Car Bomb – Centralia

Car Bomb - Centralia

Bouche pâteuse, cheveux inexplicables, haleine de phoque, visage pastèque, traces d’oreiller. Je me réveille et ouvre le paquet: Vintersorg – Sölens Rotter. Pfff, si c’est aussi pourri que le Focusing Blur, je veux même pas prendre la peine de gâcher ma journée avec ce truc.

Il fait beau, je sors acheter des légumes. Car Bomb déchiquettent mes oreilles. Rarement je n’avais autant ressenti en moi la rage d’un groupe à travers son travail musical. J’avais lu peu avant d’innombrables comparaisons avec The Diilinger Escape Plan, puis je me suis rendu compte que depuis quelques années, dès que c’est hardcore, dès que c’est chaotique, dès que ca part un peu en sucette, c’est du sous-Dillinger. Mais réveillez-vous les gens, et pour l’amour d’un cul bombé, qu’on arrête ces comparaisons qui n’ont d’égal que la puanteur d’une merde noire d’âne en rut.

Car Bomb explosent un nombre incalculable de groupes de leur trempe, à travers une recherche rythmique et sonore qui dépassent toute attente. C’est prune après prune, sans relâche, avec brio et intelligence. De dissonances harmoniques (magnifiquement exécutées) au travail rythmique assez impressionnant dois-je avouer, le death metal pue dans toute la galette, ça reste complexe et bougrement accessible, preuve d’une écriture excellemment menée de A à Z. Je prendrai toutefois le temps de noter un bémol dans le néanmoins exemplaire travail vocal: les influences, on les utilise, on n’en abuse pas. Merde, si je n’avais pas l’impression d’avoir Patton entre les oreilles plus de fois que nécessaire, ce disque aurait probablement eu la note ultime.

Les guitares acérées au sens limite propre du terme dessinent le contour de l’impressionnant travail virtuose qui constitue cet album, via la stylistique amenée par des sonorités génialement trouvées. La basse bien que violemment saturée se fait subtile et soignée, le batteur est atteint (mais ça on peut le deviner) et les voix sont, encore une fois, exemplaires (faudrait lui enlever les pattons des roues par contre…). Bon ça c’est fait…

Ah! Centralia se place en tête dans mon « personnal ranking of the best technical headache-music » (le PROT BETHMU quoi…), et donnent l’exemple de ce que devrait être la musique technique d’aujourd’hui: fruit d’une réflexion musicale et non technico-technique. Oubliez le dernier Ion Dissonance (oh j’y arrive…), oubliez Beneath The Massacre (mon pipi coule entre vos raies de culs), oubliez l’immondice non-musicale des dernières offrandes sans âme de ces groupes et penchez-vous sur la beauté de l’écriture de Car Bomb. Je n’en ai absolument rien à FOUTRE que ce soit « gros », que ça « bute » ou que ça « défonce », que ça « mosh » sévère ou je ne sais quoi, si ça ne VIT pas, c’est mort pour moi. Après tout, les goûts et les couleurs… ben on en a rien à secouer.

J’aime les poivrons, et ceux que vend Marjolaine au marché en bas de chez moi sont aussi beaux que ses yeux. J’en prends un rouge, un jaune, un vert, un orange. Avant de les manger, ça fera une super déco en centre de table. Tout comme la belle pochette de Centralia qui ne la quittera pas de sitôt.

Cette chronique fait partie d’une série de 10 chroniques, c’est la première, la suivante étant ici.

  1. pieces of you
  2. gum under the table
  3. rid
  4. cellophane stiletto
  5. best intentions
  6. m^6
  7. his eyes
  8. hypnotic worm
  9. cielo drive
  10. solid grey
  11. h5ni

A PROPOS DE OYC

OYC "Sticking feathers up your butt does not make you a chicken." -- C.P.

OYC a écrit 42 articles sur Eklektik.

2 commentaires

  1. Rock The Casbah cet album,j’accroche moins à la voix du chanteur,pareil,mais musicalement c’est assez déclassé.

  2. Grosse claque aussi avec cet album, principalement dans le rythmiques, le groupe parvient à me prendre à contre-pied encore après quelques écoutes. Un album qui se souffre avant de s’apprécier à son plein potentiel (que le groupe a gros d’ailleurs). Ce groupe me laisse la même impression que lors de ma découverte de Botch (certes une comparaison facile aussi)

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 20 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Je m'en fais écouter ça de ce pas !
  • dark fortress_venereal dawnkrakoukass | 18 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Ouaip excellent album pour sûr. Ils ont clairement franchi un pallier avec ce dernier opus. Très belle chronique camarade!
  • anopheli-ahungerMadrumo | 07 novembre 2014
    Anopheli – A Hunger Rarely Sated
    Vachement cool comme fusion !
  • kerretta-pirohiabeunz | 05 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Effectivement, ya un côté Russian Circles bien prononcé. Merci pour le retour, ça fait bien plaisir ! Et jette-toi sur leurs albums précédents ! ;)
  • kerretta-pirohiaMarbaf | 02 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Ben merde, j'étais passé à côté de ce groupe. Ça me fait penser à Russian Circles. Merci beaucoup pour la découverte (et pour le lien bandcamp).