Dawn Ray’d – The Unlawful Assembly

Pas de commentaires      490
Style: black metal Annee de sortie: 2017Label: Halo Of Flies/Feast Of Tentacles/Prosthetic Records

Le black metal est souvent perçu comme un style à l’écriture un peu prévisible avec ses clichés parlant de noirceur, du Malin, de la nature ou encore de la mort. Certes, je généralise de manière un peu simpliste mais force est de constater que ces thèmes sont très récurrents. Les britanniques de Dawn Ray’d ont su se sortir de ces lieux communs dès leurs débuts, ainsi un EP comme A Thorn, A Blight (2015) avait réussi à se distinguer de la masse en traitant de thèmes davantage politiques comme les inégalités sociales, la lutte des classes et la révolution.

Ces trois insoumis (dont deux ex-We Came Out Like Tigers) portent donc ces lyrics sur fond de black metal particulièrement épique. La faute notamment à la présence d’un violon prenant régulièrement les devants, donnant à de multiples reprises une ambiance de taverne irlandaise (attention, pas très joyeuse la taverne !). Le mélange des genres est redoutable d’efficacité, les blasts quasi continuels donnent une dynamique sacrément entraînante, appuyés par un riffing en tremolo. Ces puissantes mélodies sont accompagnées d’un chant majoritairement rageur, représentant d’une foule en colère.

Les premiers titres sont particulièrement abrasifs, rappelant le pouvoir ravageur d’un Forteresse dernière époque (« The Abyssal Plain ») ou bien d’un Endstille (les harmonies de « Emptiness Beneath The Great Emptiness »). Puis Dawn Ray’d surprend avec « A Litany To Cowards », titre totalement folk où le chant clair de Simon Barr donne dans un registre grave. L’accompagnement acoustique donne presque un côté « chant de marins » mais dans une tonalité dépressive assez bouleversante. Le groupe de Liverpool réitérera ça le temps de la conclusion « A Thought, Ablaze », aux arpèges simples d’abord avant le puissant retour du violon et de quelques discrètes percussions (qui disparaîtront peu après), là encore Barr se mue davantage en story-teller toujours sur cette thématique forte d’appel à la révolution.

Évoluant sans bassiste, Dawn Ray’d comble cette absence grâce à la création de titres basés sur des ondes mélodiques aussi captivantes que cathartiques, contenant des breaks au violon (souvent mélancolique comme pendant « Strike Again The Hammer Sings ») ne sombrant jamais dans le trop pompeux. The Unlawful Assembly est un grand coup de frais sur le black metal (ou plutôt le « red and anarchist black metal », scène un peu à part), un appel à la révolte mais avec une certaine impression de résignation vu la tonalité plutôt triste de l’ensemble, mais cela ne reste qu’une impression, le message étant toujours aussi fort. Violent mais composé avec finesse, voici encore un très sérieux candidat au poste d’album black metal de l’année.

  1. Fire Sermon
  2. The Abyssal Plain
  3. Futur Perfect Conditional
  4. Emptiness Beneath The Great Emptiness
  5. A Litany To Cowards
  6. The Ceaseless Arbitrary Choice
  7. Held In A Lunar Synthesis
  8. Strike Again The Hammer Sings
  9. Island Of Cannibal Horses
  10. A Thought, Ablaze

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *