Bilan 2010 – Alchemist

bilan2010

Des hauts et des bas, avec d’abord des coups de coeurs attendus ou inattendus. Au rayons des attentes qui ont été comblées : Kamelot avec son Poetry for the poisoned. Si le groupe déçoit les aficionados de son visage lumineux, on ne peut que se réjouir de sa volonté d’aller explorer d’autres voies et pas forcément les plus évidentes. Le résultat est à la hauteur des espérances et si les ténèbres règnent désormais, elles sont toujours hantées de mélodies imparables. Je citerai également le retour en grande forme des grandiloquents Dimmu Borgir pour un Abrahadabra à haute teneur symphonique. Les chevaux sont lâchés, ces grands fous en font certainement trop mais c’est aussi pour ça qu’on les apprécie. Surprise avec les jeunes loups de Juvaliant qui prouvent avec leur premier effort qu’il est encore possible de proposer un Heavy Metal de haute facture, original, bien pensé et ambitieux. Coup d’essai et coup de maître, Inhuman nature est le produit d’une alchimie réussie entre Heavy, Power, Progressif et Symphonique. Enfin, une madeleine de Proust savoureuse avec le retour réussi et réjouissant des Posies (rescapés de la vague Grunge) avec le très réussi Blood/Candy. Le duo a su conserver intact son art de délivrer un pop-rock à forte teneur en harmonies vocales et refrains efficaces.

Au rayon des déceptions, les poids lourds se distinguent. On commence évidemment avec Iron Maiden. The final frontier est le gadin artistique de l’année : pochette hideuse, structures « progressives » inutiles, refrains peu inspirés et pour couronner le tout un Bruce Dickinson plafonnant sérieusement dans ses envolées vocales. Quelques titres à sauver (comme souvent) mais l’album restera anecdotique. Il en va de même pour Blind Guardian qui s’il montre des signes évidents de savoir-faire, ne convainc pas avec At the edge of time. Contraste cruel entre quelques (trop rares) titres relevés et aboutis et la monotonie ambiante de l’ensemble. Slash accompagné d’une pléthore d’invités masque difficilement la vacuité de ses compositions et l’absence de fun et de rock n’ roll de son album éponyme. Enfin, les encouragements accordés à un Blaze Bayley tenace mais personnellement et artistiquement mis à terre.

Le podium :













KAMELOT – POETRY FOR THE POISONED
Lire la chronique














DIMMU BORGIR – ABRAHADABRA
Lire la chronique














JUVALIANT – INHUMAN NATURE
Lire la chronique

Sans oublier :

- Les albums de 2009 écoutés en 2010 mais qui méritent quand même qu’on les cite : Nightmare – Insurrection, Swallow the sun – New moon, Whyzdom – From the brink of infinity
– Le DVD musical de l’année où le chanteur tient la baraque bien qu’il soit entouré d’autistes : AmorphisForging the land of the thousand lakes
– Le concert de l’année où on a bu de la bière en se trémoussant sur de la bonne musique : AC/DC au Stade de France
– Le concert de l’année où on est gentiment restés assis en prenant une leçon : Eddy Mitchell à l’Olympia
– La belle chanson de l’année d’un artiste dont on apprécie pas spécialement l’ensemble de l’oeuvre : « Ton héritage » de Benjamin Biolay
– Les disparitions de l’année qui nous ont fait mal au coeur (et au cul aussi un peu) : Ronnie James Dio, Peter Steele mais aussi Bernard Giraudeau, Leslie Nielsen, Blake Edwards, Julien Guiomar, Serge Sauvion.
– Ceux qui sont toujours là et qui nous font mal aux oreilles (et au cul aussi beaucoup) : Cali, Christophe Maé, James Blunt, M. Pokora et Tom Frager pour l’ensemble de leur oeuvre.

A PROPOS DE alchemist

Chroniqueur inter mi-temps, amateur de chats, de Metal mélodique sous toutes ses formes, de fromages de caractère, de bons bouquins, de radios intelligibles... et de zombies.

alchemist a écrit 99 articles sur Eklektik.

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • klone - here comes the sunjoss | 22 avril 2015
    Klone – Here Comes the Sun
    Eh bien, moi qui était toujours resté insensible à la musique de ce groupe, me voilà de plus en plus accro à ce nouvel album. J'ai tout de suite été séduit par la superbe voix claire de Yann, ce qui m'a donné envie d'y revenir plusieurs fois. Ensuite les compos se dévoilent au fil des écoutes. Très bel album et une g...
  • Moonspell - Extinctangrom | 20 avril 2015
    Moonspell – Extinct
    Plutôt agréablement surpris par ce disque d'un groupe que j'avais comme toi un peu lâché depuis la fin des années 90. Pas une grosse claque, mais un bon disque bien foutu. par les temps qui courent, c'est déjà pas si mal
  • djentHycare | 20 avril 2015
    Djent, késaco?
    Merci d'avoir mis des mots sur ce que je ressentais en écoutant Meshuggah et de m'avoir fait découvrir ces quelques groupes....! ;)
  • coverThibaut | 18 avril 2015
    Dead – Transmissions / Verse
    Je viens juste (ce matin) de recevoir mes deux EP de DEAD, donc l'album est aussi superbe. J'aimerais la K7, mais je ne trouve pas le bon de commande!!! J'adore DEAD, groupe exitant. A rejoindre les légendes françaises; JC Satan, Docteur Mix and the Remix et bien sûr Métal Urbain. T
  • Moonspell - Extinctsoldout | 13 avril 2015
    Moonspell – Extinct
    Pochette hideuse, ras le bol des pochettes copier/coller de Seth. Sinon excellent album ça doit bien faire une dizaine d'année que j'avais pas autant écouté un album de Moonspell, mention spéciale aux leads vraiment excellents (Domina en tête). Effectivement on réinvente pas la roue mais c'est, selon moi, largement au des...
  • Man is not a birdmetacello | 12 avril 2015
    Man Is Not a Bird – Survived the Great Flood
    Plutôt original et frais. Merci pour la découverte ! (surtout que cela n'a pas semblé facile)
  • Man is not a birdMarbaf | 09 avril 2015
    Man Is Not a Bird – Survived the Great Flood
    Merci pour la découverte !
  • Prodigy - TDIMEsoldout | 07 avril 2015
    Prodigy – The Day is My Enemy
    C'est marrant c'est justement Rok-Weiler qui m'a le plus branché sur l'album (je m'imagine qu'en live ça doit envoyer du lourd) tandis que le reste s'écoute sans réel déplaisir mais ne présente rien d'innovant ni de mémorable.