Beyond Twilight – For the Love of Art and the Making

6 Commentaires      1 390
Style: dark heavy prog metalAnnee de sortie: 2006Label: Massacre

Souvenez-vous, c’était au mois de mai 2006, lors de ma chronique du dernier album d’Andromeda sur cet admirable webzine qu’est eklektik, je terminai mon oeuvre en évoquant un certain marasme dans le prog metal. En effet, le genre semble encombré par trop de clones de Dream Theater ou des groupes ne prenant que peu de risques, ancrant le style dans un certain conventionnalisme. Si bien qu’on en vient à se demander si le terme progressif, qui évoquait jadis une musique défrichant de nouveaux territoires, marquant de ce fait une progression, n’a pas perdu beaucoup de sa signification. Heureusement, il y a des groupes qui redonnent toute sa valeur première à l’adjectif « progressif » tel Beyond Twilight. A peine un an après le monumental Section X, la bande au danois Finn Zierler est de retour. On regrettera cependant que Finn Zierler ait dû se séparer de l’excellent Kelly Sundown Carpenter – qui succéda au célèbre Jörn Lande – par manque de motivation de ce dernier. Le remplaçant est un suédois prénommé Björn Jansson, chanteur du groupe Tears Of Anger. Le concept de ce nouvel album est, à ma connaissance, tout à fait nouveau dans l’univers du metal. Il s’agit d’un seul et même morceau de 38 minutes décomposé en 43 pistes. Pourquoi autant de pistes ? Tout simplement car ce morceau peut s’écouter en lecture aléatoire (mode shuffle), les pistes très courtes étant faites pour s’imbriquer dans n’importe quel ordre, comme un puzzle.

Cette chronique vient un peu tard il est vrai, l’album étant sorti depuis plusieurs mois maintenant, mais je tenais absolument à vous faire connaître l’excellent album qu’est FTLOAATM. Comme le titre du disque le laisse suggérer, il s’agit d’un concept album sur la création artistique et les divers sentiments et émotions qui inspirent cette création artistique. De ce fait, en moins de 38 minutes, la musique de Beyond Twilight va de passages empathiques à des moments plus sobres et intimistes (tel les romantiques « The Perfect Heart »). Elle se fait tour à tour légère et amusante (« Past The Magic Part II » avec des « rythmiques riantes » à la M. Bungle) ou grave et torturée (« Organ Scientific Formula » et ses grandes orgues dignes d’un film d’horreur, « Night Wandering on Needles Part II – The Answer » parfait pour illustrer le Psychose d’Hitchcock).

Les guitares délivrent des riffs heavy et lourds à faire pleurer de honte Nevermore (« Dark Wild Rage ») ou alors jouent plutôt sur la corde sensible comme le petit solo de gratte bourré de feeling (« Autumn for Message »). Quant aux claviers du grand maestro Finn Zierler, ils n’ont jamais été aussi variés, entre des sons étranges faisant penser à un mellotron moderne (« Tongue Angel »), des passages digne de Danny Elfman (« I Know Why The Caged Bird Sings »), un jeu de piano très bluesy (« Cold As Blue »), sans compter des démonstrations de piano et de claviers en tout genre renvoyant aussi bien à des musiques de film d’horreur, de la valse, Chopin, Mozart, Bach et ses grandes orgues, la musique classique contemporaine que le jazz et le rock progressif 70’s.

Bref difficile de chroniquer un disque qui propose tant de richesse en à peine 38 minutes et 43 pistes. Difficile de comprendre ce qui s’y passe tant l’ensemble est varié et part dans tous les sens. A l’écoute de ce disque, on peut tout à fait penser que l’ensemble est indigeste, ressemblant plus à un copier coller de choses incohérentes. Mais qu’on écoute les pistes dans l’ordre ou en mode aléatoire, on ne pourra nier la très grande richesse et complexité d’une musique tout sauf lisse et froide. Difficile donc de faire une chronique d’un tel OMNI, on pourrait en rajouter des couches durant des pages et des pages, décrire chacune des 43 pistes qui constituent autant de pièces d’un puzzle (d’ailleurs l’intérieur du livret illustre l’aspect puzzle du disque) qu’on se plaira encore à assembler dans quelques années.

  1. un seul morceau divisé en 43 pistes
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

6 Commentaires

  1. 2nd° Decapitation says:

    Meilleur album du style de 2006!!!!
    C’est une vrai tuerie qui est telement riche que l’on decouvrira encore des subtilités dans 10ans….UNE OEUVRE MAGISTRAL!!!!!
    19/20(sans aucune hésitation possible!jettez vous dessus…)

  2. guim says:

    C’est peut être moi qui ai pas très bien compris la kro,mais il me semble qu’il est sorti l’année dernière ce disque quand même un peu,je dis ça juste pour le 2007 à côté du nom de l’album en haut de kro ;).Sinon une floppée d’ambiances à faire tourner la tête c’est vrai sur ce disque,un vrai petit kaléidoscope quantique accoustique,car en plus d’être libre de l’écoute linéaire techniquement ça décoiffe au point d’en devenir intéressant dans toutes ces sonorités contrastantes;bref clair que c’est un super album de prog et très frais dans le genre,voué à être culte avec le temps c’est certain

  3. Angrom Angrom says:

    un excellent disque, en effet. C’est peut être le coté « gadget » mais les différentes écoutes en mode shuffle ne m’ont toutefois pas convaincu.
    Ceci mis a part, le disque est excellent, mon seul petit regret avec Beyond Twilight ce sont les incessants changements de chanteurs (pour aller toujours vers le moins bon). Avec Jorn « Melon » Lande, cette album aurait sans doute eu encore plus de classe…
    Toutefois l’écoute en reste plus que recommandable, et je mettrais un bon 16 ou 17 /20

  4. Monster says:

    Oui il est bien sorti en 2006 ce disque, en avril plus precisemment. Quand aux changements de chanteur, c’est bien dommage en effet, mais de là à dire qu’ils vont vers le moins bon à chaque fois… Finn Zierler choisit quand même des chanteurs assez extraordinaire. Kelly Sundown Carpenter sur « Section X », j’en connais plein qui ne lui arrive pas au quart de la cheville, il est loin de faire pâle figure face à Jörn je trouve. Quant au nouveau, Björn Jansson, difficile de jauger ses qualités sur cet album un peu spécial, surtout qu’il est loin d’être le seul à chanter sur FTLOAATM… Quand à Jörn Lande, il clame maintenant dans la presse qu’il a composé quelques morceaux présents sur « Section X », que Zierler lui a piqué des idées pour cet album. Finn Zierler l’a menacé d’un procés. Jörn a fermé sa gueule. Pitoyable !

  5. Angrom Angrom says:

    Le fait que Jorn soit mégalo et mauvais coucheur n’est pas nouveau. Je ne défends pas le bonhomme , mais je trouve tout de même que c’est un des chanteurs les plus doués à l’heure actuelle, et que Beyond Twilight serait encore meilleur avec lui. Cela dit c’est sans doute trop « petit » et pas assez vendeur pour les grosses chevilles de Jorn, qui préfère se fourvoyer dans des groupes pouris ou s’autoparodier en solo… Dommage que ce mec ait quitté les deux seuls groupes qui avaient su utiliser sa voix autrement que comme un pastiche de Whitesnake ..
    Et longue vie à Beyond Twilight Mark III

  6. AlCheMist says:

    Une vraie bombe à mélodies, travaillée, maîtrisée, épique et parfois déjantée, bref du grand art. L’album porte vraiment bien son nom. Quant au chanteur, belle performance et variété des timbres. L’écoute aléatoire par contre, bof… Je trouve que l’album a tout de même une cohérence en lecture ‘continue’ et ça me convient très bien ainsi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *