Yggdrasil – KväLlningsvindar öVer NordröNt Land

Pas de commentaires      939
Style: pagan metalAnnee de sortie: 2007Label: Det Germanske Folket

Au lieu de commencer par les points positifs de ce disque, car il y en a beaucoup, autant commencer par le point négatif : la première chanson. Introduites par un effet électronique reproduisant un lointain murmure indistinct, les guitares acoustiques débutent un morceau prometteur qui n’offre finalement rien de ce que les plages suivantes délivreront au centuples. Yggdrasil, groupe de pagan metal assumé jusqu’au nom, enchaîne tous les clichés du genre dans une chanson d’introduction de huit minutes poussive et quelconque. La voix black metal qui fait son apparition vers la moitié de la quatrième minute n’apporte rien et la mélodie lancée par la guitare et le violon se promène jusqu’à ce qu’une accélération démarrant par un cri digne d’un chanteur de heavy viennent briser la lenteur. Une autre voix typé black metal intervient alors mais, avec beaucoup moins de force. Une sorte de raclement de gorge poussif. Le type de voix qui bousille une chanson au lieu d’accentuer une émotion. Le lead mélodique qui intervient après à la septième minute est digne d’un groupe de heavy mal inspiré et arrive en écho à ce cri perçant assez ridicule pour être honnête.

Une minute trente encore et l’on peut passer à la seconde chanson. Celle-ci remonte le niveau qui était de toute manière assez bas pour qu’il suffisse d’une poussée de coccinelle pour allumer une lueur d’espoir. C’est à la troisième plage que le voyage commence réellement. « Frid ». Une chanson majestueuse qui pourrait être la définition de ce que l’on attend quand on parle de pagan metal épique si cette expression désigne une musique capable d’évoquer un drakkar rempli de vikings chantant la gloire de leur pays.

Kvallningsvindar over Nordront land est une ode à la Suède tout en étant un album parfait de pagan metal à partir de cette fameuse troisième plage. Après celle-ci, le niveau ne redescend pas et le bonheur est immense quand, à chaque plage, on entend retentir ces choeurs masculins et chaleureux sur des mélodies traditionnelles merveilleusement bien composées. Les riffs de guitare électrique sont rythmés et soutiennent bien l’instrumentation classique en lui donnant plus de force pour ensuite s’envoler dans des leads superbe qui complètent parfaitement les chansons.

La production est par contre à moitié décevante car les guitares électriques manquent cruellement de puissance et nécessiterait d’être mieux soutenues par la basse que l’on n’entend pratiquement pas. Le contraste est d’autant plus marquant que ces guitares mis en retrait sont constamment mêlées à des parties acoustiques au son riche et dense. La différence n’est tout de même pas aussi marquante que sur la première plage de Nattends Madrigal mais l’écart de volume des deux types de guitare est assez remarquable au début. Ensuite, la force des compositions fait le reste et l’on passe au-dessus ce défaut. A mes oreilles ce sera donc le seul défaut que je soulèverais en parlant de ce disque si ce n’est ces débuts difficile. « I Nordens rike » et « Frid » sont pourtant crédités comme ayant été écrites la même année (les compositions datant d’une période courant de 2000 à 2002). Pourquoi, comment cette différence d’inspiration aussi flagrante peut elle être, je n’en ai aucune idée. Mais, bien que je ne cesserais de jeter des pierres sur ce premier morceau, le reste du disque ne recevra de ma part que des applaudissements en l’honneur de ces sept chansons magiques et magnifiques, gonflées de gloire et de fierté.

  1. nordens rike
  2. kvällning over trolska landskap
  3. frid
  4. gryningstid
  5. nattens vandrare
  6. i nattens timma
  7. vinter
  8. nordmark
  9. alvadansen

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *