Latest Content

Neige Morte – IIII

Basé entre Lyon et Göteborg, Neige Morte existe depuis déjà plus de dix ans et sort, comme l’annonce son titre, son quatrième album ici (plus un split avec The Austrasian Goat). Si le groupe a un peu changé au cours de son existence (l’ancien chanteur d’Overmars étant parti en 2015), le désormais trio n’en a pas délaissé ses expérimentations noisy au milieu de son black metal, le « bruit » a toujours fait partie de leur approche musicale mais il prend sur IIII une dimension ultra suffocante.

Deadlight Sanctuary – Thaumaturgical Rites Of The Damned

Projet solo du leader de Goatkraft, black/death norvégien qui a sorti son premier album (Sulphurous Northern Bestiality) sur le prolifique Iron Bonehead Productions, Deadlight Sanctuary retrouve son label préféré (qui collabore pour le coup avec les gouleyants Sentient Ruin Laboratories) pour livrer son premier EP. Thaumaturgical Rites Of The Damned se distingue conséquemment du black/war metal, rapide et furieux de Goatkraft.

Grave Circles – Tome II

Après un Tome I paru en 2017, les ukrainiens de Grave Circles passent logiquement à un second volume intitulé Tome II. Sortant chez Les Acteurs De L’Ombre (après une première sortie autoproduite fin 2019), ce premier long-format nous plonge dans un black metal doté d’un son très puissant, alternant les sensations entre phases ultra bestiales et mid-tempos où l’atmosphère s’imprègne de mysticisme.

Drouth – Excerpts From A Dread Liturgy

Autrefois nommé Contempt, Drouth vient de Portland et se compose de membres expérimentés, certains ayant fait leurs armes chez Vermin Womb ou Petrification. Pour son second long-format, le groupe a atterri chez Translation Loss Records (Wake, Teeth ou encore Rosetta) qui renouvelle encore une fois son roster en matière de metal extrême. Car Drouth en joue, et bien !

Puro Odio – S/T

Duo cagoulé originaire du Pays Basque espagnol, Puro Odio voit son EP sans-titre sorti l’an dernier réédité par Sentient Ruin. Se jouant des (gestes) barrières entre punk, metal et hardcore (on est ici plus précisément entre crust/d-beat, oï! et black metal), ces deux morceaux sont autant d’expéditions punitives nihilistes que l’on se prend en pleine poire en l’espace de cinq minutes à peine.

Aversio Humanitatis – Behold The Silent Dwellers

Trois ans se sont écoulés depuis le très bon EP Longing For The Untold, les mystérieux Aversio Humanitatis ont depuis été discrets avant de signer chez Debemur Morti Productions (Blut Aus Nord, White Ward, Archgoat…). Behold The Silent Dwellers arrive donc comme le second long-format (neuf ans après Abandonment Ritual) de ce trio – dont il est désormais possible de trouver l’identité (deux vénézuéliens et un espagnol qui ont déjà une solide expérience dans divers projets UG) – dans la droite lignée de son prédécesseur. La base est en effet similaire, soit une alliance bien opaque de black metal [...]

Afsky – Ofte jeg drømmer mig død

Projet solo d’Ole Pedersen Luk, guitariste/chanteur de Solbrud, Afsky en est déjà à son second album, deux ans après Sorg (déjà chez Vendetta Records). Le danois ne donne vraiment pas l’impression d’être seul à bord tant la maîtrise des instruments et des compositions est affirmée, aucun manque ou déséquilibre n’est décelable sur ce Ofte jeg drømmer mig død, à la cover d’une rare intensité, à l’image de ce qu’il renferme.

NyreDolk – IndeBrændt

Duo danois anonyme affublé de masques anti-covid très performants (l’un qui aurait pu jouer dans Ghoul, le second chez Midnight), NyreDolk est un jeune groupe faisant cohabiter black metal et punk dans une réverb qui colle puis qui gratte. Après une très bonne démo sortie en 2018 (ayant reçu de très bons retours, au point qu’ils étaient invités au Roskilde festival cette année… édition annulée vous savez pourquoi), les deux cagoulés remettent ça avec un IndeBrændt, second EP quatre-titres.

Ormskrik – S/T

En matière de metal extrême, tout le monde le sait, la Norvège a toujours eu un train d’avance sur la concurrence. Que ce soit dans le black ou le death de tradition comme dans les sons plus extravagants, de nombreux groupes ont su apporter une belle variété au genre. C’est là qu’Ormskrik débarque, armé d’un premier album – à la cover pourtant pas si engageante – renfermant une fusion personnelle de black et de thrash metal baignée d’une incroyable énergie.

…And Oceans – Cosmic World Mother

Cosmic World Mother est le premier album en 13 ans de la troupe finlandaise reformée. Et encore le groupe n’avait rien sorti sous ce nom depuis 2003 (les finlandais s’étant rebaptisés Havoc Unit pour se concentrer sur le versant le plus indus/cyber de leur musique), donc on peut dire que cet album arrive après une très longue absence.
Je ne vais pas tenter de vous faire croire que je maîtrise la discographie du groupe sur le bout des doigts, il n’en est clairement rien, mais dès la première écoute de ce Cosmic World Mother, il est aisé de se [...]