Bilan 2023 – Krakoukass

Pas de commentaires      357
Style: DiversAnnee de sortie: 2023

Bonne résolution de l’année qui démarre, boucler mon top annuel de l’année précédente avant mi janvier! En espérant ne pas rater des outsiders de dernière minute comme on en découvre souvent chaque fin d’année (ou début d’année suivante), mais avec déjà 53 albums retenus pour l’année 2023, mon top est déjà d’une densité telle que j’ai considéré qu’il était plus raisonnable de boucler plus tôt cette fois…

De mon côté donc, s’agissant de cette année 2023, 4 albums se détachent assez nettement formant un top 4 inédit toujours sous le signe de l’éclectisme (pensez donc : du black avant-gardiste, du post-hardcore, du rock noisy et du death), suivis des 49 autres albums qui sont à mes yeux les autres meilleurs albums de l’année, en tout cas ceux que je retiens personnellement.
Complètent ce top les EP de l’année, et les déceptions de l’année.

Tous ces albums ont été chroniqués dans nos pages que ce soit par mes soins ou par mon camarade Beunz, à quatre exceptions près (mais pas des moindres) : le Metallica d’abord que je n’ai pas réussi à écouter suffisamment (en tout cas dans sa version officielle) pour en faire une chronique. Il apparaît évidemment dans les déceptions de l’année, tant cet album est en soi un naufrage complet. Non pas que tout ce qu’il contient soit mauvais, mais il est incompréhensible qu’un groupe comme Metallica soit encore incapable de s’entourer de quelqu’un qui puisse les aider à faire du ménage dans leurs titres, pour éviter de tomber à chaque fois dans le piège des albums et titres à rallonge. 77min10 c’est clairement beaucoup trop long, il y aurait eu un énorme travail d’éditing à faire pour raccourcir les titres qui contiennent absolument tous des passages dispensables qui viennent alourdir et rendre imbuvable l’album (là où le précédent album contenait tout de même de très bons titres au milieu d’autres partiellement ou complètement dispensables). A tel point que s’agissant de ce 72 Seasons, je ne peux que vous recommander d’aller trotter sur le net pour dégotter une des versions raccourcies qui existent (réalisées par des fans avec un résultat souvent d’un niveau professionnel), celle que j’ai en ma possesion étant impressionnante de cohérence et de qualité, raccourcissant l’album à un beaucoup plus raisonnable (quoique déjà important) temps de presque 54 minutes. Dans ce format l’album est enfin correct, évidemment bien loin du standard de qualité des 5 (oui 5!) premiers albums du groupe dont on sait parfaitement aujourd’hui qu’ils ne seront jamais égalés ni même approchés, mais il devient au moins écoutable, ce qui n’est pas le cas à mon avis de la version originale que je n’ai a priori aucune intention de réécouter un jour.

Deuxième exception et deuxième album non chroniqué donc, le dernier album de Steven Wilson, Harmony Codex qui est tout simplement à mon sens l’album le plus chiant, plat, et sans intérêt jamais sorti par l’anglais sous son nom seul. Le précédent, The Future Bites, avait déjà divisé, mais je faisais alors plutôt partie des supporters sans pour autant encenser l’album outre mesure et en étant conscient de ses faiblesses. Mais sur ce coup je ne peux pas le défendre et après deux écoutes, je n’en ai absolument rien retenu qui m’enthousiasme ou qui me donne simplement envie d’y revenir. Enorme déception donc!

Troisième album non chroniqué faisant partie de mes déceptions de l’année, le dernier album de Katatonia (Sky Void of Stars) : un album qui n’a rien de fondamentalement mauvais mais qui voit le groupe en roue libre s’auto-parodier pour un résultat sans saveur et surtout moins réussi que ce que les suédois ont proposé de nombreuses fois auparavant. On sentait malheureusement ce constat arriver depuis plusieurs albums déjà, et celui-ci me semble être l’album de trop…

Enfin le dernier gros album non chroniqué est le dernier album des norvégiens de Enslaved, dans lequel je n’ai pas encore réussi à rentrer (cela viendra peut-être plus tard), n’ayant pas apprécié son côté beaucoup plus expérimental que son très direct prédécesseur Utgard, que j’avais pour le coup adoré. Il y a des fois comme ça où le timing n’est pas le bon ou que quelque chose coince…

Ces gros morceaux évacués (pour certains dans les toilettes de 2023), vous retrouverez donc l’intégralité de mon top en formats Topsters ci-dessous, n’hésitez pas à aller rechercher les chroniques sur le site si vous voulez en savoir plus! On continue à se décarcasser pour publier une chronique par jour (sauf le jour du seigneur évidemment), et on espère que le travail abattu vous permet de faire au moins quelques découvertes, même si on aimerait toujours avoir davantage de commentaires pour nous le confirmer. On est en même temps conscient de s’adresser probablement à de plus en plus vieux lecteurs (à notre image…), les plus jeunes n’ayant probablement pas la patience de lire des chroniques, préférant probablement les formats vidéo/audio instantanés typés Instagram ou Tik-Tok.

Et bien sûr bonne année 2024 à toutes et tous ! Qu’elle soit au moins réussie sur le plan musical et de la santé, le reste étant depuis longtemps parti en couille probablement bien trop loin pour qu’on en revienne…

Le Top 4 de l’année (par ordre chronologique de sortie)

Le reste du top de l’année (par ordre alphabétique)

Les meilleurs EP de l’année (par ordre alphabétique)


Précision : l’EP Split Twin-Monster est bien entendu signé des deux groupes Clegane et Fátima et est d’ailleurs chroniqué sur le site avec la deuxième pochette (celle de Fátima) qui a ma préférence.

Les déceptions de l’année (par ordre alphabétique)

2023 en morceaux/clips Youtube

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1177 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *