Diabolic Oath – Oracular Hexations

Pas de commentaires      159
Style: black/death metalAnnee de sortie: 2024Label: Sentient Ruin Laboratories

Comme je vous l’avais annoncé sur la chronique du dernier Aberration, le nouveau Diabolic Oath n’a pas traîné ! Les deux groupes ayant apparemment des liens assez forts ont déjà prévu une tournée ensemble (aux US) après leur split sorti en début d’année. Une véritable filiation qui existe donc aussi au niveau du style pratiqué: le black/death metal à climat bien malsain. Mais si Aberration aime nous désorienter, Diabolic Oath préfère la plongée abyssale.

Bien entendu les trois entités originaires de Portland aiment eux aussi la destruction par le chaos, mais leur son possède un surplus doom qui vient faire basculer les choses vers les profondeurs malgré l’ébullition de riffs quasi constante. Le growl ultra caverneux aide, lui aussi, à bien nous tirer vers le fond et à nous y faire rester, accompagnant comme il faut ces monstrueuses attaques en spirales difficilement compréhensibles de prime abord (il en est de même avec les titres des morceaux philosophico-occultes), ne laissant aucun répit jusqu’à en devenir enivrantes voire obsédantes.

Après quatre premiers titres aussi denses que brutaux, autour des 4/5 minutes, Diabolic Oath décide de prendre son temps pour les deux derniers. Le trio développe sur « Gathering Hordes From The Outer Worlds » (presque dix minutes au compteur) une atmosphère plus progressive, toujours punitive certes mais qui se termine dans un climax atmosphérique renversant, comme s’il subsistait un soupçon d’espoir dans toute cette opacité. « Oracular Hexations Leeching » viendra tout refaire voler en éclat avant de proposer un ralentissement bien malfaisant avec cette voix râlée lançant des sortes d’incantations pour ensuite repartir à nouveau dans une optique un peu plus lumineuse grâce à des arrangements venant apporter une dimension épique à cette conclusion.

Pas de tout repos, Oracular Hexations possède deux parties distinctes: une première où l’ultra violence aussi poisseuse que folle domine et nous malmène avant que les choses ne viennent « s’aérer » sur la seconde, rendant la fin d’album particulièrement hypnotique. Une réussite.

  1. Rusted Madness Tethering Misbegotten Haruspices
  2. Serpent Coils Suffocating The Mortal Wounds
  3. Winged Ouroboros Mutating Unto Gold
  4. Fragmented Hymns From The Globulous Cruciger
  5. Gathering Hordes From The Outer Worlds
  6. Oracular Hexations Leeching

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *