Neptune + Aside From A Day + Cortez – 26 septembre 2005 – Le Clos Fleuri – Lyon

Pas de commentaires      954
Annee de sortie: 2010

Bon ce soir c’est soirée découverte pour moi. Pas que je parte à la quête du Nouveau Monde ni que mes repères musicaux soient balayés dans l’œil du cyclone… Non, non rien de tout çà. Juste la découverte d’une affiche alléchante, de groupes simplement croisés au détour de discussions de comptoirs, ou de quelques lignes sur le net.

20h30 : l’heure des braves !
Ah le charme de ce bon vieux Clos Fleuri ! Mixe improbable entre le rade du coin délivrant ses ballons de rouges et ses tickets PMU le jour, pour découvrir ses charmes rock’n’roll le soir venu ! Ici ça fleure bon l’esprit Do It Yourself… Tout ce que j’aime en somme !
J’investis les lieux à 21h00, le temps de quelques palabres avec Xavier et Ben de Overmars, et voilà Cortez qui investissent la scène pour s’épancher sur leur set hardcore noise. Le public se presse autour d’eux pour découvrir un show intense et puissant. Un coup de trique en pleine tronche ! Trois p’tits suisses, une batterie plombée, une guitare dissonante et sauvage, un chant hurlé clamant ses affres torturées, pour affûter un hardcore sans complexe, aux frontières du post-hardcore, de la noise et du grind. Les influences de leurs illustres aînés Shora, Nostromo, ou bien encore Knut sont ici digérées et transcendées pour le meilleur. Un set efficace, émotionnel, où l’art de la saturation et du chaos s’allie à un son ascétique pour une intensité assez renversante. L’absence de basse contribue certes à l’élaboration de ce son mais leur permet surtout de marquer de leur empreinte au fer rouge une scène déjà bien peuplée… Seul bémol : les morceaux ne possèdent pas tous le même potentiel et entache donc le set de quelques baisses de régime. Pour autant n’hésitez surtout pas à croiser leur show au cœur de vos scènes locales !

Break le temps d’un stage au comptoir, d’apprendre la nouvelle réinstallation du Ground Zero en début d’année prochaine (et donc la bonne santé de cette association DO It Yourself lyonnaise), et de quelques dates prochaines des Bananas at the Audience (notamment dans le Sud-Ouest ne les ratez pas !) et c’est reparti pour un tour de piste.
Aside From a Day prend possession des lieux. La première chose qui choque dès les premiers accords, c’est la puissance et la rondeur du son. Les frenchies de Besançon bénéficient eux d’une basse et ça s’entend ! Playlist intense à base de hardcore chaotique et passionnel. Ils ont laissé derrière eux le metal hardcore basique des débuts pour une percée dans les terres de Breach, Botch voire les débuts de Cult of Luna. En bref, dissonances, mélodies ravageuses, chant déchiré, rythmiques plombées et groovy, pour un set excellent qui verra un finish sur un morceau quasi dantesque du dernier album. Set puissant, personnalité et charisme, que du bon !

La température est montée de quelques degrés… Finalement une bonne soixantaine d’âmes se sont donner rendez-vous pour cette soirée. Un lundi soir à Lyon… Bravo !
On prend l’air vite fait et c’est Neptune qui va mettre un point d’orgue à cette soirée. Pour ceux qui ne connaissent pas, nous avons affaire ici à un phénomène un peu à part. Trois allumés ricains poussant la démarche Do It Yourself jusqu’à construire eux-même leurs instruments de bric et de broc… Le ton est donné ! Ce groupe est barré ! Début de set au son du Tic-Tac du réveil de feu grand-mère, guitare et basse vont vite prendre le dessus ainsi que le batteur furibard pour nous asséner une première salve noise apocalyptique et déjantée. Petits détails : le batteur aux faux airs de Robbie Williams/ Mike Patton élevé à la bière porte un micro masque à gaz, va jouer les trois quarts du show en marcel/calebar, hurle et cogne comme un sourd avec ses baguettes tenu à l’envers… Le délire du duo Lightning Bolt n’est pas très loin. Bref, au son de douces mélopées punk/noise, l’esprit un brin arty du trio de Boston vous embarque pour une ambiance post-industrielle psyché. Tout un programme ! Clavier artisanale aux sonorités déglinguées, guitares métalliques (jamais le mot metal n’a autant retrouvé ses lettres de noblesses et son sens premier), chant déglingué entre palabres et hurlements, percussions divers et variées toutes plus arythmiques et industrielles les unes que les autres… Le tout porté par trois lascars en chemise/cravate/baskets made in TATI… Je crois qu’aucun qualificatif n’est assez fort pour décrire ce show à l’énergie démultipliée, puissant mais néanmoins bon enfant (le groove n’est jamais très loin). Les fans des premiers Sonic Youth ou des punks de The Ex devraient courir chez leur dealer ! Quelques problèmes techniques viendront entacher leur show. Pour autant ils ont conquis une bonne partie de l’assemblée. Et ce n’est que justice !

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *