Persephone – Atma Gyan

1 Commentaire      1 226
Style: dark atmospherique néoclassiqueAnnee de sortie: 2004Label: Trisol

Persephone est le projet de Sonja Kraushofer, chanteuse de L’Ame Immortelle, duo de dark electro teuton. Si le peu que j’ai put écouter de L’Ame Immortelle ne m’a guère plut, j’avoue par contre être complètement sous le charme de Persephone. La chanteuse allemande est accompagnée dans Persephone de membres de Sol Invictus, Sopor Aeternus ou encore Christian Death, des références de la scène gothique.

Disons le tout net, notre allemande aux cheveux rouge flamboyant et ses acolytes nous offre un deuxième album de grande classe. Si Home, le premier opus était un album d’heavenly fairy très agréable, ce Atma Gyan est purement et simplement magique.

Si la musique de Persephone est toujours aussi féerique et énigmatique que sur le premier opus, ce second album se voit marquer d’une orientation plus ethno world. Les violons, violoncelles, guitares, pianos du premier album sont toujours bien présents mais agrémentés cette fois de sitars, didgeridoo, percussions venues d’Orient et samples d’ambiances orientales diverses.

Sonja, comme sur « Home », semble nous chuchoter une histoire à l’oreille, comme dans le magique « Secret Garden », intriguant et énigmatique. On prend un malin plaisir à justement se perdre dans ce Jardin d’Eden que représente la musique de Persephone.

La demoiselle à la chevelure de feu ne fait pas que chuchoter sur cet album. Elle chante aussi : d’une voix grave et sensuelle sur « Black Widow » ou elle semble geindre par moment ; d’une voix enjouée qui devient fragile à la fin de « Shadow Dance » ; d’une voix ferme sur le très court « The End Of The World ». Quant au morceau titre, il s’agit sûrement d’une des plus belles prestations de la demoiselle.

Une des grandes qualités de ce disque est sa variété. « My Music Is Gone » est une superbe pièce orientale dominée par les percussions. « Facing The Ruins », morceau symphonique, avec ses cordes célestes, appuyés par quelques guitares électriques, semble tout droit sortir de l’Eden. « Lost » représente (comme la plupart des titres) le parfait mélange entre un ensemble à corde et des percussions en provenance de l’Orient. « My Sweetest Pain » dont le piano introductif est peu à peu rejoint par les cordes et les percussions ethno : triste, beau, bouleversant. « Eternal Grief », au charme désuet, semble sortir d’un vieux gramophone des années 1920. « Secret Garden », chuchoté au creux de l’oreille, est rempli de sonorités dérangeantes mais intrigantes, sensuelles et étranges à la fois.

Mais que vois-je ? Je n’ai à peine décrit que la moitié du disque. Il serait injuste que je ne mentionne pas « Our Dream » dont la mélodie de violon est irrésistible. Je ferais remarquer que des mélodies comme celle-là, directement accrocheuse, l’album en fournit. Le refrain de « Black Widow » est entêtant, reste gravé dans votre tête. Il en est de même pour celui de « Facing The Ruins ». Pas besoin donc de 36 écoutes pour rentrer dans ce disque, dès la première on est sous le charme, malgré qu’il s’agisse là d’une musique plutôt triste. Le morceau le plus triste étant sans doute « Lullaby ». Un morceau qui installe un calme profond avant un « Atma Gyan » plus grandiloquent.

C’est donc avec cet Atma Gyan que Persephone impose un style personnel. Un disque incontournable pour tout amateur d’heavenly voices et que des amateurs de Dead Can Dance risquerait fortement d’apprécier.

En tout cas voilà un disque dont on se lasse difficilement.

A noter que cette année 2004, Persephone sort deux albums : Atma Gyan et Mera Sangeet Kho Gaya début décembre.

  1. my music is gone
  2. facing the ruins
  3. lost
  4. my sweetest pain
  5. secret garden
  6. eternal grief
  7. black widow
  8. our dream
  9. shadow dance
  10. the end of the world
  11. lullaby
  12. atma gyan
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Commentaire

  1. mini says:

    en voyage en allemagne j’ai acheté par hasard ce CD car la pochette ma beaucoup inspré, mais je ne connaissais pas du tout. Je suis tombé sous le charme , vraiment envoutant…

Répondre à mini Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *