Bilan 2022 – Krakoukass

1 Commentaire      388
Annee de sortie: 2023

Et une année de plus… L’année prochaine (en 2024) Eklektik soufflera ses 20 bougies. 20 ans à faire vivre la passion du partage, de la découverte. Et cette passion (tellement chronophage, on ne va pas se mentir) ne semble pas s’émousser avec le temps, pour preuve le nombre incroyable d’albums chroniqués encore en 2022 (big up à Beunz et sa motivation sans faille, tu es au top mec!)… qui n’est pourtant qu’une petite portion de tout ce que cette année a vu paraître : une année encore assez folle en terme de rythme de sorties. Probablement parce que beaucoup de musiciens coincés chez eux en 2020 et (partiellement) 2021, privés de tournées pour cause de COVID, n’avaient rien de mieux à faire que d’écrire de la musique. Tant mieux pour nous! Même s’il fut en conséquence difficile de suivre le fil de toutes les sortie. J’en viens personnellement à souhaiter une année 2023 un peu moins riche/dense, qui nous permettra aussi de rattraper les loupés de l’année 2022 et de prendre le temps de réécouter nos plus anciens coups de coeur.

S’agissant du traditionnel top de l’année j’ai décidé cette année de faire simple et d’utiliser Topster. La grande majorité des disques qui figurent dans mon top ont été chroniqués, il vous sera donc facile d’obtenir davantage d’infos/détails si l’envie vous prend, via une petite recherche rapide.

J’ai au final retenu 45 albums emblématiques de mon année 2022 (dont certains intégrés tardivement, je me félicite une fois encore de ne pas me précipiter à sortir un top annuel dès décembre), dont trois qui se sont détachés comme mes favoris et probablement les plus écoutés. Je souhaitais aussi revenir sur deux albums anciens que j’ai découverts/redécouverts cette année et qui ont énormément tourné également.

Le Top 3 de l’année

 

Le reste du top de l’année

 

Retour sur deux pépites de 20 ans ou presque

SpartaWiretap Scars (paru le 13 août 2002)

Contrairement à l’album de Burst que je connaissais, cet album de Sparta a été une véritable découverte pour moi. Sparta est né des suites de l’implosion en 2 parties des mythiques At the Drive-In (comme The Mars Volta monté par Bixler-Zavala et Rodriguez Lopez). Il a justement été fondé par la 2ème partie du groupe, notamment Jim Ward, qui outre les guitares, prend aussi en charge le chant. On retrouve sur ce premier album Wiretap Scars, cette patte post-hardcore, associée à un sens de l’écriture et une qualité d’accroche qui m’ont captivé, loin du branlage de nouille qui, exception faite du premier album, m’a toujours bien gavé chez The Mars Volta. Un album à redécouvrir qui ne sonne pas du tout daté et se distingue des albums à venir chez Sparta par la présence d’un mordant associé à une sensibilité (mais pas sensiblerie) qui permet à des titres comme « Light Burns Clear » et  « Air » (qui préfigurent un peu le registre de l’excellent premier album -alors à venir- de Billy Talent je trouve) ou encore « Collapse », ballade magnifique, de faire mouche et de toucher au coeur.

Burst Prey on Life (paru le 23 septembre 2003)

Celui-là je le connaissais donc, en tout cas un peu, mais j’avais passé plus de temps avec son petit frère Lazarus Bird. Il faut toutefois se rendre à l’évidence, Prey On Life est LE chef d’oeuvre de Burst, et notre chronique de l’album parue en 2004 ne rend, je trouve, pas suffisamment justice à cet album fabuleux. Mélodique mais rageur, il est probablement ce qu’aurait du être ou devenir le metalcore au sens premier du terme (c’est-à-dire un mélange de metal et de hardcore). Le groupe a annoncé son retour sur scène il y a quelques mois, reste à espérer qu’il s’enfermera en studio pour nous proposer un nouvel album, même s’il sera difficile de surclasser ce Prey on Life qui n’a pas pris une ride et dont l’écoute s’avère toujours aussi saisissante et incroyable.

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1155 articles sur Eklektik.

Up Next

Commentaire

  1. jonben jonben says:

    C’est vrai que notre chronique de Burst est à coté de la plaque, asynthesis n’était clairement pas indiqué pour un album comme ça.
    J’aurais du le chroniquer. Le Sparta est aussi parmi mes albums favoris.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *