Sadus + Darkane + Gory Blister – 19 avril 2006 – Locomotive – Paris

Pas de commentaires      768

Surprise à l’arrivée dans la petite salle de La Loco, ou une petite cinquantaine de personnes observent le set de Gory Blister. A première écoute, le groupe distille un thrash-death qui n’est pas sans rappeler les regrettés Death – assez technique, très agressif et plutôt bien exécuté. Malheureusement, la qualité sonore n’est pas au rendez-vous, et la voix criarde du chanteur, linéaire et pas toujours égale, est renforcée d’échos pour un résultat qui ne sied pas vraiment avec la musique. En plus du manque de justesse de ses vocaux, le frontman n’a rien trouvé de mieux que de s’affubler d’un jean bleu clair et déballer son torse musclé et ses tatouages, pour lui donner un look Boys Band rendant sa prestation encore moins crédible. Même si les musiciens tirent plutôt bien leur épingle du jeu, difficile d’accrocher au set de Gory Blister qui ressemble plus à une séance de répétition qu’à une prestation live à proprement parler. A part sur « Blinded by Light », peu de réactions de la part du public, qui attend surtout la suite.

Le temps que Darkane se mettent en place, quelques dizaines de personnes viennent s’ajouter à l’audience clairsemée, mais qui – on s’en rend compte lorsque les suédois lancent les premiers accords de leur death mélodique – est constituée de die-hard fans bien décidés à prouver au groupe qu’ils sont venus pour eux. En raison du manque d’espace sur une scène minuscule, les cinq membres de Darkane ont beaucoup de mal à évoluer mais mettent tout en oeuvre pour rendre leur jeu de scène intéressant, tout en faisant preuve d’une présence fort sympathique. Armé de ses vocaux gutturaux puissants et maîtrisés, le chanteur, accompagné du guitariste, n’hésitent pas à descendre les quelques marches qui les séparent du public pour venir jouer parmi eux et serrer des pinces. Au milieu de l’euphorie, des slams et des pogos, deux fans en kilt s’amusent à montrer avant et arrière, provoquant les rires des suédois. On entend trop la batterie au début du set, et les samples ainsi que les vocaux grésillent par moments – la sono de la petite Loco, tout comme les lights assez pauvres, arrive vite à ses limites, mais heureusement, sans que cela nuise au son dans sa globalité. Le batteur, ultra carré, martèle ses fûts avec puissance et précision, et les soli de guitare et gros riffs heavy entraînants sont autant de sources de ravissement. La set-list pioche dans l’ensemble du répertoire des suédois ; les titres du dernier album s’incorporent sans aucun mal aux anciens et reçoivent un accueil tout aussi chaleureux. Peu de spectateurs pour ce show d’une heure, mais un groupe ultra motivé et une ambiance excellente, la claque de la soirée.

Set-list Darkane :
Amnesia Of The Wildoerian
Godforsaken Universe
Emanation Of Fear
Rusted Angel
Layers of Lies
Organic Canvas
Violence from Wiltun
Third – Chaos vs Order
Secondary Effects
Innocence gone

Fort heureusement, l’effectif déjà mince ne s’est pas réduit lorsque les pionniers du thrash, Sadus, entrent en scène une demi-heure plus tard et déclenchent les hostilités. Leur son lourd et complexe caractérisé par beaucoup de basse, des alternances de rythme et des vocaux death fracassants ravissent l’assistance, et comme pour Darkane, nombreux sont ceux qui pour rien au monde n’auraient voulu manquer l’événement. D’autant plus que le groupe compte de nouveau dans ses rangs le mythique Steve DiGiorgio (qui a officié, rappelons-le, dans des formations telles que Testament ou Death), et vient défendre son dernier album, Out for Blood, sorti huit ans après le précédent. Se démenant avec une rythmique écrasante, le trio fait preuve d’un niveau technique impressionnant ; mention spéciale pour DiGiorgio qui excelle à la fois à la basse cinq cordes et en backing vocals – sa voix contrastant idéalement avec celle du frontman-guitariste Darren Travis. En revanche, quelques essais aux synthés s’avèrent plutôt foireux et le groupe aurait dû s’en tenir aux bandes pour ces quelques touches d’ambiance sinistre. Blasts, jeu à contre temps… Jon Allen à la batterie nous en met également plein les oreilles, et avec l’apport de quelques riffs mélodiques, l’ensemble instrumental s’avère d’une cohésion parfaite. Avec en prime, une set-list pertinente, bonne combinaison de nouveaux titres et de plus anciens. Un régal pour les fans de la formation thrash old-school, qui sont repartis plus d’une heure après plein les oreilles ; malgré le peu de spectateurs, Sadus n’ont pas voulu pénaliser leurs fans et se sont donnés à fond pendant le set.

Set-list SADUS :
Out for Blood
Down
Sick
Kill Team
Fuel
Freedom
In your face
Good rid’nz
Lost it All
In the Name of …
Twisted Face
No More
Sadus attack/Torture
Certain Death

Photos de Laurent Gameiro (www.livephotos.info)

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *