Gory Blister – Reborn From Hatred

1 Commentaire      280
Style: death metalAnnee de sortie: 2023Label: Eclipse Records

Véritable institution du death metal, Gory Blister est né en 1991 et malgré quelques changements de line-up, le trio revient toujours aussi brutal qu’à ses débuts. Reborn From Hatred est le septième album du groupe (stabilisé depuis l’arrivée du chanteur St.John en 2012), ce dernier opérant là une mixture équilibrée de death moderne et old school, technique, brutal et mélodique à la fois.

Doté d’une production bien épaisse (maison, mais au mix signé Ricardo Borges qui a notamment bossé avec Kreator et Sepultura, le mastering est de Peter Brussee qui lui a collaboré avec Steve Vai), Reborn From Hatred propose des titres bien divertissants, techniques certes mais qui ne tournent jamais à la démonstration tout en se montrant accrocheur (« Profound Sedation » qui possède un refrain rappelant les oubliés Fear My Thoughts entre deux bourrasques de brutalité).

A sa diversité « riffique », aussi groovy que survoltée (les riffs thrash de « Relentless Fear »), s’ajoutent des passages aux mélodies plus inattendues comme sur le morceau-titre où l’on a droit à un peu de chant clean sur le refrain (sans pour autant perdre en violence). Au point techniquement, ces vétérans prouvent là que le nombre des années n’a pas d’emprise sur leur vitalité.

On obtient là un nouvel album réussi, équilibre parfait de grosse brutalité et de passages très catchy, même si l’on en retient pas grand chose après écoute, on passe simplement un bon moment sur le coup.

  1. From Ashes…
  2. Push Out The Venom
  3. Relentless Fear
  4. Profound Sedation
  5. Unexpected Livings
  6. This Blood Is Forever
  7. Reborn From Hatred
  8. Greedy Existence
  9. Signs From Beyond
  10. Generation Ship
  11. … To Flames
beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. RBD says:

    Je me souvenais lointainement d’un pastiche de Death et Necrophagist sans personnalité. Ils ont fait quelques progrès en ce sens à ce que j’entends là, mais ça fait sous-Obscura par moments ce qui nous ramène un peu à la case précédente quand même (le combo Bavarois était encore confidentiel lors de ma première rencontre avec Gory Blister).
    Mais au moins ils ont préparé le terrain pour cette scène Death Italienne finalement assez florissante, bien que dans un style plus brutal en fin de compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *