Terminally Your Aborted Ghost – Inanimately Soundless

Pas de commentaires      798
Style: brutal death tirant sur le grindAnnee de sortie: 2006Label: TheSpew Records

Je ne connaissais absolument pas ce jeune groupe qui nous vient de Boston, et qui n’a qu’un seul album à son actif Slowly Peeling The Flesh From sorti en 2005 ainsi que quelques demos et mcd dont ce Inanimately Soundless… Alors dans quelle cours jouent-ils ? Et bien ces jeunes gens nous distillent un brutal death agrémenté d’une touche grind qui ne manque pas de charme je dois dire.

En effet on se fait nettoyer les cages à miel au Karcher, le groupe ne ménage pas ses efforts pour être brutal, dès le premier titre « Underberlly Lover » tout est dit, leur death est sauvage, les vocaux sont profonds (probablement autant que les paroles), et le groupe a la bonne idée d’intégrer des passages plus groovy, le tout me fait un peu penser à Aborted, gage de qualité s’il en est.

Le deuxième titre « Trenchfoot » est lui nettement plus orienté grind et de ce fait primaire avec ses 1 min 20 de furie et surtout c’est le moment que j’apprécie le plus (…sic) l’apparition des gruic gruic. Mais bon Dieu qui a inventé ça, imiter un porc franchement qu’est ce que c’est que cette idée ? Où est l’intérêt quelqu’un peut me dire ? A quand l’imitation de Donald Duck ça peut le faire non ? Heureusement ici ce n’est pas trop marqué mais bon quand même… l’homme descendrait-il du cochon finalement, on nous aurait menti ?

La production sonne crade mais j’aime assez, ça colle parfaitement à la musique, moi qui d’habitude suis fan de grosse production, je n’ai absolument pas été gêné par ça car c’est assez puissant finalement.

On ne voit pas passer les 17 min 38 de ce mcd du fait de l’alternance de passages death, grind voire plus groovy (mosh) et on en redemande même, groupe à découvrir donc.

Note : 7/10

  1. underbelly lover
  2. trenchfoot
  3. minimalistic objectivity
  4. mollusk
  5. inanimately soundless
  6. eyeshadow whore
  7. obelisk
  8. disingenuous quotation
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *