dark/doom metal

Nihilism – Cataclysme Vers l’Ascendance

La scène black metal grecque est aujourd’hui très réputée, celle-ci possédant son esthétique, ses codes et souvent quelques influences mythologiques intégrées à des atmosphères particulières. Si Rotting Christ en est aujourd’hui le chef de file (même si les éléments black s’atténuent un peu sur les derniers albums), on peut aussi compter Varathron ou encore Spectral Lore comme valeurs sûres. Mais se cachent aussi d’autres trésors cachés, tel Nihilism, formation de Thessalonique qui se distingue pas mal de ses illustres compatriotes.

Plague Weaver – Ascendant Blasphemy

Premier long format pour Plague Weaver, duo canadien ayant débuté ses activités en 2018 du côté de l’Ontario. Ascendant Blasphemy propose une mixture personnelle de black, de death et de doom sur fond de thématiques forcément evil vu son titre.

Spire – Temple Of Khronos

Habitué à nous offrir des albums peu évidents à appréhender, Sentient Ruin Laboratories a dégoté cette fois un duo australien… qui fait un sacré boucan. Spire a été débauché de chez les collègues Iron Bonehead Productions pour lequel il a sorti en 2016 son premier album (Entropy), où il montrait déjà des envies de jouer avec les nerfs de l’auditeur. Et le temps n’a pas tari les envies des deux anonymes de Brisbane, ayant pris cinq ans pour maturer ses idées (aussi sombres que torturées) dans ce Temple Of Khronos.

Spelljammer – Abyssal Trip

Annoncée par surprise il y a quelques semaines, la fin de Daft Punk a été vécue pour beaucoup avec nostalgie et une pointe de tristesse. Pourtant, voici déjà le retour de l’un des deux robots ornant la cover de ce Abyssal Trip ! Bon, vous y avez cru ? En réalité rien à voir avec les papas de Homework et Get Lucky (sans déconner !?), mais le timing de sortie de cet album – moins d’une semaine après la vidéo « Epilogue » – m’aura mis le doute (seulement quelques secondes, je vous rassure). Attardons nous plutôt sur Spelljammer, trio suédois [...]

Ætheria Conscientia – Corrupted Pillars Of Vanity

Originaire de Nantes, Ætheria Conscientia a déjà fait parler de lui avec son premier album Tales From Hydhradh (2018). A la croisée du black metal et du jazz progressif, le quartet avait su habiller sa musique d’un univers très particulier dédié à Hydhradh, ville spatiale imaginée par le groupe, détail parmi tout un univers entre mythologie et science-fiction. Un concept qui aurait totalement sa place dans une collection de BD, surtout que le groupe soigne aussi ses artworks dans cette optique (très réussis et signés par un certain Amaury Pottier). Une grande créativité qui se matérialise aussi dans sa [...]

Acid Mammoth – Caravan

Des mammouths, de l’acide, des planètes. Forcément ces thématiques permettent immédiatement de mettre une étiquette sur le style pratiqué par ces grecs: le stoner doom. C’est que l’imagerie du style est quand même assez typique pour ne pas dire clichesque, si bien que l’on sait directement qu’on aura droit à de lourds et lents riffs bien grassouillets, mais est-ce qu’il y a un mal à ça ?

DSKNT – Vacuum γ-Noise Transition

Duo suisse ayant sorti l’étouffant PhSPHR Entropy en 2017, DSKNT fait son retour avec un petit frère tout aussi opaque et malfaisant. Et comme pour ce dernier, Vacuum γ-Noise Transition correspond à tous les qualificatifs utilisés pour de nombreuses sorties de Sentient Ruin: glauque, lourd, oppressant, dissonant et peu recommandable en cas de soucis de santé mentale.

Swampbeast – Seven Evils Spawned Of Seven Heads

« La bête du marais », rien que le nom annonce ce qui nous attend ! Swampbeast est un jeune groupe de L.A. ayant récemment débarqué chez Translation Loss (Svalbard, Giant Squid…), label qui n’en finit plus d’aller vers les extrêmes (ayant des groupes comme Drouth, Teeth ou Wake dans son roster). Tel l’espèce de monstre informe figurant sur la cover de Seven Evils Spawned Of Seven Heads, leur premier album, le death metal du trio californien est putride, boueux mais en même temps très véloce.