Haggard – Eppur Si Muove

1 Commentaire      1 093
Style: opéra/symphonic métalAnnee de sortie: 2004Label: Drakkar Entertainment

Une chose agréable avec le métal c’est qu’il y a toujours des groupes qui se démarquent des autres en utilisant des influences très diverses. Pour le cas qui nous occupe aujourd’hui Haggard, il s’agit de la musique classique. Peu de gens connaissent ce groupe allemand qui en est pourtant à son 3ème album avec ce « Eppur Si Muove ». Sans doute est-ce du à la faible distribution du groupe sur notre territoire par son label, toujours est il que cet orchestre mériterait plus de reconnaissance du public. Effectivement j’ai employé le terme d’orchestre pour parler d’Haggard et ce, pour la simple et bonne raison que, pour moi un groupe de 17 personnes est plus qu’un simple groupe.
Alors pour ceux qui ne connaissent pas, Haggard c’est quoi ? Si on devait absolument coller une étiquette sur le groupe je dirais Opéra/death métal. Opéra pour la diversité des instruments utilisés qui est tout simplement extraordinaire pour un groupe de métal : les guitares et la batterie évidemment avec en plus et sans ordre particulier : flûte, contrebasse, violoncelle, violons, flûte traversières, et instruments typiques celtes et j’en oublie sûrement. Opéra également au niveau vocal avec des chœurs, des interventions de soprano féminin etc.… Death métal en particulier pour la voix de Asis Nasseri toujours aussi particulière, un brin étouffée qu’on dirait truquée. Le mélange peut sembler indigeste sur le papier ? Effectivement, mais la maîtrise dont fait preuve le groupe dans son exécution est tout bonnement stupéfiante. Passons donc au contenu de ce nouvel opus afin d’en découvrir tous les mouvements.

Dès les premiers accords le ton est donné, on sait que l’on aura droit à la suite logique du fameux « awaking the centuries » qui avait permis à l’époque à Haggard de sortir de l’anonymat en particulier en Amérique du Sud. Les violons, les chœurs masculins/féminins, les flûtes, tout est là pour nous plonger dans l’atmosphère médiévale recherchée. Les premières paroles, en allemand font leurs apparitions et là encore, peu de surprises, la voix est identique, dans sa façon de déclamer son texte. Ce n’est qu’à partir de la troisième minute que l’on s’apercoit que l’on est dans un cd de métal avec les premiers grommellements du chanteur soutenus par un riff rapide. La voix grommelée, une fois de plus n’a pas changé et elle apporte toujours cette différence qui fait qu’on reconnaît Haggard entre mille si tant est qu’on ait déjà eu l’occasion d’entendre leur musique.

Au fur et à mesure que l’on avance dans le disque on constate quand même que le groupe a accentué encore plus les influences classiques. Les parties death sont extrêmement minoritaires et une énorme place est laissée aux orchestrations classiques.
« Per aspera de astra » est assurément une pièce maîtresse de cet album tant le morceau arrive parfaitement à combiner le death, l’opéra et même quelques passage celtes. Cette symphonie de près de 7 minutes permet de se rendre compte que Haggard maîtrise à la perfection son sujet et que ce nouvel album relèguera « awaking the centuries » au rang de deuxième choix.
Tout au long de l’album le groupe arrive à nous envoûter et l’ensemble du disque, tout en étant d’une homogénéité sans faille, ne lasse jamais.

Malheureusement tout comme ce fut le cas pour « awaking the centuries » l’album ne sera probablement que très peu, voire pas du tout distribué en France ce qui laissera Haggard dans la méconnaissance que pourtant il ne mérite pas. Sorti discrètement, cet album ne doit pourtant pas resté inécouté tant l’expérience qu’il réserve à son auditeur est intéressante. Et puisque le titre du site est Eklektik, pas de doute il faudra être un tant soit peu eklektik et ouvert d’esprit pour pouvoir apprécier ce disque. Espérons qu’avec cet album Haggard pourra s’ouvrir les portes d’une maison de disque qui n’hésitera pas sur le budget pour ce groupe plein d’avenir.

  1. all’inizio h la morte
  2. menuetto in fa-minore
  3. per aspera ad astra
  4. of a might divine
  5. gavotta in si-minore
  6. herr mannelig
  7. the observer
  8. eppur si muove
  9. largetto / epilogo adagio
  10. herr mannelig (short version)
Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. ijneb says:

    j’ai connu haggard ( awaking the goes) lors d’un séjour en allemagne. J’ai tout de suite aimer, mais je trouve que awaking the goes est beaucoup mieu que eppur si muove, car il y a trop de classique dans eppur si muove. Il faudrait que haggard fassent un concert en france pour se faire connaitre !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *