait partie de mes coups de cœur de 2018. Comme à son habitude, le duo lyonnais a travaillé le concept de son album dans les moindres détails, ce coup-ci même au niveau du support. En effet, on se retrouve ici avec trois chapitres découpés en trois albums (disponibles en vinyle, CD et K7, tous par trois donc), et on comprend rapidement un tel découpage car Cosmogonie s’avère être particulièrement dense.

Limbs – Soft Narcosis

Si vous suivez bien votre webzine préféré, vous vous souvenez sans doute de ce groupe de hardcore chaotique philippin dont j’avais parlé il y a deux ans. Non ? (sérieux vous me décevez !) Sachez alors que Moeist (le groupe en question) connaît des compatriotes tout aussi qualitatifs, en l’occurrence ici Limbs – qui n’a rien à voir avec le groupe homonyme ayant sorti Father’s Son, qui figure sous cette chronique. Ce Limbs-là est un trio de Manille dont les envies sont de faire du hardcore chaotique influencé par Converge et l’intégrer dans une atmosphère apocalyptique.

Deftones – Ohms

Alors pour celui-là l’affaire va être simple… Autant Gore m’avait posé quelques soucis, au point que j’avais du multiplier les écoutes avant de commencer à l’aimer (pour finir par l’adorer, comme presque tous les albums des californiens), autant Ohms m’a littéralement aspiré dès la première écoute pour ne plus me lâcher.
Une fois n’est pas coutume, parlons tout d’abord de la production, car elle est absolument phénoménale. Ohms marque en effet le retour de Terry Date aux manettes, lui qui avait déjà produit les 4 premiers albums du groupe. Et le moins que l’on puisse dire c’est que ce [...]