stoner/hard rock

Atolah – Post, Cross And Yoke

Seconde vie pour Atolah, groupe né en Australie en 2007, auteur de deux EP en 2009 (Relics) et 2012 (Post, Cross And Yoke, déjà !) mais s’étant mis en pause à peine un an plus tard. Le groupe s’est relancé en 2021 sous l’impulsion d’un français expatrié (nommé Pierre-François, bassiste de son état et seul membre fondateur restant) rejoint par un nouveau batteur et un guitariste. Et rien de tel pour se remettre en route qu’un réenregistrement de leur deux EP sur un seul support.
En attendant d’entendre du son du jeune trio ainsi modifié, ce double-EP permet de [...]

When The Deadbolt Breaks – As Hope Valley Burns – Eulogy

Né en 2005 dans le Connecticut sous l’impulsion d’Aaron Lewis (pas celui de Staind mais un homonyme, ancien guitariste de Cable), When The Deadbolt Breaks livre avec As Hope Valley Burns – Eulogy son cinquième album où le groupe œuvre dans un sludge doom qui lui est propre, plein de variété et de subtilités.

Volbeat – Servant of the Mind

On dira ce qu’on veut mais il est quand même fort le Michael Poulsen. Le danois a réusi à construire patiemment une des machines les plus rôdées du metal, et même si on ne se retrouve pas forcément dans l’intégralité des 7 albums déjà sortis avant cette année par le groupe et qu’il y a qualitativement quelques creux (notamment sur le moins percutant 6ème album Seal the Deal & Let’s Boogie malgré la présence de l’excellent « For Evigt »), il y a toujours quelque chose pour les amateurs de rock/metal qui rend ces albums sinon indispensables, au moins sympathiques et [...]

Stone From The Sky – Songs From The Deepwater

Quatrième album studio pour Stone From The Sky (sans compter les splits et autres albums live), le trio manceau poursuit sa route toute instrumentale majoritairement influencée par le stoner et le desert rock mais annonce l’inclusion de nouvelles influences provenant de leur nouveau batteur, fraîchement arrivé. Ainsi des influences post-hardcore voire screamo sont annoncées s’intégrer au fuzz traditionnellement déversé par le groupe.

A Pale Horse Named Death – Infernum In Terra

Pour ceux qui n’auraient pas suivi, A Pale Horse Named Death est le groupe de Sal Abruscato, batteur et membre fondateur de Type O Negative (jusqu’à 1994) mais aussi de Life Of Agony (jusqu’à 2017). Le gaillard mène donc aujourd’hui A Pale Horse Named Death depuis onze ans et ce Infernum In Terra propose une version remaniée du groupe: un bassiste (Joe Taylor, qui a notamment officié chez Doro) et un batteur ont été ajoutés, ce qui signifie qu’Abruscato ne s’occupe ici que de la guitare et du chant (finie la batterie !). Annonçant ce nouvel album comme un [...]

King Buffalo – The Burden Of Restlessness

A la vision de sa cover aux viscères sortant des yeux d’un personnage, The Burden Of Restlessness, cinquième album (dont deux lives) des new-yorkais King Buffalo annonçait un album de death metal bas du front. Or rien de tout ça, le trio officie en réalité dans des contrées plus perchées, ce qui justifie qu’ils aient sorti l’un de leurs albums chez Stickman Records, le label d’Elder. Désormais autoproduit, le groupe de Rochester (New York) livre ici une recette personnelle de stoner rock aux accents psyché-progressifs.

The Flight Of Sleipnir – Eventide

Il y a des groupes comme ça dont on perd la trace faute de nombreuses sorties à côté. C’est le cas de The Flight Of Sleipnir dont je vous avais parlé en 2013 avec leur très bon album Saga et qui a depuis poursuivi son bonhomme de chemin chez Napalm Records (V. – 2015) puis chez Eisenwald où le groupe du Colorado officie toujours depuis Skadi (2017). Eventide poursuit sous les mêmes auspices que ces albums à l’univers toujours aussi particulier.

Tremor Ama – Beneath

Originaire de Creil (Oise), Tremor Ama est un groupe ayant fait ses armes sur un EP éponyme (2017) et revenant aujourd’hui avec ce Beneath, seconde livraison aux inspirations plutôt étendues entre doom, sludge, psychédélique et même post rock.

Seum – Winterized

Avec un tel nom, ils auraient pu venir de Belgique que ça n’aurait pas été étonnant ! En réalité Seum est un trio de Montréal monté par des expats français qui officiaient chez Lord Humungus, Mlah! et Uluun. Après avoir sorti un EP (Summer of Seum – 2020) suivi d’un split avec Fatima, le groupe revient déjà avec un premier long-format, la preuve qu’on peut aller vite même sous substance !

Greenleaf – Echoes from a Mass

Je suis loin d’avoir tout suivi du parcours de Greenleaf monté en 1999/2000 apparemment d’abord comme un side project par des membres de Dozer (que je connais assez peu également), avant de devenir le projet prioritaire pour ces membres. C’est sans doute que mon goût pour le stoner n’est que très modéré, et que je n’ai jamais cherché à me frotter à de nombreux groupes du genre. Mais voilà, ce nouvel album sorti cette année s’est vite imposé comme une véritable révélation pour moi, alors même que je les ai en fait découverts (quelques jours avant) avec le très [...]