Melencolia Estatica – Letum

Pas de commentaires      1 174
Style: black métal neurasthénique/dark métalAnnee de sortie: 2008Label: ATMF

Letum est le second album de Melencolia Estatica, one girl band dont Climaxia est le démiurge.
Pour certains le nom de Climaxia évoquera aussi à leur souvenir une fragrance vivace et intemporelle, celle d’un black métal ou dark métal italien véloce et mélodique dont l’architecture d’exception taillée à même le stuc donnait à un groupe du nom d’Absentia Lunae l’allure d’un plafond baroque ornant la chapelle du malin au pays du Vatican. Kitsch et vieille rose à souhait.
Certains doivent encore se remémorer les riffs des Marching Upon Forgotten Ashes et In Vmbrarvm Imperii Gloria, vendus comme des petits pains et éclipsant dans la traînée de leur veste de cuir des astres ténébreux beaucoup plus adulés de l’époque tel que Forgotten Tomb ou Beatrik. Il n’est pas si lointain ce temps où Climaxia dessinait à coup de sécateurs les jardins pour les expéditions punitives des mauvais anges.
Derrière le mascara et l’ambiance hâlée de l’éponyme paru en 2006 il fallait bien prouver que les armes n’avaient pas été sorties pour exiger du vent les mêmes bienfaits littéraires que ceux de l’aventure romantique chère à Cervantes. Voilà que Letum déploie sa matrice comme le moulin et Dulcinea vient nous caresser les oreilles du battage de ses cordes montées en série.
Dès « Letum I » on retrouve tout le talent de composition de Climaxia,la simplicité du barnum est accueilli comme un repos lancé à la horde en arme.

La géométrie esthétique de Letum est explicitée en quelques accords et la terminologie du nom du projet se promet à elle même sa plus belle concrétisation.
Il n’est pas question ici d’un quelconque assemblage dépressif dans le sens suicidaire que d’autres scènes beaucoup mieux préparées au choc de la cicatrice et de la lame s’infligent dans un élan de masochisme pur,j’ai plus envie de parler d’un culte de la tragédie dans le sens épique et noir du terme, il y a quelque chose d’émouvant à l’écoute de cet album qui se produit avec cet effort de narration monastique où la vérité ne réside pas dans la rouille mais dans le secret de la langue des seigneurs,Mélusine depuis sa tour lance le message au dos de sa flèche, les cénobites noirs l’entendront certainement .
Certains verront donc peut être un rapport entre Melencolia Estatica et Shining qui avec son dernier ricochet sur l’onde calme du lac avait fini par faire frissonner les plus réticents quant à la portée du black métal, bien plus près géographiquement de la succube aux doigts de fée on pourrait tout autant citer le band italien Gosforth qui avec son Hornlust montre aussi son penchant baroque pour une certaine mélodisation du black métal européen sans que cela ne vienne outre mesure proposer une véritable piste de corrélation entre tous ces groupes…

Baroque et épique Letum l’est très certainement,pas au sens de la démesure technique,tout est très bien tenu mais ne relève pas de l’exploit d’un dieu du stade et pourtant Climaxia fait dans la dentelle : les parties de grattes n’ont rien à envier aux inspirations orphelines de plus illustres qu’elle, entre les trémolos et les plages atmosphériques générées pour le bienfait de nos âmes corrompues on en prend pour son matricule et si cela ne suffisait pas le travail rythmique colle à l’ouvrage. Un album que je situerais assez proche de l’intention des finlandais de Baptism finalement et leur soif de créer des ambiances épiques et touchantes à la fois et cela depuis leur début.
Il reste que l’on peut regretter que le disque n’ait pas été un brin plus cru…

Un brin plus cru ? Quel goujat je fais,saluons ce qui est à saluer et laissons entrer le disque dans sa légende,un disque solide aux intonations brillantes de savoir faire, qui plus est, qui charmera les plus cyniques et neurasthéniques d’entre nous et qui ravira par son accessibilité les plus démunis face au genre.

 

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *