beunz

Assumption – Hadean Tides

Quatre ans après le très bon Absconditus, les italiens d’Assumption font leur retour à nouveau chargés d’un bon bloc de béton armé ! Entretemps, le duo est devenu quartet, comptant le renfort du guitariste slovène Matija Dolinar (Siderean) et du bassiste Claudio Troise (ayant fait ses armes dans pas mal de groupes UG, notamment Gravesite). Un dédoublement d’effectif permettant à Assumption d’encore plus densifier son impact sonore (déjà massif auparavant !).

Rance – III

Comme son nom l’indique, III est la troisième sortie de Rance, projet parisien au line-up quelque peu remanié dans lequel on retrouve désormais plusieurs acteurs de la scène locale (black metal et autres): Guillaume Galaup (Limbes, ex-Blurr Thrower – chant), Lila Ehjä (basse), Jan Flamming (Traitors – guitare) et Joseph Apsarah (Baume, Cepheide – batterie et guitare). Annoncé comme du « black metal lumineux », ce qui peut sembler contradictoire, Rance délivre ici quatre titres qui correspondent pourtant totalement à cette description.

Cremation Lily – Dreams Drenched In Static

Cremation Lily, c’est le projet d’un certain Zen Zsigo, mec pas si zen que ça puisqu’il dort très peu et souffre apparemment de dépression. Mais derrière l’aspect négatif de cette info se cache une créativité et surtout une incroyable productivité (comme l’attestent les très nombreuses sorties qu’on peut trouver sur son Bandcamp, ainsi que sa participation à de nombreux collectifs comme BLACKCLOUDSUMMONER par exemple) du gaillard. Pour Dreams Drenched In Static, il quitte même l’autoproduction en signant chez The Flenser, label réputé notamment pour avoir Have A Nice Life ou Planning For Burial dans son roster.

Kneel Before The Death – Memoir

Quartet originaire d’Helsinki, Kneel Before The Death a commencé ses activités en 2015 en sortant un EP puis un single « Miserere Mei » (2018), avant de prendre son temps pour lui donner une suite. Quatre ans auront donc été nécessaires pour façonner les trois titres de ce Memoir, nouvel EP faisant cohabiter deathcore et symphonique.

Chamber – Carved In Stone

Alors qu’on est encore en train de se remettre de la fessée Cost Of Sacrifice (2020), Chamber revient sans crier gare nous remettre un rapide aller-retour sur notre postérieur endolori. En effet, aucune promotion préalable n’a accompagné ce Carved In Stone, EP trois titres surprise qui vient poursuivre avec fracas les bonnes impressions laissées par leur premier LP.

Citadel – Remember Your Past

« Se souvenir de votre passé », voilà ce que nous propose Citadel, jeune formation bordelaise formée l’an dernier autour de deux ex-The Great Old Ones (Jeff Grimal au chant et à la guitare, Léo Isnard à la batterie), de Benoit Gateuil (Aenimals) à la basse et enfin de Meddy Beaufils Motte, véritable instigateur du projet, à la guitare et aux claviers. Un passé pas si éloigné (mais quand même un peu !) où la scène black metal n’hésitait pas à se la jouer symphonique devant le succès de Dimmu Borgir. C’est ce parti pris que reprend donc quasiment vingt ans [...]

Void Of Vision – Chronicles II: Heaven

Quelques mois le premier volume Lust, Void Of Vision débarque avec sa suite. Un Chronicles II: Heaven qui nous propose non pas quatre mais cette fois cinq titres tout en proposant un metalcore teinté de djent et d’electro bien dans la lignée de l’EP précédent.

Crossed – Morir

Deux ans après l’avoir découvert sur le très bon Barely Buried Love, Crossed daigne enfin lui donner une suite. Le quartet madrilène en a toujours sur le cœur et possède encore du soufre en réserve. Avec son titre explicite, Morir est une célébration plus que sauvage de la mort, bardée de stridences et de cris décharnés.

Harvested – S/T

Fondé du côté d’Ottawa par des membres d’A Scar For The Wicked (deathcore), Misshapen (death mélodique) et de Harmoniaq (death mélodique aussi) entre autres, Harvested débarque de son Canada natal avec un premier EP autoproduit. Et derrière l’apparente simplicité affichée (pas de titre, pas trop de boulot sur la cover où ne figure que le logo du groupe), le quartet se montre bien décidé à envoyer quelques déflagrations, ici au nombre de cinq.

Biollante – J’espère Que Tu Danseras Quelque Part

Biollante, après avoir été adversaire de Godzilla, c’est la rencontre de Non Serviam et de Gobscrew. Si l’on a déjà croisé le chemin des premiers, expérimentateurs sonores faisant se côtoyer de très nombreux styles ensemble, c’est la première fois que j’entends parler de Gobscrew, collectif de rappeurs parisiens à l’état d’esprit nihiliste apparemment en phase avec leurs nouveaux (?) potes.