Soror Dolorosa – Severance

2 Commentaires      10 913
Style: Death rock / coldwave / gothic rockAnnee de sortie: 2009Label: Todestrieb Records

Fans de Bauhaus, Christian Death et Sisters of Mercy tenez-vous bien. Voici un EP qui vous propose un réel voyage dans le temps. Avec sa pochette sobre et mystérieuse et sa production bien typée 80s, le premier effort des français de Soror Dolorosa nous offre une délicieuse madeleine de Proust.

La bande à Andy Julia (Darvulia, Nuit Noire et je passe d’autres grands noms de la scène black metal française, oui j’ai bien dit black metal) attaque sur le magistral « Beau Suicide » avec son petit riff de gratte death rock bien lancinant, sa basse bien en avant et sa voix digne des meilleurs moments de Bauhaus. L’ensemble est rythmé mais dans les sonorités sombres et mélancoliques de la vague batcave.

A partir de « 43° », le ton reste le même mais on commence à observer de légères touches évoquant tour à tour The Cure et Siouxsie dans les guitares. Ce trait persistera jusqu’à la fin de l’EP, notamment avec « Trembling Androgyneous » et « American Chronicle » avec sa guitare aérienne et sa basse toujours omniprésente qui vient envelopper les mélodies d’une teinte plus profonde et ainsi se faire écho de la voix nostalgique et envoûtante.

« Dare Me » et « Thousand Clouds » réaffirment pleinement le feeling coldwave avec les vocaux qui vous hantent et les mélodies catchy à souhait. Vous me direz, rien d’original dans tout ça. Mais Soror Dolorosa fait plus que bien digérer un large panel d’influences intéressantes. Ces morceaux témoignent d’une capacité très personnelle à créer des ambiances et des mélodies qui restent en tête. On ne peut s’empêcher de se laisser prendre par le côté intimiste à la fois obscur et touchant de l’EP. Ainsi, Severance va au delà de l’exercice de style bien mené. Certes, il ne réinvente pas le genre mais il délivre 38 minutes de musique honnête, bien fichue et empreinte d’une vraie âme.

Tracklist:

1- Beau Suicide (5:38)
2- 43° (5:50)
3- Dare Me (5:44)
4- Trembling Androgyneous (5:50)
5- Thousand Clouds (3:10)
6- American Chronicle (11:40)

 

 

Chroniqueur

Ennoia

Amatrice de chats, de zombies, de littérature, de black metal en particulier et surtout de musique en général.

Ennoia a écrit 34 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. guim says:

    J’ai pu écouter le disque, c’est vrai que c’est bien fichu, merci pour la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *