Ashram – Ashram

7 Commentaires      1 030
Style: néo classiqueAnnee de sortie: 2002Label: Prikosnov

La Beauté. La Grâce. Le Sublime. Il n’est pas dans mes habitudes d’utiliser les substantifs avec une majuscule mais là je ne peux que m’incliner et me voit contraint d’user de sentences péremptoires, voire dogmatiques, relevant du champ lexical de l’Absolu.

Quiconque a eu un jour accès à la noire félicité d’une mélancolie replongera dans les abîmes de la douleur à peine cicatrisée pour un voyage où il n’est fait place à aucune laideur. Tout ici est gracieusement maîtrisé, chaque instrument est à sa place, une place qui a probablement dû être définie en d’autres temps et d’autres lieux, lorsque la perfection avait droit de cité.
Le chant, clair, profond, cristallin, tantôt tout en retenue, tantôt exalté sait rendre plus émouvants, plus bouleversants les arrangements mélodieux, les purifient des hypothétiques dernières aspérités. Les instruments à cordes (violon, violoncelle) sont déchirants, chaque note de piano est poignante et semble jouée comme s’il s’agissait d’effleurer le ciel avec délicatesse.

Vous avez tout perdu, il pleut dans l’antre où vous pensiez avoir trouvé refuge, le désespoir vous étreint mais vous souhaitez aviver, intensifier, magnifier cet état de l’âme afin d’en apprivoiser les moindres méandres : voici VOTRE album.

NB : si quelqu’un parmi vous est susceptible d’avoir une influence plus ou moins directe afin que ce grandiose quatuor napolitain s’attèle à son second album, merci de tout mettre en œuvre (quitte à faire jouer vos relations dans la mafia).

  1. fairy wind
  2. for my sun
  3. forever at your mercy
  4. spirit of the rising moon
  5. lucky’s song
  6. nevermore sorrow
  7. horizons
  8. forgive me
  9. she’s fiddling
  10. fragile
  11. elisewin
  12. oceans
  13. i’ve lost myself
  14. sweet autumn
  15. silver eyes

Chroniqueur

Darkantisthène

Il est né, il a chroniqué, il est mort, aurait pu dire Heidegger si... j'étais mort, si Heidegger était vivant et s'il s'était intéressé à ma prose autant qu'à celle d'Aristote. Et il n'aurait pas été à une connerie près le père Martin parce qu'avant de chroniquer, et après être né, figurez-vous que j'ai vécu ; et écouté de la musique.

darkantisthene a écrit 276 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

7 Commentaires

  1. dah-neir says:

    j’aurais mis la meme note si j’avais du faire cette kro… Absolument superbe et totalement indispensable!!

  2. darkantisthene says:

    comme quoi les blackeux ne sont pas que des bourrins :;)!

  3. dark hypparchia says:

    vraiment un album envoutant, à la limite de la perfection. J’ai toujours été épatée par le titre instrumental qui suggère tant de nostalgie.

  4. dah-neir says:

    au passage il me semble que c’est un trio Ashram… Mais ca n’engage que moi..

  5. SoOo says:

    Je dirais même plus ! Poignant, pour être précise.
    (Et dire que les locaux de leur label se situe à 30 bornes de chez moi (O_o))

  6. wakos says:

    Tout simplement magnifique !!! Merci à Eklektik de m’avoir fait découvrir ce groupe.

  7. AlCheMist says:

    Une petite merveille de solennité, de finesse et de romantisme. Des instants de recueillement profond, de grâce et de délicieuse mélancolie. Après plusieurs écoutes, je suis sous le charme et confirme que le chant me fait penser immanquablement à celui de Morten Harket… :OP Merci pour cette découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *