Ram-zet – Intra

5 Commentaires      1 321
Style: metal moderne uniqueAnnee de sortie: 2005Label: Tabu

Chaque chroniqueur a ses coups de cœur qui déforment les chroniques en apologie, chez Eklektik on a même peut-être tendance à en abuser mais il est vrai que cette année 2005 qui ne s’annonçait pas forcément mirobolante nous a déjà assez surpris alors qu’on n’en est qu’à sa moitié.

Bref Ram-Zet est un de ceux-là. Ca fait déjà 3 ans qu’est sorti Escape qui m’avait particulièrement impressionné à l’époque et voilà le nouvel opus de ce groupe norvégien très spécial et bourré de talent qui ne manquera pas de plaire à tout amateur de metal moderne et sophistiqué sortant des sentiers battus

Mené par le multi-instrumentiste virtuose Zet (ici guitariste/chanteur), sa personnalité déteint sur la musique du groupe, Ram-Zet étant sa vision schizophrène. A la croisée entre un thrash/death technique très rythmé et un black moderne à touches électroniques, le tout avec une grosse dose de folie mais aussi de l’épique grâce aux apparitions fréquentes de passages plus atmosphériques avec voix féminines ou superposition de cordes et claviers.

Dès le premier titre, on est accueilli pas un blast fougueux et ces riffs si caractéristiques du groupe, alternant passages amples avec des coups rythmiques secs. Zet y pose ses voix black torturées, aigues et très personnelles. Quand arrive le refrain, les guitares sont tout aussi tranchantes mais l’accent est mis sur la voix féminine opératique de Sfinx, qui s’articulera tout au long de l’album en mélodies toujours inspirées et ressenties. On repart rapidement dans un couplé bercé d’électroniques subtiles. On retrouvera ces sonorités de clavier, entre électro moderne et passages symphoniques façon black norvégien sur tout l’album.
Puis au détour d’un break, un violon -joué par l’autre membre féminin du groupe (qui soutient aussi Sfinx aux choeurs)- apporte une touche plus folklorique à la musique du groupe et un moment de répit avant que la machine à riffs lourds réapparaisse.

Car même si les voix féminines ont pris de l’ampleur sur cet album, elles accentuent encore plus le contraste avec les grosses rythmique hypnotiques et la puissance des guitares. Ram-Zet jouent du métal extrême, et cet album est même encore plus agressif que le précédent. C’est surtout le son de guitare du groupe qui marque, très moderne et assez unique, le côte lourd et tranchant est accentué sur toutes les rythmiques aux dépends de la mélodie. Daniel Bergstrand (In Flames, Soilwork, Strapping Young Lad, Meshuggah et tant d’autres) s’est chargé de la production et il a su capturer ce son qui fait partie intégrante de la spécificité de la musique de Ram-Zet.
Le jeu éloquent de Zet n’est pas non plus abîmé par ce son qui sait devenir très propre sur les nombreux solos et passages mélodiques démontrant son jeu technique explorant toutes les ficelles du métal.

Alors que dire de ce nouvel album… eh bien il m’impressionne tout autant que son prédécesseur, ce n’est pas forcément un album universel, il est même plutôt difficile d’accès, extrème et délirant, mais il est très varié et fourni de détails qui ne se révèlent qu’au bout de nombreuses écoutes. A l’heure où la plupart des groupes se photocopient, ceux ayant une réelle personnalité sont rares…
Coup de cœur!

  1. the final thrill
  2. left behind as pieces
  3. enchanted
  4. ballet
  5. peace
  6. and innocence
  7. born
  8. lullaby for the dying
  9. closing a memory
jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 498 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. kollapse says:

    Coup de coeur pour moi aussi! Et une de mes découvertes de l’année c’est certain. Ram-zet est un groupe talentueux qui ne se pose vmt de barrières et c’est ce qui enrichit continuellement leur musique si spéciale et empreinte de folie. « escape » m’avait déja bien secoué, ce nouvel album, avec un son énorme concocté par sieur Bergstrand, enfonce un clou et s’impose comme un des albums de l’année…pour ma part du moins, car il est vrai que la musique des norvégiens est assez spéciale et ne plaira sans doute pas à tout le monde. Mais à moi, oui. 18/20

  2. damien luce says:

    trés trés chelou ce groupe mais pas désagréable!!!

  3. Monster says:

    Moi je me demande si je ne prefere pas « Escape ». Là l’effet de surprise est un peu passé… Pourtant je trouve « Intra » plus difficile d’accé qu’Escape, plus derangeant.
    Excellent album en tout cas, comme d’hab avec Ram-Zet !

  4. Monster says:

    Ouais ben comme je le disais il est plus difficile d’accée qu’Escape, j’ai mit plus de temps à rentrer dedans mais maintenant c’est un vrai bonheur !
    Avec le temps je commence à le trouver tout aussi bon que « Escape ».
    Decidemment Ram-Zet est invincible !

  5. medulla says:

    Une année 2005 pas mirobolante??? Avec les sorties des albums de cephalic carnage, zubrowska, coprofago, gojira, inhatred avec déjà ces 5 groupes y a de quoi faire une année de grand cru. Ram-zet ça à l’air banal à pleurer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *