The Apex – S/T

Pas de commentaires      1 023
Style: math metal un peu chaotiqueAnnee de sortie: 2015Label: autoproduction

Originaire de Windsor (au Canada), The Apex est un groupe formé en 2013 dont les membres ont fait leurs armes dans pas mal de groupes dont vous avez peut-être déjà entendu parler: Closed Casket Funeral, Blood Shot Eye, Dismata ou encore The Coalition Design. Si ce name-dropping reste flou pour vous, vous pouvez vous pencher sur The Apex sans apriori aucun.

Annonçant un mélange de The Dillinger Escape Plan et de Meshuggah, on ne peut pas dire que le groupe canadien ne se soit fourvoyé en balançant ses influences ! Le math/metal distillé par The Apex contient en effet la puissance chaotique délivrée par la bande à Greg Puciato accommodée à un son on ne peut plus massif et froid, comme chez celle à Jens Kidman.

Riffs dissonants et complexes couplés à un groove de tueur, The Apex donne dans le compact et rugueux. Le beugleur en chef personnifie à lui seul cette optique de rouleau-compresseur en officiant dans le monocorde plutôt gras (un peu à la façon Jens Kidman justement).

Les dix morceaux de ce premier album éponyme sont telles dix collisions frontales avec un camion lancé à pleine vitesse: des chocs (très) brutaux issus de ces riffs souvent très techniques et rapides (If Detroit River Could Speak, Glass Walls), parfois plus syncopés (Attack). L’impressionnant batteur mitraille littéralement ses fûts tandis que ses camarades à cordes, qu’elles soient vocales ou non, donnent majoritairement dans l’écrasant.

Si le genre pratiqué et la volonté d’extrême brutalité technique peuvent paraitre un peu redondant (se prendre dix camions à la suite, il y a de quoi être un peu fatigué !), The Apex délivre tout de même au milieu de cette débauche d’agressivité quelques riffs plus nuancés sortant un peu du lot (Means To An End montrant un très léger aspect mélodique dans son riffing, The Girl Death Left Behind et son surprenant pont atmosphérique ou encore le solo pendant Contention Chapter 1), ce qui permet d’un peu briser l’aspect quand même très hermétique de l’album.

The Apex est au final le genre d’album défouloir misant sur la violence technique et la lourdeur clinique oppressante, le genre d’album qui se révèlera particulièrement éreintant pour le profane mais jouissif pour l’amateur de Meshuggah attendant impatiemment leur nouvel album. Du très bon math metal en tous cas !

  1. Contention Chapter 2
  2. Promise
  3. Means To An End
  4. Attack
  5. Glass Walls
  6. Interlude
  7. If Detroit River Could Speak
  8. You’re Not Dead Yet
  9. The Girl Death Left Behind
  10. Contention Chapter 1

Soundcloud
Facebook

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *