Latest Content

Bord du Monde – Bord du Monde

Bord du Monde est une jeune formation du sud de la France (pas loin d’Aix-en-Provence) officiant dans un post-rock cherchant à créer un « voyage dense et aérien porté par d’aquatiques résonnances ». Une optique souvent vue dans le genre mais que les quatre sudistes vont accommoder à leur propre sauce dans un superbe premier album.

Alcest – Spiritual Instinct

On imagine que tout le monde connaît aujourd’hui Alcest, groupe français monté en 2000 par Stéphane Paut alias Neige, ancien activiste du Black Metal français (en particulier durant sa collaboration avec Famine chez Peste Noire) qui a décidé depuis un moment déjà de s’orienter vers une musique beaucoup plus lumineuse et positive. A ce titre et pour ceux qui n’auraient pas suivi, Alcest n’a pour ainsi dire (toujours) quasiment rien de black metal, et le cru 2019 ne changera rien à cet état de fait malgré le retour de quelques effets propres au metal noir. En effet, la seule [...]

Oh Hiroshima – Oscillation

Il aura fallu quatre ans à Oh Hiroshima pour accoucher de ce Oscillation, quatre ans à peaufiner méticuleusement son post-rock multi-textures et le rendre hypnotique comme il se doit. Le trio suédois a d’ailleurs fait appel à un certain Magnus Lindberg (Cult Of Luna) pour s’occuper du mastering, afin que l’impact soit encore plus intense. Le résultat valait clairement l’attente !

The Chasing Monster – Errant

The Chasing Monster est de retour deux ans après Tales (2017), joli premier album d’un post-rock comprenant pas mal de voix (essentiellement sous forme de spoken words) narrant une certaine dramaturgie. Avec Errant, le groupe italien a semble-t-il souhaité laisser la musique faire le boulot en immergeant l’auditeur dans un univers faussement paisible.

Fou de Joie – S/T

Fou de Joie s’est formé en 2015 du côté de Clermont-Ferrand, souhaitant mettre en commun les influences de chacun des membres: du post-rock, du math-rock et du midwest emo. Détail intéressant, le groupe n’a pas de chanteur à proprement identifié, chacun y va de sa participation vocale, et parfois en chœur. Ce premier album (financé via une plate-forme collaborative) ne se range donc dans aucune case prédéfinie, les clermontois nous guidant au gré de leurs fourmillantes idées.