Rotten Sound – Exit

Pas de commentaires      796
Style: grindAnnee de sortie: 2005Label: Spinefarm

Vous en connaissez beaucoup vous des pays où un groupe de grind arrive 22ème des charts officiels ? Personnellement je ne connais que la Finlande… Le contexte nordique élargirait-il les horizons ? En tout cas, l’essai est largement transformé pour Rotten Sound ! Qui a dit nul n’est prophète en son pays ?

Avec ce 4° album, les finlandais nous reviennent en signant chez Spinefarm après un album culte Murderworks chez Century Media. Ce nouvel acte va de nouveau affirmer Rotten Sound comme un incontournable de la scène Grind actuelle. Il faut bien dire que les moyens dispensés à cet effet sont assez conséquents.
Entre autres membres complètements givrés de ce combo, on retrouve Mika Aalto (…And Oceans/Deathbound), sieur Mieszko Talarczyk himself (membre éminent de Nasum, autre référence du style) en temps que producteur béton, et un batteur mordu du blast, à l’efficacité sans faille et à la créativité assez débridée pour un style aussi convenu que le Grind !

En 18 titres et 28’ 33’’, le groupe va nous asséner notre dose de brutalité par le biais d’un Grind carré, compact, soutenu par une production puissante, très claire, et n’ayons pas peur des mots, quasiment limpide (ce qui nous change du son sale et approximatif en vigueur dans ce style mais uniformisant trop souvent à mon goût les combos de cette scène).
Ceux qui connaissent Nasum ou bien encore le travail de production réalisé pour Gadget, toujours par l’incontournable Mieszko Talarczyk, se retrouveront en terre conquise.

On retrouvera également ce son de guitare si typiquement nordiste, suédois dans l’âme, assez gras et lourd pour nous asséner des riffs semblables à des déflagrations. Quand au chant très « raw » il donne toutes ses lettres de noblesses au côté Core du Grind de part ce chant hurlé épisodiquement ponctué de quelques growls.

Les textes et l’esthétique restent inscrits dans le Gore, même si la pochette très épurée de cette nouvelle ode à la brutalité et à la folie semble l’éluder. Les textes nous rappellent aux bons souvenirs d’un des sujets de prédilection de ce style si jouissif, pour peu que l’on daigne mettre de côté tout a priori.
Ce sujet rapprochera d’ailleurs Rotten Sound, de l’un des groupes cultes à l’origine du Grind Gore, j’ai nommé Carcass, dont Rotten Sound s’était fendu d’une reprise sur son EP Still Psycho. Néanmoins si cet aspect vous rebute, à moins de se pencher sur les textes, peu de choses y feront penser et viendront entraver le plaisir d’écoute de cette petite bombe de brutalité.
D’autant plus que Rotten Sound sait ménager nos « chastes » oreilles avec quelques breaks bien plombés, ponts indispensables à une montée de violence sans commune mesure !

Bref, si vous êtes déjà fan du groupe, vous retrouverez le groupe en grande forme, bien décider à annihiler toute velléité mélodique tel le hardcore le plus violent boosté aux amphétamines les plus agressives. Les autres, décidés à découvrir le Grind ou du moins enclin à une course à la violence musicale, pourront s’aventurer sur ces terres ravagées par une folie destructrice non moins jouissive !

  1. exit
  2. burden
  3. sell your soul
  4. vsa
  5. follow
  6. maggots
  7. slave
  8. mass suicide
  9. soil
  10. fail and fall
  11. greed
  12. slay
  13. western cancer
  14. nation
  15. havoc
  16. traitor
  17. xxi
  18. running weak
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *