Angrom

Chroniqueur

Angrom

Comme pas mal de gens, c'est par mon paternel que me sont venues bon nombre de mes émotions musicales. Éclectique en diable, mon daron, m'initia à la musique classique et rock essentiellement. Beatles, Rolling Stones et Elton John essentiellement furent parmi les premiers artistes à retenir mon attention. Imaginez ma stupeur quand un ami se présenta un jour chez moi avec des disques d'un groupe anglais, arborant une mascotte qui a l'époque m'avait paru horrible, mais me fascinait. Il s'agissait bien sûr d'Iron Maiden, dont je devins assez vite fan, intégrant ainsi un peu de métal dans mes écoutes, qui, à l'époque, suivaient plutôt la mode du moment. Metallica, Megadeth, Iggy Pop vinrent compléter ma collection d'artistes un peu plus péchus. Arrivé en école d'ingénieurs, un voisin de palier, voyant quelques disques de métal dans ma (encore petite) discothèque, essaya de m'entraîner du "côté obscur". Bien lui en prit, rétrospectivement. À l'époque, en 1998, Angra était au top, et c'est par ce moyen qu'il réussit son coup, me faisant sombrer dans une période heavy-speed, dont je ne garde plus grand chose aujourd'hui (mis à part Edguy et les trois premiers Angra). Une fois le poisson ferré, il passa à la vitesse supérieure en me passant des disques de Dream Theater. Coup de cœur direct pour Images And Words, un peu plus de mal avec Awake, mais la sortie de Scenes From A Memory en 1999 et plusieurs petits détails contribuèrent à faire de ce groupe un de mes groupes favoris, ce qu'il est encore aujourd'hui (une vingtaine de concerts au compteur). Suivant le groupe et tous ces side-projects c'est par Transatlantic que je m'intéressai aux groupes de rock progressif : Spock's Beard, Marillion, The Flower Kings, puis les grands anciens : Yes, Genesis (je considère encore aujourd'hui la période d'or de Genesis comme un des trucs les plus géniaux qu'on ait jamais écrit en musique), Rush (mon groupe n°1), plus récemment King Crimson. Sorti de l'école, je rencontrai sur Rennes la troisième personne à l'origine de mes grands tournants musicaux. Mon troisième maître m'initia aux sonorités plus saturées du death metal et du thrash qui pousse. L'éducation ne se fit pas sans mal, mais j'ai actuellement une discothèque de métal extrême bien fournie, que j'apprécie énormément. .J'en profitai pour découvrir un des groupes français les plus novateurs : SUP. Ou j'en suis aujourd'hui ? Sans doute un mix de tout cela. J'ai succombé également aux sirènes du rock alternatif (Tool, The Mars Volta, Porcupine Tree, Dredg). Je conserve quelques bases heavy que je ne renie pas (Judas Priest, Ozzy Osbourne, Alice Cooper), et j'écoute beaucoup de métal progressif, si tant est qu'il s'éloigne de la technique pour la technique (Pain Of Salvation, par exemple). La trentaine a été également l’occasion de s’intéresser au Jazz, plutôt les classiques « hard bop », mais je ne crache pas sur une petite nouveauté à l’occasion. Je voue également un culte sans limites à Peter Gabriel et à Frank Zappa, hommes à la personnalité fascinante et musiciens expérimentateurs !

Angrom a écrit 58 articles sur Eklektik.

Grand Magus – Hammer Of The North

Ne connaissant pas du tout Grand Magus, c’est l’écoute d’un titre sur le sampler d’un mensuel bien connu que j’ai fait connaissance avec le groupe. En l’occurrence, c’est le titre d’ouverture de ce nouvel album, « I, The Jury » qui a su dès la première écoute trouver grâce à mes oreilles, me séduisant par son coté accrocheur et efficace, et qui m’a donné envie d’approfondir un peu plus en découvrant l’album entier, « Hammer Of The North », cinquième « méfait » de ce trio suédois.
Et force est de constater que tout l’album est du même tonneau que le titre d’ouverture à savoir [...]

Extreme – Saudades De Rock

Alchemist : Mon cher collègue, puisque nous voilà réunis pour débattre courtoisement, je commencerai par citer Pierre Desproges : « La caractéristique principale d’un ami est sa capacité à vous décevoir ». Cette maxime correspond en tous points avec le sentiment que j’éprouve à la découverte de ce SAUDADES DE ROCK qui célèbre la réunion d’Extreme, groupe que j’ai tenu (et tiens toujours) en très haute estime. A ce jour, je ne compte plus les écoutes des trois premiers albums des 4 de Boston. J’en conserve de bien bons souvenirs : le pied monumental devant les prouesses de Nuno [...]

Porcupine Tree – We Lost the Skyline

Décidément nos amis de Porcupine Tree ne chôment pas. Après un excellent EP, Nil Recurring déjà chroniqué ici, voici que le groupe sort, pour l’instant uniquement via son site web ou dans les magasins affiliés au réseau Think Indie, un mini-live acoustique de huit titres et une trentaine de minutes.
C’est un showcase acoustique donné par Steven Wilson et John Wesley en 2007 à Orlando qui a donné lieu à l’enregistrement de ce live. Pour les trois premiers titres, on retrouve uniquement Steven Wilson en solo, avec sa guitare pour trois titres de la première période du groupe : [...]

The Mars Volta – The Bedlam in Goliath

The Mars Volta : depuis que j’ai découvert le groupe avec leur premier effort en 2003, j’ai attendu chaque sortie du groupe d’Omar Rodriguez Lopez et de Cedrix Bixler Zavala avec l’impatience d’un gamin au pied du sapin de Noël. Et ce The Bedlam In Goliath ne fait pas exception à la règle. Le single « Wax Simulacra » étant dispo à l’écoute quelques semaines avant, je n’avais pas pu résister et j’avais ouvert un petit coté du paquet en l’écoutant. Même si je l’ai trouvé agréable, son côté « simple » (comparativement à ce que nous propose le groupe habituellement) me faisait [...]

Bilan 2007 angrom


Albums de l’année

Rush – Snakes & ArrowsA tout seigneur tout honneur, les vétérans de Rush ont prouvé en 2007 qu’ils étaient plus que jamais dans l’air du temps, avec cet élégant Snakes And Arrows. Le trio canadien prouve qu’il est loin d’être cramé et alterne pendant pas loin d’une heure les hymnes prog-rock avec les instrumentaux alambiqués. Neal, Geddy et Alex, n’arrêtez jamais.
Porcupine Tree – Fear of a Blank PlanetEncore un groupe au top en 2007. Fear of a Blank Planet permet à Porcupine Tree de pousser encore plus loin l’exploration des contrées explorées avec [...]

Fiction Plane – Left Side of the Brain

Fiction Plane , groupe de fils à papa ? La tentation est grande en effet. Le leader du groupe n’est autre que Joe Sumner, fils de Gordon Sumner, alias Sting, et en regardant de plus près le nom du groupe, on peut se rendre compte que Fiction Plane est un anagramme de Infant Police. De plus, quand on sait que The Police a proposé à Fiction Plane de faire leur première partie lors de leur tournée mondiale de réunion, on serait tenté de penser qu’on se trouve en face du même genre de supercherie que Lauren Harris, par exemple.

Rush – Snakes and Arrows

À l’heure où Dream Theater sort son neuvième album et négocie sans doute un tournant important dans sa carrière, son mentor, le trio canadien de Rush, poursuit son petit bonhomme de chemin, défiant le temps et les épreuves, et nous offre, cinq ans après Vapor Trails, son 18ème album en 33 ans de carrière. Qui dit album dit tournée et rien que le fait que ce Snakes And Arrows soit le prétexte à un retour de Rush pour des concerts en Europe, seulement trois ans après la tournée de son trentième anniversaire, devrait nous remplir de joie, même dans [...]

Dream Theater – Systematic Chaos

Il n’est pas évident pour moi de chroniquer ce nouveau disque de Dream Theater. La relation que j’entretiens avec le groupe va au-delà de la qualité de leurs albums, et même si la direction prise par le groupe depuis quelques albums ne me convient pas totalement, le groupe reste une de mes valeurs sûres, et à coup sur un plaisir à voir en live.
Alors, nouveau label, nouveau départ ? Pas évident. On aurait pu reprocher à Octavarium d’être un peu bâclé pour honorer la fin de contrat avec Warner, et bien le groupe n’a apparemment pas pris plus [...]

Koritni – Lady Luck

Angrom :Souvenez-vous il y a un an sur ce même webzine, nous vous louions les qualités du groupe Green Dollar Colour, fruit de l’union (musicale, hein) d’un guitariste français (Anthony De Lemos) avec un chanteur australien : Lex Koritni. Malheureusement, cette union fut de courte durée, et peu après la sortie du disque, Anthony et Lex décidèrent de stopper l’aventure. Il en fallait plus pour décourager Lex Koritni, avec un nouveau groupe et armé de sa seule voix (et d’une queue de renard porte bonheur), il assura en France une tournée de promotion du disque de GDC sous le [...]

Origin’hell – Still More Suffering

Formé à l’origine en 2001 comme un groupe de reprises, Origin’Hell a eu bien vite envie d’incorporer des compositions personnelles à ses playlists. S’en suivirent l’enregistrement d’une démo en 2003, et la sortie de leur premier album, Human Decadence en 2004 sur le label Deadsun Records. À la suite de cette première livraison, on vit beaucoup le groupe tourner dans l’ouest de la France, partageant parfois la scène avec des valeurs sûres (Nostromo, Impaled Nazarene, Kronos … ).C’est à la suite d’une deuxième démo, enregistrée en 2005, que les quatre Bretons décidèrent d’autoproduire leur second disque. Plus brutal et [...]