Valve – Apnée

Pas de commentaires      1 096
Style: sludge/doom/postcoreAnnee de sortie: 2015Label: Poutrage/Dingleberry/Opposing Music/Ital Tai/Fall Into Void/Old Town BicycletteProducteur: Sylvain Biguet

Pour appeler son album Apnée, il faut au moins officier dans un style qui s’y prête. C’est bien le cas pour Valve dont le dernier album comprend une atmosphère lourde et suffocante, entre sludge, doom et post-hardcore, soit un cran au-dessus de ce qu’on avait pu entendre sur la première démo du groupe sortie en 2012.

Car le groupe parisien a franchi une étape dans la froideur et la noirceur, et c’est une atmosphère oppressante qui est déployée dès le titre d’ouverture. « Lapsit Ex Illis » nous accueille dans une ambiance moribonde, malsaine (grâce à ce chant hargneux et habité) et blindée de dissonances, une ambiance qui justifie directement le titre de l’album car le groupe a semble-t-il l’intention de nous maintenir la tête sous l’eau.

Le morceau éponyme voit ensuite la rythmique s’accélérer, cela se passe de manière plus chaotique, bien différente du titre d’ouverture mais dont les points communs sont l’agressivité et le malaise palpable qui s’en dégage. « Odds » continue de brouiller les pistes, ce titre instrumental plus posé fait très bien son boulot d’introduction avant l’imposant « Une Carcasse Vide de Vie et de Sens ». 13 minutes dont aucune de superflue avec cette lente installation pleine de douleur, puis les choses qui s’accélèrent peu à peu avant de dériver vers ce qui s’apparente à de la démence (le chanteur livrant une interprétation vocalement hallucinée), un petit repos post-rock (afin de retrouver son souffle) et la crise reprend de plus belle. Le monolithe de cet album tient toutes ses promesses niveau intensité !

Enfin « 777 » termine cet album tel un mélange des émotions distillées dans les morceaux précédant celui-ci: la pesanteur doomesque rencontrant les passages chaotiques tandis que la voix éructe ses derniers glaviots.

Complexe et sacrément glauque, Apnée est une douloureuse plongée de laquelle la remontée à la surface est très difficile tant Valve se plait à jouer avec les nerfs et les peurs de l’auditeur. En dépit des quelques respirations post-rock que l’on peut entrevoir, la noyade parait inévitable.

  1. Lapsit Ex Illis
  2. Apnée
  3. Odds
  4. Une Carcasse Vide de Vie et de Sens
  5. 777

Bandcamp

beunz
Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *