Fou de Joie – S/T

Pas de commentaires      528
Style: midwest emo/post rock/math rockAnnee de sortie: 2019Label: Autoproduction

Fou de Joie s’est formé en 2015 du côté de Clermont-Ferrand, souhaitant mettre en commun les influences de chacun des membres: du post-rock, du math-rock et du midwest emo. Détail intéressant, le groupe n’a pas de chanteur à proprement identifié, chacun y va de sa participation vocale, et parfois en chœur. Ce premier album (financé via une plate-forme collaborative) ne se range donc dans aucune case prédéfinie, les clermontois nous guidant au gré de leurs fourmillantes idées.

Et des idées, il y en a ! Basant ses titres sur des galeries de personnages dont l’histoire sera contée dans chacun de ces onze titres, Fou de Joie a effectué un travail très intéressant de composition, adaptant chaque titre (donc chaque personnage) avec un caractère spécifique selon les humeurs de ces « acteurs » (fictifs ou inspirés d’expériences vécues, seul le groupe le sait).

Le propos est donc principalement axé sur les émotions, la mélancolie en tête tant musicalement que vocalement. Les guitares sont essentiellement délicates (la patte post-rock) mais non dénuées de complexité (virevoltant régulièrement façon math-rock), le reste de la session rythmique est totalement audible, distillant une chouette alliance mélodico-dynamique. Les voix, multiples donc mais complémentaires, s’accordent totalement avec les mélodies tantôt douces et tristes (l’acoustique « Héros »), tantôt plus euphoriques (notamment sur le final « Pearlescent » où le groupe semble vouloir conclure en apothéose).

Évoquant des groupes comme Sport ou I Feel Fine, Fou de Joie apparaît comme un album simple par ses nombreuses mélodies, sauf qu’il s’avère assez dense au final, chaque morceau traçant sa propre voie, loin du schéma traditionnel couplet/refrain. Néanmoins toujours agréable, caressant dans le sens du poil, le groupe tient un concept original et une musique maîtrisée, les titres étant plutôt homogènes, aucun ne se détachant des autres. Se dégage au final une atmosphère unique oscillant entre le nostalgico-tristounet et le chaleureux, toujours avec douceur et une sincérité apparente touchant au cœur. Une jolie réussite pleine de sensibilité.

  1. Beaucoup de travail pour minuit
  2. Alicia
  3. Trop peu de calme au matin
  4. Wounds
  5. Mount
  6. Woody
  7. Héros
  8. Gary
  9. Clementine
  10. Tous
  11. Pearlescent

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Commentaires sur le forum :

Commencez la discussion sur notre forum: