Kinski – Down Below It’s Chaos

6 Commentaires      1 751
Style: krautrock/post rock/stonerAnnee de sortie: 2007Label: Sub Pop

Je ne vais pas vous la faire. Je découvre Kinski avec cet album tout droit sorti des forges à sillons de chez Sub Pop. Mais comme je suis du genre têtu et curieux – surtout quand j’aime (oui Papas planquez vos filles !)- j’en ai profité pour découvrir plus avant la discographie de ce groupe qui compte tout de même son quatrième album chez Sub Pop si l’on oublie un premier auto-produit, des EPs, lives et autres participations. Bref depuis 1999, j’avais du boulot.

Si Airs Above Your Station, leur second essai retrouve plus souvent qu’à son tour le chemin de ma platine pour son côté « Sonic Youth période Daydream Nation en pleine descente psyché », ce Down Below It’s Chaos n’est pas en reste. Sonic Youth trimballe toujours ses baskets déglinguées dans ce rock majoritairement instrumental mais depuis Alpine Static, le précédent opus, Kinski a décidé que la fuzz c’était cool et par conséquent en use et en abuse au point que l’on ne serait dire si Kinski se joue des standards stoner rock&co. Peu importe. Ce qui est certain par contre c’est que les aficionados de délires inspirés des 70’s qui auraient biberonnés à la noise doivent jeter une oreille des plus attentives à Kinski. Rythmiques implacables ou lascives, voix enfumée qui se réveille sur trois titres, entrelacs de guitares noisy, explosions de fuzz, les amplis chauffés à blanc, tout est prétexte à rendre hommage aux décibels et à cette vieille carcasse rock. Rock qui se paye ici une cure de jouvence, vous tend un majeur tout d’ironie lorsqu’il décide de se tirer en douce du champ pour une escapade prog/psyché avec une flûte – le finish de « Argentina Tuner » – ou avec un clavier sur « Child Had to Catch a Train » pour un pur moment de rock embrasé comme si Jerry Lee Lewis y avait foutu le feu.

Mais la musique de Kinski est aussi à l’image de ces routes désertiques que vous traversez, de cet horizon toujours plus loin. L’aventure est toujours au bout de cette route et c’est pour quoi Kinski sait prendre la tangente, n’hésite pas à prendre son temps pour fumer une clope sur le bas côté et observer cet espace pour enfin reprendre la route – « Plan, Steal, Drive »- avec des plans plus post rock voire expérimentaux. Mais le départ se fait toujours sur les chapeaux de roue, dans les crissements de pneus et la poussière sous l’œil levant d’un Soleil ardent– le finish de « Plan, Steal, Drive » et l’enchaînement avec « Punching Goodbye out Front ». Kinski joue les potards dans le rouge, improvise, surf sur une énergie sonique qui vous envahit. Le dieu rock’n’roll s’est penché sur le berceau et certainement pas pour lui faire des risettes !

Bref si de prime abord Kinski évolue dans un format relativement pop, il sait très vite prendre les chemins de traverse pour s’embarquer à l’aventure – « Into the wild » crieront certains !- et se jouer justement des formats rock, noisy, heavy, psyché, prog, post rock, etc… Et même si quelques redondances se pointent de temps à autres, vous perdent en chemin, Kinski n’en fait qu’à sa tête de slacker, et donne à écouter la bande son idéale d’une journée d’été entre terre et mer. Je veux reprendre la route de suite !!!

  1. crybaby blowout
  2. passwords & alcohol
  3. dayroom at narita int’l.
  4. boy, was i mad!
  5. argentina turner
  6. child had to catch a train
  7. plan, steal, drive
  8. punching goodbye out front
  9. silent biker type
Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

6 Commentaires

  1. A Clarion Call says:

    groupe que j’ai découvert lors de la sortie du précédent, conseillé par mon disquaire pour ses plans riffus sabbathiens. c’est finalement leur penchant pour les plans planants, mais toujours gavés de fuzz qui leur a permis de me faire adhérer. je prefère ce petit dernier à Alpine Static, car j’y sens effectivement une plus grande maitrise de coté ‘on va se la jouer machine à riffs’ qui se marie bien à ces autres formats abordés. bien vu Neuro, chouette chro. :)

  2. Hallu says:

    Mais lol tu parles anglais Neurotool ? C’est « Down Below It’s Chaos » le titre de l’album « Don’t Below It’s Chaos » ça veut rien dire. Album moins bon que « Airs Above your Station » mais moins pourri que « Alpine Static » qui est bien mauvais.

  3. jonben jonben says:

    Quelle bonne âme ce Hallu. Corrigé!

  4. ACC says:

    Hallu tu racontes n’imp. non attends, Alpine Static était pourri parce qu’il n’y avait pas de livret c’est ça ? :D

  5. Neurotool says:

    Tu sais quoi Hallu…

  6. Hallu says:

    Alpine Static était pourri car ultra prévisible, bourrés de riffs sans âme et aucune originalité, que l’on a déjà l’impression d’avoir entendu ailleurs. Un album plat et chiant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *