Mike Patton – Mondo cane

mikepatton-mondocane

Son mariage avec une italienne. Son aventure pop sur Peeping Tom. La rencontre des deux n’a rien de surprenant sur ce nouveau projet. Celle avec le chef d’orchestre qu’il s’est associé pour Mondo Cane est par contre beaucoup plus providentielle. Alors qu’il se trouvait en tournée avec Mr Bungle, un inconnu lui donna un disque de Daniele Luppi, compositeur italien dont le CV inclut une collaboration avec le producteur hip hop Danger Mouse sur l’album St Elsewhere de Gnarls Barkley ou la BO de la série Sex in the City. Cet album donné par un fan s’intitule An Italian Story, un hommage aux bandes son de son enfance italienne enregistré avec des musiciens de l’époque. Intéressé par le travail de l’homme, Patton chercha à le contacter par mail, sans succès, jusqu’à découvrir, par hasard, son nom dans le livret de l’album de Gnarls Barkley. Il obtint son adresse email correcte par le biais de Danger Mouse, et finalement le contacta pour lui proposer de former ce projet.

Ainsi, l’amour de Patton pour la pop italienne put enfin prendre forme sous le nom de Mondo Cane, le titre d’un film italien daté de 1962, un documentaire montrant l’humanité sous son côté le plus dépravé, ayant choqué son époque. De la pochette cartonnée, découpée, colorée et dédicacée  à son ex femme (« à la femme de ma vie »), tout dans ce disque constitue une lettre d’amour à l’Italie. L’accent italien du chanteur américain a été travaillé par ses conversations avec ses amis lors de ses multiples séjours au pays, puis retravaillé lors de l’enregistrement pour faire en sorte que l’hommage soit complet dans les moindres détails.

Accompagné de l’orchestre philharmonique Arturo Toscanini, conduit par Aldo Sisillo, pratiquement rien dans ce disque ne rappelle les propres compositions de Patton, si ce n’est la découverte de toutes ces influences qui ont toujours participé aux lignes mélodiques raffinées du charmeur chanteur gominé. Si tous les emprunts aux musiques italiennes ou hawaïennes ont parfois semblé parodiques aux oreilles des fans, Patton ne les a jamais considérées comme telles et traite avec révérence et attention ces morceaux de pures mélodies sucrées, romantiques, raffinées et épicées par les sentiments exacerbés de l’italien amoureux de ses femmes, de son vin et de son soleil.

Tout se retrouve, parfaitement en place, dans Mondo Cane et s’attendre au contraire serait tenter la déception. En revanche, pour avoir vu en ligne un concert de l’orchestre, six ou sept titres supplémentaires font partie de la set list et auraient pu être rajoutés. Cela garantit par contre au disque une plus grande fluidité et une durée raisonnable pour un album pop que l’on prend plaisir à faire tourner inlassablement pour se replonger dans ces mélodies de l’été infini.

Image de prévisualisation YouTube
  1. Il cielo in una stanza
  2. Che notte!
  3. Ore d’amore
  4. Deep down
  5. Quello che conta
  6. Urlo nogro
  7. Scalinatella
  8. L’uomo che non sapeva amare
  9. 20km al giorno
  10. Ti offro da bere
  11. Senza fine

A PROPOS DE hororo

hororo Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • plebeiangrandstand-lowgazersichimatsu | 17 avril 2014
    Plebeian Grandstand – Lowgazers
    Dès les première secondes, on est dans le bain. Ambiance DsO sans la voix parce que pour ne serais-ce qu'en égaler une comme Mikko Aspa, accroche-toi Jeannot (on pourrai en écrire des pages sur sa voix à celui-ci). Une section de batteries comme je les aimes, de la gratte bien malsaine en veux-tu en voilà, ça speed bien l...
  • plebeiangrandstand-lowgazersRémi | 15 avril 2014
    Plebeian Grandstand – Lowgazers
    Ok. Moi je m'en étais arrêté à la moitié de chronique, tout pareil j'ai été super enthousiaste à l'écoute de Thrvst puis déçu à l'écoute de l'album: quand ça blast pas, la batterie fait des plans bateau. Et les riffs de grattes sont minimalistes au possible. Voilà, je me suis arrêté là. Et je vois ce qu'il me r...
  • Animals-As-Leaders-The-Joy-of-MotionSpirilysis | 12 avril 2014
    Animals As Leaders – The Joy of Motion
    Chronique très juste, à laquelle j'adhère totalement. Je confirme, "the joy of motion" est de loin mon préféré des 3. A mes oreilles (et à ce qu'il y a entre) leur musique affirme lourdement sa personnalité, offrant une énergie mieux canalisée, plus vaste et virevoltante, avec un fil bien plus percutant pour chaque mor...
  • morbus-chron-sweven-608x608ichimatsu | 02 avril 2014
    Morbus Chron – Sweven
    A la première écoute je me suis précipité sur leur site pour acheter le vinyle. Il me semblait avoir déjà écouté ce groupe... et oui, leur premier LP sur leur Bandcamp mais sans avoir éprouvé quoi que ce soit... alors qu'ici ! Le mélange de la musique, qui se rapproche parfois avec Ghost surtout dans le tempo (qu'est-...
  • Bak Trak - Voltage coverBak Trak | 24 mars 2014
    Bak Trak – Voltage
    Merci beaucoup !! Pour écouter l'EP en entier: http://bak-trak.com/musique/
  • helms alee - sleepwalking sailorsMarbaf | 21 mars 2014
    Helms Alee – Sleepwalking Sailors
    C'est bon ça, merci pour la n+1ième découverte :-)
  • kampfarKane | 14 mars 2014
    Kampfar – Djevelmakt
    Oui, j'approuve, cet album de Kampfar est réellement excellent. Je le rapprocherais plus des premiers Enslaved, avec évidemment un meilleur et plus gros son, mais c'est un détail sans importance. Epique, puissant, froid, mélodique juste ce qu'il faut, avec des titres atmosphériques à souhait, d'autres plus rentre dedans, u...
  • kampfarangrom | 12 mars 2014
    Kampfar – Djevelmakt
    Ca donne bien envie d'essayer, ta chronique