MF GRIMM – You Only Live Twice

Pas de commentaires      1 627
Style: rapAnnee de sortie: 2010Label: Day by Day EntertainmentProducteur: Twiz the Beat Pro/T. Mc. Rae

Co-producteur sur Operation doomsday d’MF DOOM, Percy Carey était déjà rentré dans l’histoire du rap avant cela. Proche de Dr Dre, 2 Pac, Snoop Dogg, il a même fréquenté Chuck D de Public Enemy et est monté sur scène avec tout le crew Death Row avant que ne commence sa dégringolade jusqu’en prison. Les gangs, le trafic de drogue, Percy Carey en a fait partie et MF GRIMM en a parlé.

Les potes que l’on retrouve criblés de balles, son propre frère tué par un gang rival lors de la tentative d’assassinat qui le mit dans une chaise roulante. La taule ensuite, sa reconstruction morale, physique et économique à sa sortie de prison. La production, de nouveaux deals et un retour en taule pour de nouvelles rencontres et de nouvelles leçons. Aujourd’hui à la tête de son propre label, Day by Day Entertainment, Percy Carey et MF GRIMM forment un homme et un rappeur dont l’expérience et la voix produisent des disques uniques. Uniques, non par la violence dans laquelle il a vécu, mais la sagesse qui se dégage aujourd’hui de l’homme.

Pas de gangsta rap, pas de fable à la Ice T sur la rue et ses dangers. You Only Live Twice témoigne des errances de Percy Carey et fait suite, comme le souligne la mention « The audio graphic novel », à sa biographie, Sentences, réalisée avec le dessinateur Ronald Wimberly, au cours de laquelle il raconte sa vie sans écarter les erreurs, les tragédies et la stupidité dont il a pu faire preuve par moments. Son honnêteté se retrouve sur ce disque, accompagné d’une couverture et d’illustrations de Jim Mahfood, dessinateur de comics et illustrateur sur tout support (murs, toiles, filles).

Les paroles y sont rappées avec précision, de manière à faire sonner chaque phrase comme des leçons de vie. Les couplets et les refrains sonnent alors avec encore plus de force que quand il s’exprime avec  le flow complexe dont il est capable. Les rimes riches préfèrent la clarté aux effets de styles, en soi un peu regrettable pour une plume aussi talentueuse, contre balancée par l’émotion présente et la pression exercée sur chaque mot.

Les instrumentaux de Twiz the Beat Pro accompagnent ce cheminement dans une trajectoire toujours originale pour un artiste dont la carrière s’est définit par ses transformations personnelles et musicales. Les riffs de guitare de « Waiting » rappellent Run DMC alors que « The Legend of the Golden Warrior » (handicapé par une longue introduction de trois minutes) se sert de la musique d’intervention de Goldorak, à la manière de ses confrères des Monsta Island Czars (particulièrement MF DOOM et Rodan) qui n’ont jamais été avares d’emprunts aux dessins animés. Son style n’a donc pas de limite stylistique en dehors de sa passion pour le rap et la culture hip hop.

Tout au long de treize titres, GRIMM fait la paix avec ses ennemis, sa jeunesse, déclare son amour pour la vie et ses différentes raisons de vivres. Une profession de foi pour le rap sous la forme d’un disque franc, extérieur aux modes ou aux époques, incarné par une voix et une vie unique. Une porte ouverte vers l’univers d’MF GRIMM, sans ego trip et prétention. Un disque humaniste qui ne touchera peut être pas autant son auditoire si l’on ne connait pas la vie de l’homme (dans ce cas, la lecture de Sentences peut satisfaire cette lacune), mais convaincra sans mal par la force de sa personnalité.

  1. Return to eden
  2. I am king
  3. All I need
  4. You only live twice
  5. The legend of the golden warrior
  6. Medicine
  7. Waiting
  8. Waiting
  9. Fight
  10. Angel without wings
  11. Marry mary
  12. Last days
  13. The compound

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *