pop/folk

Steven R. Smith – Tableland

Trois ans après le très universel Autumn is the End, Steven R. Smith resserre l’objectif et nous lâche au coeur d’un carré de lande brumeuse, avec la rocaille gris nuit pour repère cardinal, les nappes dormantes et les carillons spectraux pour compagnons de solitude. Tableland est un album magique au sens du mystère et de l’opacité, et le titre éponyme, qui en occupe presque un hémisphère, est sans conteste l’un des temps forts de la carrière du luthier compositeur interprète. Libéré de toute contrainte de direction, le morceau commence par une invitation au bivouac alors que pousse dans les [...]

Hala Strana – Fielding

Quand un disque se comporte comme un album photo, les trois-quarts du chemin vers sa longévité sont déjà assurés. Le quart restant réside dans la capacité du ou des musicien(s) à pérenniser l’ouvrage par des charnières “techniques” suffisamment robustes pour préserver le parfum et la qualité des images au-delà de quelques écoutes émues. De ce point de vue Steven R. Smith est ici plus irréprochable que jamais. De ses albums pour Hala Strana, Fielding est non seulement le meilleur – l’ultime même à bien des égards – mais il est aussi le plus immergé. D’une façon ou d’une autre [...]

Hala Strana – Hala Strana

Cap à l’Est ! C’est avec Hala Strana que Steven R. Smith ramène certains de ses instruments de prédilection au berceau de leur culture. Les violons retrouvent l’accent tzigane, la vielle à roue caresse les bourdons épicés de sa cousine hongroise, le bouzouki renifle amoureusement la terre grêlée des Balkans. Et quelle réussite !
Rarement une aventure musicale moderne n’aura eu un visage aussi archaïque, et vice-versa. Imprégné des linéaments géographiques et reliques culturelles ramenés de ses voyages en Europe centrale et orientale, Steven opère des transferts d’une simplicité désarmante vers ses compositions à l’élégance roots au possible, affranchies [...]

Steven R. Smith – Owl

Après un mini-hiatus consacré à étoffer le catalogue de ses divers exutoires, c’est à la mi-2008 que Steven R. Smith se décide à apposer de nouveau son nom sur un album. Et pour la première fois il y dépose aussi sa voix. Choix étonnant qu’on ne peut pas rapporter à un caprice narcissique quand on connaît l’humilité du personnage, et quand on écoute la confondante simplicité – dans tous les sens du terme – des quelques couplets distribués de ci de là, en prenant soin de ne pas obstruer l’accès aux instruments. Mais l’apport de l’élément vocal, même s’il [...]

Steven R. Smith – Autumn Is the End

En vrai Autumn is the End est un choix sûr pour pénétrer le jardin bien particulier de Steven R. Smith. Ce n’est ni le meilleur ni le plus marqué, et sans être tiède ni trop élémentaire il initie à la grammaire smithienne de manière très pédagogique. Il permet de s’approprier sagement ces capsules dépaysantes où se croisent dans une parfaite absence de pression cordes glissées ou pincées, réverbération oxygénante, filtres granitiques, fonds acoustiques de culture mi-neo folk, mi-orientale et fascination prononcée envers le tintement furtif, qu’il soit de cuivre, de verre ou de porcelaine, autre renvoi respectueux aux musiques [...]

Hala Strana – Heave the Gambrel Roof

Si Heave the Gambrel Roof devait être pour Hala Strana le dernier virage, il n’aurait pas été mieux courbé à la tâche, s’affirmant comme une synthèse vibrante des trois albums précédents : le voyage dans l’espace, le voyage dans le temps et le voyage en atelier… Inutile donc de s’appesantir sur le chapitre descriptif : tout est dans les autres chroniques du projet. Oui j’ai le droit de faire ma feignasse, merci bien.
Pour le chapitre critique on va aussi aller droit au but : cet album est encore une petite perle de genre. Il y plane comme un [...]

Hala Strana – These Villages

Revenu du choc Fielding, Steven R. Smith s’est résolu, sans doute pour son propre bien, à ne pas entreprendre une seconde fois le même voyage spatiotemporel. Il a choisi de laisser reposer en paix l’aspect témoignage pour se concentrer sur l’hommage, et de la sorte donner davantage de volume et d’“actualité” à son travail sur la matière instrumentale et sur les effets. Ainsi, même si These Villages ne ressort pas indemne de la comparaison, l’esprit de décision qui préside à sa réalisation suffit à l’habiller d’une constance remarquable. Dès la première mesure paresseuse de “Wood Scree”, le cap est [...]

Jesu – Opiate Sun

Avec Jesu, la volonté de Justin Broadrick est de devenir un bien meilleur song-writer à chaque nouveau disque. L’expérimentation radicale n’est plus de mise contrairement aux mélodies automnales que contiennent chacun de ses EP. Les différences entre chacun sont subtiles mais le format se prête à ses petits sauts de disques en disques. De sept à cinq minutes, les morceaux d’Opiate sun s’allongent par rapport à ceux de Lifeline et de Silver. Le format est toujours très pop, la batterie est un peu plus relâché et la voix plus sûr, dédoublée, et surtout, aussi moins trainante. Alors [...]

Engineers – Three Fact Fader

Après un premier album éponyme sorti en 2005 plutôt bien accueilli, les britanniques d’Engineers auront mis le temps à lui donner une suite, la faute à une perte de label. Revenu presque quatre ans plus tard sous la bannière Kscope, le groupe peut enfin livrer son second album Three Fact Fader avec en prime l’assurance d’une production qui en impose signée Ken Thomas (Queen, Sigur Ros, David Bowie…).
Ornée d’une bête à bois qui brâme aux couleurs bariolées, la pochette de ce nouvel album d’Engineers rappelle fortement celle d’un album de l’un des groupes en vogue de l’écurie Hydrahead: [...]

Yeasayer – Odd Blood

Yeasayer ou le futur de la pop ? Aucune idée et on s’en fout, inutile de chercher une accroche aguicheuse, on tient là un disque qui parle de lui-même tant il est réussi. Déjà auteurs d’un All Hour Cymbals intéressant, les new-yorkais enfoncent le clou un grand coup avec ce sublime Odd Blood.
Parfois comparé à Animal Collective pour le trifouillage sonore et l’utilisation astucieuse de l’électronique dans sa musique, Yeasayer marque pourtant clairement sa différence en évitant (contrairement à AC) de tomber dans la surenchère permanente, et en évitant du même coup de provoquer l’écoeurement que l’on peut [...]