One More Season – Posthumes

1 Commentaire      1 123
Style: post-hardcore/emoAnnee de sortie: 2007Label: Target Practice Records/ Bones Brigade

Ecrire une chronique comme on écrit une oraison funèbre voilà bien une singularité à laquelle je me plie avec surprise ici. Mais peu importe la surprise me direz-vous tant qu’elle est bonne. Certes. Si on omet que Posthumes est et sera le seul et unique album de One More Season alors oui, cet album est une belle surprise, de celles dont la scène française est trop avare à mon goût. Unique album donc car le groupe a splitté peu de temps après son enregistrement en mai 2006. Composé alors de Nadège (guitare/chant, ex-membre de Romeo Is Bleeding), Lucille (guitare), Krystel (basse) et Mathias (batterie), les sempiternelles raisons personnelles auront eu raison du groupe. Il faudra attendre juin 2007 et la création du label Target Practice par Cédric, ex-membre de Overcome Records) pour que cet album soit mixé, masterisé et voie le jour. Vous ne l’attendiez pas. Nous non plus, soyons honnêtes. Et j’avoue d’ailleurs toujours une certaine incompréhension vis à vis de cette sortie, certes des plus courageuses si l’on se plie aux affres de la passion mais commercialement –oui le mot est jeté !- un rien suicidaire. Quoiqu’il en soit cette sortie est des plus intéressantes pour tout fan de la scène post-core tendance emo – oulà un gros mot ! – et on applaudit cette première sortie de Target Practice.

Si vous vous penchez donc sur le tombeau de One More Season, vous y découvrirez une musique où intensité et émotion sont les maîtres mots, où les compositions oscillent entre envolées métalliques et atmosphères mélancoliques devant bien plus au rock atmosphérique qu’aux perpétuels accords laminaires et doucereux ayant cours depuis quelques années maintenant au sein de la scène post hardcore. Un feeling féminin se dégage de ces morceaux, à la fois suave et puissant, taillé au cœur de cette force toute féline et porté par la voix enjôleuse de Nadège, nous rappelant inévitablement les aspirations de Björk ou les retenus maladives de Julie Christmas (Made out Of Babies/Battle Of Mice). Les minutes s’égrènent, on plonge dans cet univers mélancolique et nostalgique – à l’image des photos noir et blanc du livret – avec une certaine délectation, un rien coupable. Mais tellement ensorceleuse que l’on cède à ces charmes et à cette musique toute de sensibilité. Sans rémission. On aimerait en savoir plus, en écouter plus… On aimerait lire au delà des mots et des accords ce qui motive une telle écriture, une telle voix, une telle musique. Dommage. La pierre est scellée. Et seuls ces huit titres et leur neuvième piste bonus composent le funeste testament de One More Season. Leurs trois premières demos vous consoleront peut-être?…

  1. radiant oblivion
  2. 29th july
  3. mirobolis consternatus 1
  4. mirobolis consternatus 2
  5. impatience
  6. eros salvation
  7. emotionnal work
  8. elusive [+ tokyo]
Up Next

Commentaire

  1. RBD says:

    J’ai vu plusieurs fois O. M. S. en concert (elles sont de chez moi) et je regrette qu’elles aient jeté l’éponge pour des projets assez différents. Le groupe avait fait de sacrés progrès sur scène. Le petit trio inintéressant et peu sûr était devenu en une paire d’années une machine puissante, carrée, spectaculaire et dévastatrice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *