Gnaw Their Tongues – All the Dread Magnificence of Perversity

2 Commentaires      1 008
Style: ambiant cauchemardesqueAnnee de sortie: 2009Label: Crucial Blast

En tant que fan des différents projets musicaux de Mories, l’homme derrière Gnaw their Tongues, Aderlating et De Magia Veterum, je devrais être habitué à son travail. Ne plus ressentir ce frissonnement d’inquiétude, ne plus me perdre dans ces nuages de hurlements couverts de rythmes métalliques, ne plus me sentir prisonnier de cet étau musical. Pourtant, c’est toujours le cas. Le nom de Gnaw their Tongues se répand de plus en plus et on le trouve maintenant dans les magasins de la capitale. Presque plus besoin d’envoyer un mail jusqu’au Pays-Bas pour obtenir un nouvel album. Le charme et l’effroi persiste pourtant. Gnaw their Tongues reste fidèle à sa réputation et se renouvelle sans perdre en atmosphère.

Beaucoup moins noise que Die mutter … et aussi moins riche en samples de voix que An epiphanic vomiting of blood, All the dread… est un disque, en comparaison, plus aéré. Les instruments à cordes se font beaucoup plus présents. Beaucoup moins samplés qu’auparavant car interprétés par des amis musiciens. Ils respirent derrière les lignes de guitare exsangues et renforcent la structure mélodique de chaque titre qui n’est donc plus autant guidée par l’emploi d’extraits de films ou de conversations étranges (contrairement à « Sawn asunder and left for the beast » sur An epiphanic vomiting of blood).

Les titres des plages parlent très clairement de tortures, tout comme la pochette où des visages ont la bouche écarté par des mains ou des ustensiles. La bestialité croisée au bondage d’An epiphanic vomiting of blood est donc remplacé par une violence plus crue qui ne laisse que peu de place à une sexualité, même déviante. Il ne s’agit pas de SM mais d’une tout autre forme de violence. Tout comme celle que le compositeur inflige sur nos sens par l’entremise de ce disque. Le plaisir auditif est pourtant toujours au rendez-vous.

Contrairement à des projets black metal déguisés derrière une idéologie douteuse et stupide, pour attirer l’attention de quelques desespérés, Gnaw their Tongues nourrit un univers beaucoup plus riche. Marquis de Sade musical, il continue de franchir le pas entre le dark ambiant, la musique de film (je manque malheureusement de référence dans le domaine pour pointer du doigt une référence précise) et une agression sonore héritée du harsh noise et du black metal.

Pourtant, l’agression ne provient pas non plus uniquement de la superposition et la tension est constante tout au long du disque grâce à des passages plus aérés (« L’ange qui annonce la fin du temps »). C’est là une des nouveautés de ce disque par rapport à ces prédécesseurs. Un usage beaucoup plus affirmé de la séparation entre les instruments qui ne fait qu’améliorer le résultat dans sa poursuite du dérangeant et de la cruauté fait disque. Distribué aujourd’hui par Crucial Blast, Morie franchit les paliers du milieu indépendant et rend sa musique accessible à un plus grand nombre. Une bonne nouvelle pour tous ceux qui doutent que la qualité ne peut jamais triompher de la médiocrité.

  1. my orifices await ravaging
  2. verbrennt und verflucht
  3. broken fingers point upwards in vain
  4. the stench of dead horses on my breath and the vile of exist
  5. l’ange qui annonce la fin du temps
  6. gazing at me through tears of urine
  7. rife with deep teeth marks
  8. all the dread magnificence of perversity
  9. the gnostic ritual consumption of semen as embodiment

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

2 Commentaires

  1. Florent says:

    A mon avis ta dernière phrase dis exactement l’inverse de ce que tu penses. Tu ériges la médiocrité comme valeur universelle ?

  2. Hororo says:

    Bien vu, je vais demander un petit changement de suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *